Syllabaire Planétaire

..

.

Intro Générale au Syllabaire Planétaire

.

Plan

1. Le Trousseau de clefs optiques

2. Présentation des principaux ouvrages de référence

3. Des Planches différentes pour illustrer chaque Type

4. L’index des articles par Type

5. Limites & contraintes du Type

6. Richesses de la Typologie Planétaire (TP)

7. De la TP à l’AstroTypo

Tip tip tip…

Comme promis aux vaillants lecteurs et aventureuses lectrices de ce blog d’Astrologie, spécialisé dans les rapports qu’entretiennent les Planètes, les signes du Zodiaque et les Astéroïdes avec l’apparence, et plus particulièrement, avec le visage…

1.

Je me lance enfin dans ce Syllabaire Planétaire, qui vise à  fournir les clefs  visuelles permettant de suivre plus confortablement (et d’éventuellement discuter) les différents articles… ces derniers se présentant quelquefois de manière encore assez cryptée malgré mes efforts pour introduire les Planches physionomiques correspondantes aux sujets traités.

C’est une tâche assez vaste (j’en mesurais mal l’ampleur avant de m’y atteler) ; mais, me voilà bien installé et je ferais du mieux que je peux, quitte, très certainement, à retravailler et compléter les Pages au fur et à mesure des développements à venir.

Chaque ‘Type’ (planétaire, zodiacal, astéroïdal…) avec ses variantes et spécificités sera présenté sur une ‘Page’ dédiée. L’ensemble s’étagera comme un arbre (à partir de cette Intro) et sera consultable en haut d’écran comme sur la barre de droite.

.

2. Présentation des principaux ouvrages de référence

La Typologie Planétaire (les Types –physiques & psychologiques- selon les portraits des divinités du Panthéon gréco-romain) constitue déjà une antique discipline.

Quelques auteurs choisis m’ont appris l’essentiel, et c’est l’occasion de les citer rapidement, avant de revenir sur leurs travaux lorsque je présenterai, de manière à les comparer, différentes planches typologiques extraites de leurs ouvrages :

Paul-Clément Jagot (en tête), avec son remarquable (bien que tout petit) opus : Les marques révélatrices du caractère et du destin publié aux Editions Dangles (réédition de 1976). Une somme, détaillée mais synthétique, plongeant le lecteur au cœur des finesses de la typologie. On peut démarrer avec ce seul ouvrage !

Le Traité de Physiognomonie d’Anne Osmont, aux Editions Dervy (Ariane 1946). Remarquable petit ouvrage très clairement rédigé, avec des portraits savamment interprétés, qui présente en outre deux points forts : de multiples planches détaillant de profil les combinaisons du septénaire ; et la pâte d’une excellente astrologue… ce qui change de ceux prétendant manier la typologie planétaire sans toucher à l’astrologie. Excellent ouvrage pour commencer à s’éduquer l’œil.

– La Morphologie Planétaire de Maurice Munzinger, dont les travaux sont réunis et présentés en amorce de l’excellent ouvrage Initiation à l’Astrologie Globale, par Claire Santagostini, aux Editions Traditionnelles (1984). La première véritable tentative (réussie) d’intégration de la Typologie Planétaire à la trame astrologique. Des Planches physionomiques très précises en sus d’une réflexion imagée et pertinente sur les 4 éléments et les âges planétaires… Un must !

– Le Dr Léon Vannier, et sa bible : La Typologie et ses applications Thérapeutiques, aux Editions Boiron (réédition de 1989). La référence dans l’observation typologique (docteur  homéopathe, oblige !). Un ouvrage clef pour apprivoiser la ronde des Types, leurs variations et assemblages ; l’auteur s’est attelé à la reconnaissance et au façonnage de multiples types puisés dans la mythologie.

– Dans la même lignée que l’ouvrage précédent mais en plus moderne, encore un médecin (et acupuncteur) : le Dr Jean-Pierre Kauffmann, et son Découvrez votre Tempérament et celui des Autres, aux Editions De Vecchi (1986). Sans doute le descriptif des Types le plus pointu à ce jour. Avec en outre la présentation très convaincante des Types Uranus, Neptune, Pluton, Cérès… et Proserpine. Un ouvrage très complet, clair et pratique, permettant de saisir le Type sous toutes ses coutures.

– Mention spéciale pour Emile Bailly, l’artiste qui a brillamment illustré L’Art de Lire Le Caractère, Le Tempérament et Les Prédispositions maladives par l’Examen Du Visage, dû aux docteurs Gaston & André Durville (aux Editions de Naturisme – sic). L’ouvrage des deux médecins, jadis directeurs de l’Institut Naturiste, n’est pas sans intérêt bien qu’il ait terriblement vieilli ; mais la qualité des Planches Typologiques simplifiées –chacune à la manière d’un logo, cependant très expressif- fait qu’elles constituent, encore à ce jour, un guide sûr (et très agréablement hilare) pour l’œil, face à l’enchevêtrement des combinaisons planétaires.

.

Astro-Typo Logos d’Emile Bailly

.

Il existe bien sûr de nombreux autres auteurs & travaux de valeur, mais je stoppe là l’avalanche… en mentionnant toutefois, pour finir, l’œuvre de Louis Corman (la Morphopsychologie).

Bien qu’il puisse donner l’impression (à mes yeux du moins), pour l’essentiel, de juste reformuler les bases de la Typologie Planétaire sur un mode davantage scientifique ; la qualité de sa réflexion sur le visage, comme celle des outils analytiques qu’il pose face au sphinx que notre masque constitue… motivent à se plonger dans ses 1ers ouvrages pour s’élargir l’horizon.

 .

3. Des Planches différentes pour illustrer chaque Type

En présentant progressivement les caractéristiques de chaque Type, j’aurai soin de revenir sur les travaux des auteurs précités, notamment en illustrant les pages avec plusieurs de leurs Planches physionomiques. D’époque, de style et d’inspiration variés, la comparaison qu’elles permettent enrichira la vision et les possibilités de « lecture du visage ». J’ajouterai aussi les miennes, plus modernes mais souvent bien moins abouties.

.
4. L’index des articles par Type

En fin de page dédiée à chaque Type, j’ajouterai (au fur et à mesure) les liens vers les articles CosmiCaravan où l’astralité en question a été abordée. A terme, cela constituera une sorte d’index des billets.

.

5. Limites & contraintes du Type

Pour rappel, l’image étant mouvante, très changeante ; et le visage, un véritable théâtre… le Type ne constitue qu’une caricature qui tente de camper les grandes lignes –celles qu’on peut discerner malgré le flou qu’entraine le perpétuel mouvement de la vie. Le Type n’EXISTE pas.

L’occasion d’étudier in vivo l’exemple d’un type pur ne se rencontre jamais… ou bien ce serait rencontrer la divinité elle-même.

D’un point de vue Astrotypo (Astrologie + Typologie), toutes les composantes du thème natal marquent le visage ; mais seules les plus fortes (et soutenues, c’est-à-dire non contrariées par le reste du thème) s’affichent au point qu’on arrive à les distinguer. Au-delà de 3 influx planétaires distincts mais entremêlés, la lecture devient hasardeuse.

Il est compréhensible que tous les acteurs cosmiques ne puissent occuper à la fois, suffisamment en lumière, l’étroite scène du visage.

Aussi, l’astrotypologue recourt au concept de ‘Familles de Formes Planétaires’ telles que les aiguës (Mercure Pallas Uranus…), les sombres (Saturne Pluton Mars…), les copieuses (Jupiter Neptune Vénus Lune…), les Lumineuses (Soleil, Apollon, Vesta, Uranus…). Et ainsi de suite avec les chaudes, les froides, les humides, les sèches, les verticales, etc.

.

6. Richesse de la Typologie Planétaire (TP)

L’homme type et étiquette ; c’est souvent regrettable mais sans cela, il ne distinguerait plus ses petits. Le langage lui-même constitue l’œuvre maîtresse en matière de typage : assigner un cadre, un son et un espace aux idées les plus fluides comme aux concepts les moins préhensibles. A ce titre, le syllabaire, l’alphabet puis la grammaire représentent des modèles hors d’atteinte mais riches d’inspiration pour le Typologue qui embrasse l’Image.

La Typologie Planétaire (TP) rapportée aux visages, puisant aux modèles de la statuaire gréco-romaine, dans la mythologie et ses multiples et incessants rejetons artistiques et culturels, peut sembler bien naïve… Elle n’en constitue pas moins la plus fine grille disponible pour se lancer dans ce type d’aventure : tenter de « lire » les visages.

La personne curieuse, l’homme ouvert… comme l’astrophile ou l’astrologue… se font vite la remarque qu’il peut être très intéressant de vérifier si les formes associées aux personnages planétaires, sont corroborées par le placement valorisé des astres correspondants, sur la carte du ciel de l’individu dont on interroge le visage…

.

7. De la TP à l’AstroTypo

Les recherches de corrélation entre les formes planétaires (les Types) et les Dominantes planétaires inscrites dans le thème natal, ont été rares, furtives et très peu développées.

Plus courantes sont les simples listes de caractéristiques physiques liées aux signes zodiacaux et aux planètes ; mais nulle tentative d’explication astrotypologique – fatalement parcellaire et incomplète, mais volontairement entreprise à l’échelle globale du thème et dans une perspective dynamique, n’a encore percé.

A cela, sans doute, plusieurs raisons : le déclassement de l’astrologue, la « confiscation » de la TP par les médecins (essentiellement) n’approuvant pas l’astrologie ou n’osant pas avouer leur intérêt pour elle, la difficulté –jusqu’à un proche passé- de recueillir des données de naissance précises et des portraits fiables et détaillés… avant la photographie, la micro-informatique et Internet*.

[*Sur ces différents points : la génération Uranus-Pluton/Vierge & Neptune/Scorpion, la technologie, l’ivresse du classement, l’éclosion de l’image et l’interrogation redoublée quant à la notion d’individu… les naissances dans les années 60-70 et les suivantes, marquent sans doute l’avènement progressif des conditions requises pour une telle aventure.]

Sauter de la lumineuse et millénaire Typologie Planétaire (TP) jusqu’à l’Astrotypo, encore en devenir, n’est pas sans poser de multiples problèmes. L’Astrologie elle-même reste un creuset où d’innombrables écoles de pensées se frottent et souvent s’affrontent… Pour simple exemple : La trompeusement « basique » mais cruciale question du calcul des Dominantes planétaires continue de diviser la plupart des praticiens…

Dans ce contexte, il serait illusoire de croire ou de prétendre, proposer un système si parfait qu’il doive rencontrer l’adhésion de tous.

Il reste qu’en avançant, même doucement, et en testant d’un clavier à l’autre (les allers et retours du visage au thème), le plaisir exquis des modestes découvertes est bien au rendez-vous.

.

Pour ne pas allonger plus cette Intro qui s’étire au point de s’enrouler sur elle-même comme un train aux multiples wagons cheminant dans les Andes… je remets à plus tard (sur une prochaine page) le développement des spécificités de l’Astrotypo -par rapport à la seule TP-, qui rappellera les principes et mécanismes de valorisation planétaire utilisés pour faire l’aller-retour du thème au visage et inversement…

.

[Smile, j’en indique juste les gros titres à la suite du billet, dans Les Commentaires.]

.

..

A suivre :

.

1. Le Type Solaire : Soleil, Lion ou Apollon ?

2. Le Type Lunaire

3. Approche croisée du Type Mercure: Mercure entre Chien & Loup

4. Le Type Mars – Arès

.

A venir: La Martienne (en complément du type Mars).

..

.


9 responses to “Syllabaire Planétaire

  • Tsilikat

    Définition de ‘syllabaire’ (nom masculin) :

    – Manuel de lecture élémentaire dans lequel les mots sont décomposés en syllabes.
    – …

    Synonymes:

    – Manuel de lecture (emploi vieilli) — alphabet.
    – a b c, abécédaire.
    ..

    Citation:

    « Amandus s’était avisé, au contraire de M. Marle, que le génie de l’écriture consistait à déguiser le mot parlé sous toutes les figures qu’il avait vues éparses dans son syllabaire. »

    Charles Nodier, Contes, textes et documents inédits, Gallica
    ..

    [Définition extraite d’Antidote.]

  • Tsilikat

    Quelles spécificités en astrotypo dans le classement des influences planétaires visibles, par rapport à l’estimation astrologique classique des ‘Dominantes’ du thème natal?
    ..

    C’est un vaste sujet nécessitant sans doute plusieurs billets. D’ici là, quelques pistes:

    – les ‘Marqueurs Spécifiques du Visage’ (MSV)
    – L’Ascendant, les Luminaires, les Angles, la Culmination, la précision des Aspects, les Amas, etc.
    – l’importance des « Éléments » et des « Triplicités »
    – l’impact visible des Aspects les plus Précis
    – l’importance des différentes Maîtrises (de 1er, second ou 3ème rang) et des Réceptions Mutuelles pour préciser les limites et les forces de chaque « famille de forme »
    ..

    – le concours général du Thème pour qu’un Type planétaire (ou astéroïdal) s’impose. Le soutien des combinés planétaires de forme approchante, avec la suprématie d’un groupe sur ceux aux formes contradictoires. Toutes les formes, soit les planètes en présence, ne peuvent s’afficher –visiblement- à la fois sur le visage. Seules les plus influentes, surtout quand elles sont soutenues plutôt que « contredites » par la synthèse globale du thème, peuvent être discernées.
    ..

    – la nécessité d’une Lecture Dynamique du visage (en mouvement et dans le temps) avec la Rotation des Dominantes au long de la ligne de temps et des Âges Planétaires, la déduction de l’influence tierce, le podium mouvant des 3 influences les plus visibles, le jeu des influx complémentaires ou opposés, les heurts et les alliances entre les « familles de formes planétaires », le cadre et les étages, la face et le profil, les indices mobiles, etc.

    .. et pour aller plus loin:

    – Le changement de la forme générale des visages selon les époques (périodes historiques… poignées de générations) avec l’idée de « Filtres Planétaires » affectant les caractéristiques générales des visages d’une époque (par exemple: Saturne jusqu’à la fin des années 40 ou cinquante; puis Uranus depuis les années 60 ou 7O)…
    Des variations mises en évidence grâce la photographie et au cinéma, permettant de comparer des classes entières de visages, en dépassant les aléas de la perception (esthétique et subjectifs), davantage prononcés dans l’étude des œuvres peintes et autres, soit les précédents et uniques moyens de la représentation.

    Les recherches et hypothèses épigénétiques (soit les tentatives pour mesurer les effets de l’environnement sur l’expression des caractères héréditaires -la toute suprématie contestée du seul gène-, pourraient (?) être mises en parallèle avec cette idée d’un « masque » spécifique correspondant avec une époque.

    – L’étude comparée à venir des planches physionomiques (les Types Planétaires) par des auteurs d’époques différentes, repiquera sur ce sujet (la vision des mêmes Types varie selon les époques)…

    -et il suffit de regarder attentivement les visages sur les documentaires antérieurs aux années 50, pour constater la forte prégnance du ‘Filtre Saturne’ sur les traits…

  • Tsilikat

    Lien vers: « La naissance de l’écriture« …

    http://www.ciral.ulaval.ca/phonetique/connaissances/phonetic_generale/oral_ecrit_framed.htm

    .

    Image hébergée par servimg.com

    .

    « L’évolution de l’écriture peut se résumer en quatre stades principaux au cours desquels les représentations graphiques se sont progressivement éloignées de l’objet ou de la notion à représenter pour se rapprocher de la forme sonore du message.

    De l’écriture synthétique dans laquelle un symbole graphique représentait un objet ou un concept, l’écriture a évoluée vers un découpage analytique où chaque signe évoque un mot.

    Viennent ensuite les écritures syllabiques où le code écrit reproduit les différentes syllabes de la langue orale.

    Enfin, l’écriture alphabétique permet d’associer à chaque symbole graphique un son de la chaîne parlée. »

  • as de caro

    Bravo Tsili,
    toutes mes félicitations pour cette mise en route de ce syllabaire qui promet d’être passionnant!!!

  • Tsilikat

    Merci Caro

    J’ai fait (moi aussi) un détour par la mer -et ça fait du bien- avant de continuer la série. Prochaine étape: la Lune

    Smile

  • Mickael

    Merci pour toutes ces informations mais à quand les prochains articles??

  • Tsilikat

    Hello Mickael

    ça va prendre du temps.

    ..Si vous parlez bien des articles du syllabaire présentant en détail chaque type planétaire..

    Après les Types Soleil & Lune, j’ai aussi approché de près le Type Mercure (avec les faisceaux Mercure/Gemini/Cérès/Virgo/Hermès).. dans le billet ‘Mercure entre chien & loup’ :

    https://cosmicaravan.wordpress.com/2011/09/07/mercure-entre-chien-loup/
    ..

    Pour la suite, smile, je ne me risquerai pas à un calendrier… mais ils finiront par suivre.

  • Tsilikat

    Hello

    J’ai pris du retard cette année (déjà mars 2012.. et je parlais de 2011)… j’ n’ai pas traité la moitié de ce que j’avais prévu… c’est vrai que d’autres trucs surgissent.. et que le temps n’est extensible que par moment…

    Mais j’en profite pour lier ce billet à la page ‘Kit de Lecture Astrotypo’ :

    https://cosmicaravan.wordpress.com/about/kit-de-lecture-astrotypo/

    .. qui présente de façon mieux détaillée le distinguo astrotypo, dans la saisie des dominantes planétaire; les influences visibles

  • Tsilikat

    Hello

    La page du Type Mars est maintenant bien avancée, la dernière partie visitera Mars en thème et sur le visage des personnalités… Plus quelques broutilles culturelles. Un complément suivra pour approcher plus spécifiquement Mars & la Femme: La Martienne.

    Je ne sais pas encore quel candidat suivra dans l’étude du prochain type… Peut-être Jupiter? .. ou plus logiquement après Mars: Vénus?

    Smile: on verra

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :