Archives de Catégorie: Humanisme

Le Mythe & La Raison

 

Olympe-00.jpg

Olympe – 01

°°

°

L’Astrologie Occidentale comme l’Astrophysique, semblent puiser à même Homère, qu’il s’agisse de nommer un astre, ou bien d’étudier une carte du Ciel. Et la famille des Dieux grecs nous est certainement plus familière que la liste des présidents de la troisième République.

Olypienne.jpg

Dans cet article où j’approche les travaux d’un illustre helléniste inconnu: Louis-Nicolas Ménard, je vais tenter de restituer l’impact de son œuvre sur ma pratique astrologique.

Olympien.jpg

Plan :

  1. Introduction

  2. Le Polythéisme Grec (flash)

  3. Portrait de Louis-Nicolas Ménard (LNM)

  4. Le Polythéisme Grec selon LNM

  5. L’Hellénisme ou le Socle de l’Astrologie Occidentale

°°°°°

°

Olympe-03.jpg

Olympe – 02

°

2. Le Polythéisme Grec (flash)

Le Polythéisme Grec, bien que considéré comme la forme aboutie du Polythéisme en général, est le plus souvent présenté comme un système religieux archaïque et dépassé.
Dépassé, bien-sûr, par la modernité des Monothéismes, et particulièrement dans la culture Occidentale, par celle du monothéisme chrétien. L’argument avancé le plus commun est fade et creux : l’avantage du monothéisme résiderait dans le passage du Multiple à l’Un.
Le mot ‘religion’ était inconnu des grecs anciens. Le terme demeure un fourre-tout où cohabitent des systèmes sociétaux constitués de catégories fort distinctes (par ex. : telle ‘religion’ englobera la vie administrative & politique, alors qu’une autre se bornera à des offrandes & des rituels…). Cela-dit, en simplifiant, considérons ‘l’Hellénisme’ comme la religion des grecs anciens, et révisons ensemble (sourire) ses traits connus les plus marquants.

Olypienne.jpg

Cet Hellénisme d’avant les philosophes, est une religion sans dogme qui imprègne toute la vie grecque ; mais la société grecque n’est pas une théocratie, le clergé n’y tient aucun rôle politique. Avant de souligner les valeurs & principes essentiels, passons rapidement sur les éléments les plus connus :
Les Dieux Grecs sont à l’image des humains. Ils sont organisés en famille. Ils incarnent des principes qui sont rappelés par leur apparence, leurs attributs, leur caractère, leurs péripéties et leurs symboles. (C’est précisément ce qui permet d’exercer l’astrotypo : les Dieux grecs sont des types humains, des caractères illustrant des principes.)

°

L’Hellénisme ignore la notion de péché et encore plus celle de « péché originel » : les païens helléniques ne recherchent ni rédemption ni salut. Les préoccupations sur l’après-mort occupent peu de place en général. Par contre, ils connaissent la notion de miasma, souillure matérielle et morale dont il faut se purifier.
L’hybris est le principal vice. Il consiste en une audace irraisonnée qui fait oublier à l’homme ses limites, sa condition, outrageant les Dieux par manque de respect. L’homme se heurte ici au destin dont certains estiment que Zeus est le maître, mais que d’autres, à la suite d’Homère, placent au-dessus de la volonté même du Père des Dieux et des hommes.
C’est pourquoi une conduite raisonnable et rationnelle est valorisée. Raison et religion ne s’opposent pas parce que la philosophie, ou amour de la sagesse, est fille du culte delphique, le premier centre de sagesse en Grèce ancienne.
Le culte du beau, fondamental dans cette religion, car manifestation de l’harmonie du monde dont les Dieux sont le foyer et leur culte le garant, conduit à la valorisation du corps et de la vie sexuelle, libérée des tabous chrétiens, amputant l’expression de la nature humaine.
[Lien Wikipédia]

°°

Louis-Nicolas-Ménard---Port.jpg

Portrait de Louis-Nicolas Ménard

°

3. Portrait de Louis-Nicolas Ménard (LNM)

Les initiales de Louis-Nicolas Ménard (‘LNM’) épellent adéquatement l’Hellénisme dont il fut le phare.
Louis-Nicolas Ménard nait le 19 octobre 1822 à Paris. Contemporain de Baudelaire, c’est lui par exemple qui l’initie au cannabis (la fameuse confiture verte) dans le grenier de l’appartement familial des Ménard.
Il sera tour à tour ou à la fois, poète, philosophe, chimiste et découvreur (du collodion), peintre (dans la mouvance de l’Ecole de Barbizon), révolutionnaire exilé (en Belgique & en Angleterre), professeur, écrivain… Et surtout, l’un des plus grands esprits et chantres francophones de l’Hellénisme.
Ses opinions politiques profondément démocratiques et sociales, ainsi que sa critique lucide du Monothéisme, ajoutées à son esprit libre et généreux, l’ont fait écarter précocement des allées les plus courues de la renommée.

°

Louis-Nicolas-Ménard-Map.jpg

Carte du Ciel de Louis-Nicolas Ménard – 19 octobre 1822, Paris

°

Découvrons son thème natal (sans l’Ascendant, et orienté pour le lever du Soleil) :

Les Soleil et Vénus en Balance signalent l’artiste. Le signe de l’équinoxe d’automne ainsi habité, sied parfaitement à cet homme passionné d’antiquités grecques, d’arts, d’équilibre et de justice sociale. Junon au sommet du Ciel (pour un Soleil au lever) vient encore confirmer le précédent.
L’occupation du signe du Sagittaire appuie sur l’intérêt philosophique, spirituel et humaniste ; Mars et la Lune (opposée au Jupiter en Exil) y dévoilent en outre la passion pour la peinture, ainsi que l’aspect cosmopolite de ses vues et de son existence.

Olympien.jpg

Saturne Taureau, au trigone de la triplette Neptune Uranus Vesta, début Capricorne, viennent ensemble cette fois, signer les capacités scientifiques… Que Mercure Scorpion, Pallas et Cérès Verseau vont encore aiguiser.
On remarque pile sur Uranus Capricorne et dans la Maison Solaire III, l’étoile fixe Kaus Borealis (lambda Sagittarii). Dite de nature ‘Mercure Mars’ (soit d’un effet redoublant l’audace intellectuelle d’Uranus), elle favoriserait le goût et le talent pour exprimer et défendre l’idéal, la liberté et la justice.
Le Grand Triangle formé des Jupiter GémeauxVénus BalancePallas Verseau (un beau triangle encore intensifié par ses aspects à la Lune Sagittaire) synthétise les hautes valeurs intellectuelles, morales, artistiques et scientifiques de notre personnage.
Olympe-02.jpg

Olympe – 03

3. Le Polythéisme Grec selon LNM

 

Selon Louis-Nicolas Ménard : le Panthéisme correspond au système des castes, le Monothéisme à la monarchie, le Polythéisme à la république. Seul le Polythéisme est compatible avec la république.
« Le monothéisme est la religion des esclaves, le polythéisme celle des hommes libres. »
Louis Ménard estime ainsi, comme Renan, que la Grèce est la vraie Terre sainte pour ceux dont la civilisation et la beauté sont le culte. La conception religieuse de la Grèce est inséparable de son génie. Sa notion propre est l’idée de la loi, c’est-à-dire de l’ordre universel, de l’harmonie. Les divinités helléniques sont des lois vivantes, dans la société comme dans la nature : l’univers est une symphonie éternelle.
« Dans l’alternance régulière des saisons, dans l’éternelle symphonie du cosmos, les Grecs trouvèrent la révélation de la loi. Les Olympiens ne sont pas les lumières du ciel, comme les dieux védiques, ils sont les lois d’ordre, de proportion et d’harmonie qui se révèlent à nos sens par la beauté, à notre esprit par la justice » (Simboliqe [sic] religieuse, 1898).
La mythologie est donc la clef de la civilisation grecque ; elle est « la langue naturelle des religions » et le principe de la symbolique est un fait acquis : les religions sont des ensembles de symboles, des idées exprimées par des images. Les conceptions antiques renferment une notion plus juste de la vie universelle que toutes nos abstractions mortes et ont, de plus, l’avantage de fournir des types à la peinture et à la statuaire. Chaque statue grecque étant la traduction d’une pensée collective…

Olypienne.jpg

Beaucoup de ces lignes, inspirées par la lecture de l’œuvre de L. N. Ménard, sont de la plume  de Véronique Dumas, l’auteur d’une notice consacrée à notre personnage, et docteur en histoire de l’art.
[Lien Inha – Véronique Dumas]
J’ai surtout voulu transmettre le message, et pour le faire, j’ai préféré la prose de femmes audacieuses, compétentes et inspirées, à mes habituelles paraphrases alambiquées. Vous pouvez ainsi, également consulter un article paru dans le Monde, « L’antiquité et les monothéismes », de l’académicienne Danièle Sallenave, qui avec élégance et concision, détaille et salue ces mêmes vertus, puisées dans l’œuvre de Louis-Nicolas Ménard.

Olympien.jpg

« Le Polythéisme est cependant différent du Panthéisme. Pour ce dernier, les êtres ne sont que des attributs de la substance unique. D’où l’impossibilité de fonder une individualité. Mais alors que le Monothéisme fait place à l’individu, il le soumet au contrôle de l’Un. Pour Ménard, diversité et pluralité constituent le fond du réel. La nature est un ensemble de forces mais ces forces sont indépendantes, elles s’équilibrent mais ne se réduisent pas l’une à l’autre, dans l’immense panthéon grec, il y a de la place pour tous les dieux.
L’affrontement des contraires créé l’harmonie, un principe ne pouvant jamais absorber tous les autres. L’homme et son esprit font partie de la nature. La coupure ontologique du monothéisme avec son Dieu transcendant et créateur n’existe pas.
Les divinités helléniques ne sont pas seulement, comme celles des autres nations, des Forces, des Puissances, des Causes, ce sont des Lois vivantes. Et à cette religion de la Loi correspondent la morale du droit appliquée dans la cité républicaine, et le culte de la beauté manifesté dans l’art. »
[Lien Le Monde – Danièle Sallenave]

°

L.N.Ménard-Livre.jpg

Les Dieux ou Lois de L’Univers.

°°

°

5.L’Hellénisme ou le Socle de l’Astrologie Occidentale

 « Les anciens Grecs, dit Hérodote, ne savaient pas les noms des Dieux; ils les appelaient simplement les Lois, à cause de l’ordre qui règne dans l’univers. »
 Cette vision grecque de l’ordonnancement du monde, distribuée en lois et en autant de Dieux qu’il est nécessaire pour en porter les principes… Oui, ce culte de l’Ordre et de l’Harmonie permet d’élucider pour une part, le fait que l’Astrologie fonctionne.
Parmi tous ses délicieux mystères, je m’interrogeais souvent sur le fait qu’un astrologue pratiquant le grand Art avec assez de réussite, le faisait à l’aide de positions astronomiques d’astres baptisés par des scientifiques, du nom des divinités du Panthéon gréco-romain… ?!

Olympien.jpg

Jusqu’à nos jours, la part métaphysique inhérente à l’Astrologie ne permet pas de produire de preuve. Telle une religion, l’Astrologie n’est toujours pas scientifiquement vérifiable. Aussi, pour un praticien parfois anxieux qu’on reconnaisse la beauté et la part de vérité encloses dans ce doux violon d’Ingres, il est savoureux de constater que la religion grecque antique, l’Hellénisme, et pour une grande part, les principes illustrés dans la Mythologie Grecque, constituent une sorte de religion de l’Ordre Universel… Une Ode à la Raison.

°

Olympe-01.jpg

Olympe – 04

°°

°

Tsilikat
Publicités

Albert Londres

.

En France, c’est l’entre-deux tours de la présidentielle, le moral & la morale sont au plus bas ; l’intolérance profite ‘acidement’ de la crise ; les balles perdues frappent à chaque fois dans le dos ou en pleine tête… Plutôt qu’huiler davantage ce brasier : un billet sur la figure modèle du Journalisme –cette école du civisme ou de l’humanisme, quand il est exercé avec l’intelligence, la dignité & le courage requis :

Le vrai courage est généreux. Il enfante la Liberté.

.

Albert Londres - Portrait 00

.

Plan :

1. Éléments Biographiques

2. Esquisse Astrologique

3. Astrotypo

4. Liens

.

Albert Londres - Portrait 01

.

 

1. Éléments Biographiques

 

Albert Londres est né le 1er novembre 1884 à Vichy ; il meurt le 16 mai 1932 dans l’océan Indien. Journaliste et écrivain français, fils d’un chaudronnier, d’origine gasconne, petit-fils d’un colporteur.

(Le patronyme de Londres aurait d’abord été Loundrès, terme gascon désignant des zones humides ou marécages, puis Londrès.)

Son 1er job en tant que comptable sur Lyon après ses études, puis Paris (1903) avec la publication d’un recueil de poèmes (1904), et vite, des premiers écrits pour les journaux de sa région.

Réformé pour raison de santé en 1914, il devient correspondant militaire.

« Il désire partir en Orient mais la rédaction du Matin refuse. Commencent alors les reportages à l’étranger pour un autre quotidien, l’un des plus lus en France : Le Petit Journal. Errant sur les fronts, il voit, regarde et transmet. À son retour, il couvre la fin de la guerre en France. En 1919, pour ses reportages sur l’Italie, Albert Londres est licencié du Petit Journal sur ordre direct de Clemenceau. »

Les années 20 le voient en Russie soviétique où il parvient à pénétrer, décrire le régime bolchevik naissant (les portraits de Lénine et de Trotski) et raconter les souffrances du peuple russe. L’Asie ensuite, le quotidien du Japon et la folie de la Chine (La Chine en folie) ; les actions de Nehru, de Gandhi et de Tagore en Inde…

Sa notoriété ne cesse de grandir et ses reportages commencent à être publiés sous forme de livres.  Il s’attaque aux bagnes de Guyane, décrivant l’horreur: « son reportage suscite de vives réactions »… Des écrits amenant par leur impact sur l’opinion reforme et fermeture de nombre de ces établissements indignes.

Il s’intéresse aussi au Tour de France (Les Forçats de la route et Tour de France, tour de souffrance), ainsi qu’à la condition faite aux fous dans les asiles insalubres & inhumains (Chez les fous).

Suivent la traite des blanches en Argentine, les vies sacrifiées au Sénégal et au Congo dans la construction des voies ferrées ou les intolérables exploitations forestières… Alors que l’antisémitisme est au plus haut, considéré comme allant de soi, il prend parti dès 1929 pour la création d’un état israélien (Le Juif errant est arrivé).

Il meurt dans l’incendie du Georges Philippar, le paquebot qui le ramenait de Chine en France. Il semblait avoir découvert un grand scandale…

[Le paquebot brûle dans la nuit du 16 au 17 mai 1932, puis fait naufrage. Quatre-vingt-dix passagers, dont le célèbre journaliste Albert Londres, ne pouvant s’échapper, meurent brûlés vifs ou asphyxiés. L’enquête conclura que l’incendie avait pour origine un court-circuit ; toutefois, l’enquête n’éteindra pas les rumeurs à propos d’origines criminelles…]

« Homme curieux et rétif qui observe le monde et transmet ses impressions comme par devoir. Tous ses reportages interrogent les marges du monde, les zones d’ombre. Il dialogue avec les petits, les médiocres, les infâmes. Il investit le quotidien, peint des portraits et des tableaux. Albert Londres lutte au travers de ses écrits contre les injustices, les absurdités et les incohérences du pouvoir ; contre le silence en questionnant et en informant, n’hésitant pas à puiser dans l’Histoire pour expliquer l’actualité… »

[J’ai puisé l’essentiel des data biographiques dans le Wiki ‘Albert Londres’.]

.

Carte du Ciel d'Albert Londres

.

2. Esquisse Astrologique

 

A/ Force des marqueurs du Mental et de la Communication

– Conjonction Soleil Mercure en Scorpion placée au midi

– Bloc Vierge (Jupiter, Pallas, Cérès, Vénus)

– Souligné de l’axe Gémeaux/Sagittaire

– Puissante Maison IX (selon le système égal) : avec Vénus, Uranus, Junon & Nœud Nord.

B/ Humanisme

– Ascendant Verseau avec Uranus en Balance conjoint Vénus

– Neptune « trigoné » par Vénus, Cérès & Uranus

C/ Courage

– Soleil Mercure en Scorpion au sommet du Ciel

– Lune Bélier sur le Dragon

– Jupiter au double carré de l’opposition Mars/Pluton

On peut noter que le combiné Soleil Scorpion (surtout conjoint Mercure) et Ascendant Verseau, colle très bien avec la profession de grand reporter : l’ensemble mêle en effet l’ouverture, l’intuition et la ténacité.

La Force de la Maison IX (recueillant en Egales, l’Uranus Maître de 1., en plus de la Tête du Dragon), encore soulignée par l’opposition Mars/Pluton sur l’axe Gémeaux/Sagittaire, vient parfaitement illustrer le combat d’une vie pour la Vie, par l’information, l’humanisme, la dénonciation des oppressions, fussent-elles lointaines ou ciblées sur d’autres communautés.

Le combat Scorpion vient défendre ‘bec & plume’ les valeurs Sagittaire & Verseau.

On remarque également l’étoile fixe Becrux (ou Mimosa : de ‘mimique’), alignée sur le Soleil Scorpion d’Albert Londres. Réputée pour donner le sens de l’investigation, l’intuition, l’endurance… Elle accorderait également l’esprit philosophique et religieux, sans pour autant préserver des accidents. A nouveau, on peut constater la capacité des étoiles fixes notables, à synthétiser d’un trait l’essence du Thème natal.

.

Albert Londres - Portrait 02

.

3. Astrotypo

Dans la lecture des différents influx astraux prêtés aux traits du visage, au moyen de la simple analogie, et en suivant le cap d’une tradition déjà bien ancienne; on constate que bien que le Ciel dans sa totalité marque la physionomie, seuls les influx redoublés parviennent à s’inscrire avec assez de netteté. De même, au fil des portraits et du temps, on remarque que si les Dominantes restent peu ou prou les mêmes, le « podium » qu’elles constituent ne cesse de varier (adolescence, âge adulte, maturité, vieillesse).

Sur les 1ers portraits [portraits ’00’ & ’01’], Albert Londres apparait principalement typé par les faisceaux contrastés Saturne-Uranus & Neptune-Lune. Cet ensemble allonge le visage mais le nimbe également, rendant à la fois « sérieux & rêveur ».

Le cadre est nettement saturnien mais Uranus & le Verseau évasent le front. Saturne & Lune en combinaison encavent quelque peu l’œil; Saturne dessine les sourcils de façon rectiligne et légèrement tombante.

La chevelure comme la barbe doivent beaucoup aux Neptune Uranus cette fois: à la fois foisonnantes & aérées, en fouillis mais orientées.

La bouche est petite, aux lèvres bien dessinées: à la fois réservée et néanmoins « en pulpe »… Elle semble traduire la Vénus encadrée par Cérès & Uranus (Maître de 1.). Une bouche Mercure Vénus encore « pulpée » par Neptune mais détaillée par Cérès…

Sur le portrait ’02’, des années ont passé, la tristesse semble l’avoir emporté sur l’innocence… Saturne est plus net encore (par exemple à la lèvre inférieure déversée, très loin de la bouche en bouton de jeunesse); Mars ou Pluton sont maintenant plus visibles: un écart s’inscrit entre l’étage du regard -encore bien lunaire ou neptunien- et le bas du visage plus rigide et affirmé. Malgré la vue de face, on perçoit maintenant davantage le nez d’oiseau de proie, caractéristique du type Scorpion (et spécialement l’indice du combiné Saturne Pluton).

.

Albert Londres - Portrait 03

.

Sur ce dernier portrait [03], datant sans doute des dernières années, la vue de profil aide à repérer ou confirmer certaines tendances:

Jupiter & Neptune ont enflé le volume.

L’évasement du front reste très Verseau; tout comme l’incliné et le dessin des oreilles.

L’œil demeure celui d’un idéaliste mais on peut mieux voir le « tombé » saturnien & réaliste (voire pessimiste) du sourcil.

Le reliquat de la chevelure semble paraphraser la combinaison planétaire Saturne (calvitie), Neptune (mousse dense et informe) et Uranus (son ressort incongru) Smile.

On retrouve la bouche aux commissures tombantes (le poids accru de Saturne, gagnant définitivement sur l’air plus enjoué des Mercure-Vénus de jeunesse).

Bien que masquée par la barbe, on perçoit la force du menton (Saturne Mars Pluton…).

Le plus remarquable est le nez: bien qu’étroitement cintré par Saturne, sa courbe et son piqué sont de Pluton, du Scorpion et de Mars.

C’est presque hypnotique de voir et suivre comment l’idéal, la douceur et la force.. l’inspiration, la douleur et la volonté se répartissent au fil des années…

..

.

Citation d’A. L. :

« Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie ».

[Albert Londres, Terre d’ébène (La Traite des Noirs), récit, Paris, Albin Michel, 1929.]

Encore modèle idéal & référence pour de nombreux journalistes français. Un prix, depuis 1933 (le Prix Albert Londres) récompense les meilleurs journalistes francophones.

.

.

4. Liens

http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Londres

http://www.astrotheme.fr/astrologie/Albert_Londres

Une biographie sur le site internet du prix Albert Londres

Au bagne d’Albert Londres, en version intégrale et gratuite

Albert Londres en terre d’ébène photographies prises par Albert Londres lors de son reportage sur l’Afrique coloniale et commentées par Didier Folléas

– Le journalisme d’enquête, ou journalisme d’investigation

L’incendie et le naufrage du paquebot où Albert Londres disparait. [Photographies]

– L’étoile fixe Becrux [conjointe au Soleil d’Albert Londres]

.

Tsilikat


%d blogueurs aiment cette page :