Archives de Tag: Junon

Le Mythe & La Raison

 

Olympe-00.jpg

Olympe – 01

°°

°

L’Astrologie Occidentale comme l’Astrophysique, semblent puiser à même Homère, qu’il s’agisse de nommer un astre, ou bien d’étudier une carte du Ciel. Et la famille des Dieux grecs nous est certainement plus familière que la liste des présidents de la troisième République.

Olypienne.jpg

Dans cet article où j’approche les travaux d’un illustre helléniste inconnu: Louis-Nicolas Ménard, je vais tenter de restituer l’impact de son œuvre sur ma pratique astrologique.

Olympien.jpg

Plan :

  1. Introduction

  2. Le Polythéisme Grec (flash)

  3. Portrait de Louis-Nicolas Ménard (LNM)

  4. Le Polythéisme Grec selon LNM

  5. L’Hellénisme ou le Socle de l’Astrologie Occidentale

°°°°°

°

Olympe-03.jpg

Olympe – 02

°

2. Le Polythéisme Grec (flash)

Le Polythéisme Grec, bien que considéré comme la forme aboutie du Polythéisme en général, est le plus souvent présenté comme un système religieux archaïque et dépassé.
Dépassé, bien-sûr, par la modernité des Monothéismes, et particulièrement dans la culture Occidentale, par celle du monothéisme chrétien. L’argument avancé le plus commun est fade et creux : l’avantage du monothéisme résiderait dans le passage du Multiple à l’Un.
Le mot ‘religion’ était inconnu des grecs anciens. Le terme demeure un fourre-tout où cohabitent des systèmes sociétaux constitués de catégories fort distinctes (par ex. : telle ‘religion’ englobera la vie administrative & politique, alors qu’une autre se bornera à des offrandes & des rituels…). Cela-dit, en simplifiant, considérons ‘l’Hellénisme’ comme la religion des grecs anciens, et révisons ensemble (sourire) ses traits connus les plus marquants.

Olypienne.jpg

Cet Hellénisme d’avant les philosophes, est une religion sans dogme qui imprègne toute la vie grecque ; mais la société grecque n’est pas une théocratie, le clergé n’y tient aucun rôle politique. Avant de souligner les valeurs & principes essentiels, passons rapidement sur les éléments les plus connus :
Les Dieux Grecs sont à l’image des humains. Ils sont organisés en famille. Ils incarnent des principes qui sont rappelés par leur apparence, leurs attributs, leur caractère, leurs péripéties et leurs symboles. (C’est précisément ce qui permet d’exercer l’astrotypo : les Dieux grecs sont des types humains, des caractères illustrant des principes.)

°

L’Hellénisme ignore la notion de péché et encore plus celle de « péché originel » : les païens helléniques ne recherchent ni rédemption ni salut. Les préoccupations sur l’après-mort occupent peu de place en général. Par contre, ils connaissent la notion de miasma, souillure matérielle et morale dont il faut se purifier.
L’hybris est le principal vice. Il consiste en une audace irraisonnée qui fait oublier à l’homme ses limites, sa condition, outrageant les Dieux par manque de respect. L’homme se heurte ici au destin dont certains estiment que Zeus est le maître, mais que d’autres, à la suite d’Homère, placent au-dessus de la volonté même du Père des Dieux et des hommes.
C’est pourquoi une conduite raisonnable et rationnelle est valorisée. Raison et religion ne s’opposent pas parce que la philosophie, ou amour de la sagesse, est fille du culte delphique, le premier centre de sagesse en Grèce ancienne.
Le culte du beau, fondamental dans cette religion, car manifestation de l’harmonie du monde dont les Dieux sont le foyer et leur culte le garant, conduit à la valorisation du corps et de la vie sexuelle, libérée des tabous chrétiens, amputant l’expression de la nature humaine.
[Lien Wikipédia]

°°

Louis-Nicolas-Ménard---Port.jpg

Portrait de Louis-Nicolas Ménard

°

3. Portrait de Louis-Nicolas Ménard (LNM)

Les initiales de Louis-Nicolas Ménard (‘LNM’) épellent adéquatement l’Hellénisme dont il fut le phare.
Louis-Nicolas Ménard nait le 19 octobre 1822 à Paris. Contemporain de Baudelaire, c’est lui par exemple qui l’initie au cannabis (la fameuse confiture verte) dans le grenier de l’appartement familial des Ménard.
Il sera tour à tour ou à la fois, poète, philosophe, chimiste et découvreur (du collodion), peintre (dans la mouvance de l’Ecole de Barbizon), révolutionnaire exilé (en Belgique & en Angleterre), professeur, écrivain… Et surtout, l’un des plus grands esprits et chantres francophones de l’Hellénisme.
Ses opinions politiques profondément démocratiques et sociales, ainsi que sa critique lucide du Monothéisme, ajoutées à son esprit libre et généreux, l’ont fait écarter précocement des allées les plus courues de la renommée.

°

Louis-Nicolas-Ménard-Map.jpg

Carte du Ciel de Louis-Nicolas Ménard – 19 octobre 1822, Paris

°

Découvrons son thème natal (sans l’Ascendant, et orienté pour le lever du Soleil) :

Les Soleil et Vénus en Balance signalent l’artiste. Le signe de l’équinoxe d’automne ainsi habité, sied parfaitement à cet homme passionné d’antiquités grecques, d’arts, d’équilibre et de justice sociale. Junon au sommet du Ciel (pour un Soleil au lever) vient encore confirmer le précédent.
L’occupation du signe du Sagittaire appuie sur l’intérêt philosophique, spirituel et humaniste ; Mars et la Lune (opposée au Jupiter en Exil) y dévoilent en outre la passion pour la peinture, ainsi que l’aspect cosmopolite de ses vues et de son existence.

Olympien.jpg

Saturne Taureau, au trigone de la triplette Neptune Uranus Vesta, début Capricorne, viennent ensemble cette fois, signer les capacités scientifiques… Que Mercure Scorpion, Pallas et Cérès Verseau vont encore aiguiser.
On remarque pile sur Uranus Capricorne et dans la Maison Solaire III, l’étoile fixe Kaus Borealis (lambda Sagittarii). Dite de nature ‘Mercure Mars’ (soit d’un effet redoublant l’audace intellectuelle d’Uranus), elle favoriserait le goût et le talent pour exprimer et défendre l’idéal, la liberté et la justice.
Le Grand Triangle formé des Jupiter GémeauxVénus BalancePallas Verseau (un beau triangle encore intensifié par ses aspects à la Lune Sagittaire) synthétise les hautes valeurs intellectuelles, morales, artistiques et scientifiques de notre personnage.
Olympe-02.jpg

Olympe – 03

3. Le Polythéisme Grec selon LNM

 

Selon Louis-Nicolas Ménard : le Panthéisme correspond au système des castes, le Monothéisme à la monarchie, le Polythéisme à la république. Seul le Polythéisme est compatible avec la république.
« Le monothéisme est la religion des esclaves, le polythéisme celle des hommes libres. »
Louis Ménard estime ainsi, comme Renan, que la Grèce est la vraie Terre sainte pour ceux dont la civilisation et la beauté sont le culte. La conception religieuse de la Grèce est inséparable de son génie. Sa notion propre est l’idée de la loi, c’est-à-dire de l’ordre universel, de l’harmonie. Les divinités helléniques sont des lois vivantes, dans la société comme dans la nature : l’univers est une symphonie éternelle.
« Dans l’alternance régulière des saisons, dans l’éternelle symphonie du cosmos, les Grecs trouvèrent la révélation de la loi. Les Olympiens ne sont pas les lumières du ciel, comme les dieux védiques, ils sont les lois d’ordre, de proportion et d’harmonie qui se révèlent à nos sens par la beauté, à notre esprit par la justice » (Simboliqe [sic] religieuse, 1898).
La mythologie est donc la clef de la civilisation grecque ; elle est « la langue naturelle des religions » et le principe de la symbolique est un fait acquis : les religions sont des ensembles de symboles, des idées exprimées par des images. Les conceptions antiques renferment une notion plus juste de la vie universelle que toutes nos abstractions mortes et ont, de plus, l’avantage de fournir des types à la peinture et à la statuaire. Chaque statue grecque étant la traduction d’une pensée collective…

Olypienne.jpg

Beaucoup de ces lignes, inspirées par la lecture de l’œuvre de L. N. Ménard, sont de la plume  de Véronique Dumas, l’auteur d’une notice consacrée à notre personnage, et docteur en histoire de l’art.
[Lien Inha – Véronique Dumas]
J’ai surtout voulu transmettre le message, et pour le faire, j’ai préféré la prose de femmes audacieuses, compétentes et inspirées, à mes habituelles paraphrases alambiquées. Vous pouvez ainsi, également consulter un article paru dans le Monde, « L’antiquité et les monothéismes », de l’académicienne Danièle Sallenave, qui avec élégance et concision, détaille et salue ces mêmes vertus, puisées dans l’œuvre de Louis-Nicolas Ménard.

Olympien.jpg

« Le Polythéisme est cependant différent du Panthéisme. Pour ce dernier, les êtres ne sont que des attributs de la substance unique. D’où l’impossibilité de fonder une individualité. Mais alors que le Monothéisme fait place à l’individu, il le soumet au contrôle de l’Un. Pour Ménard, diversité et pluralité constituent le fond du réel. La nature est un ensemble de forces mais ces forces sont indépendantes, elles s’équilibrent mais ne se réduisent pas l’une à l’autre, dans l’immense panthéon grec, il y a de la place pour tous les dieux.
L’affrontement des contraires créé l’harmonie, un principe ne pouvant jamais absorber tous les autres. L’homme et son esprit font partie de la nature. La coupure ontologique du monothéisme avec son Dieu transcendant et créateur n’existe pas.
Les divinités helléniques ne sont pas seulement, comme celles des autres nations, des Forces, des Puissances, des Causes, ce sont des Lois vivantes. Et à cette religion de la Loi correspondent la morale du droit appliquée dans la cité républicaine, et le culte de la beauté manifesté dans l’art. »
[Lien Le Monde – Danièle Sallenave]

°

L.N.Ménard-Livre.jpg

Les Dieux ou Lois de L’Univers.

°°

°

5.L’Hellénisme ou le Socle de l’Astrologie Occidentale

 « Les anciens Grecs, dit Hérodote, ne savaient pas les noms des Dieux; ils les appelaient simplement les Lois, à cause de l’ordre qui règne dans l’univers. »
 Cette vision grecque de l’ordonnancement du monde, distribuée en lois et en autant de Dieux qu’il est nécessaire pour en porter les principes… Oui, ce culte de l’Ordre et de l’Harmonie permet d’élucider pour une part, le fait que l’Astrologie fonctionne.
Parmi tous ses délicieux mystères, je m’interrogeais souvent sur le fait qu’un astrologue pratiquant le grand Art avec assez de réussite, le faisait à l’aide de positions astronomiques d’astres baptisés par des scientifiques, du nom des divinités du Panthéon gréco-romain… ?!

Olympien.jpg

Jusqu’à nos jours, la part métaphysique inhérente à l’Astrologie ne permet pas de produire de preuve. Telle une religion, l’Astrologie n’est toujours pas scientifiquement vérifiable. Aussi, pour un praticien parfois anxieux qu’on reconnaisse la beauté et la part de vérité encloses dans ce doux violon d’Ingres, il est savoureux de constater que la religion grecque antique, l’Hellénisme, et pour une grande part, les principes illustrés dans la Mythologie Grecque, constituent une sorte de religion de l’Ordre Universel… Une Ode à la Raison.

°

Olympe-01.jpg

Olympe – 04

°°

°

Tsilikat

Space Invaders

#

 Astro Confidential

1er bilan de l’usage des Astéroïdes sur ce blog

Sphaera Exotica

#

Depuis les hublots… :
Un point astrodézingué sur l’invasion des Astéroïdes
Le Collier de cailloux, l’Iris ou l’Essaim

#

#

L’Astrologie entre synthèse & fragmentation

La question des Astéroïdes

L’aspect fatal, hérité de la fiction et de l’association aux météorites

Le flou, la typologie en cours, les attaches encore fluctuantes sur la trame du zodiaque

La question du nom, du mythe et de l’effet

Le nombre & la taille comme principales objections

Leur usage ou non : l’intérêt

L’entrée au  catalogue  des outils astrologiques

Les techniques de maniement

Les Types astéroïdaux

L’effet d’élan pour la réintégration des étoiles fixes, des aspects mineurs… L’ouverture plus générale aux  « nouveautés », encore peu intégrées depuis cinquante ans

D’exotiques Perspectives…

#


#

Les progrès techniques (notamment autour du calcul, du traitement du signal et de l’optique) ont impacté l’astronomie de façon saisissante : des centaines de milliers d’objets ont été découverts. La « plaque céleste » que déchiffre à tâtons l’astrologue s’est couverte de nouveaux signes.

Le praticien doit trancher :

– soit il ne s’agit que de « bruit », qu’il vaut mieux écarter,  pour ne pas brouiller davantage la lecture du thème astral;

– soit ces nouveaux indices correspondent à la « ponctuation »,  jusqu’ici manquante,  permettant une plus fine interprétation du canevas planétaire.

#

#

1801, 1er janvier, découverte de (1) Cérès… Elle ne paye pas de mine, on l’oublie, on l’ignore…mais sa cohorte, sa ceinture, depuis, ont colonisé l’espace astrologique.

Revisitons son Ciel de découverte… Essayons de l’entrevoir comme celui de l’essor des astéroïdes de la grande Ceinture :

#

(1) Cérès – Ciel de Découverte, 1er janvier 1801, Palerme.

#

Un Ciel solide (riche dessin planétaire, l’Élément Terre, Saturne & Mars en vedette, beaucoup d’astres sur les angles…) mais complexe (oppositions Vénus/Saturne et Cérès/Neptune; les contrepoints Vénus & Jupiter Lune à la base précitée, plutôt sèche…).

Curieuse carte de Cérès où c’est Neptune qui tient la base!

Au moment où Neptune céleste  (en plus de Chiron) transitent son Pluton radical début Poissons…

Nous aurons plusieurs fois l’occasion de revisiter cette carte fondatrice au cours du billet.

#

#

Sur CosmiCaravan, j’ai vite abordé les astéroïdes. Pallas notamment m’a aussitôt fait tilté. Et vu que ce blog interroge les Types -le physique et son rapport à la trame astrologique; j’ai considéré que si ces nouveaux venus faisaient de l’effet, un type psycho-physique devait s’y rattacher: c’est le parti pris du blog. Smile

Chemin faisant (quasi de saison) je me suis coltiné le désherbage et le cerclage de rigueur, il fallait cibler pour ausculter, trouver des cas exemplaires, sonder l’objet et ses attaches, le relier à la trame générale, vérifier son accroche mythique éventuelle, tester ses transits, etc.

Pour faire face à la multitude, à la nouveauté éclatée, il y a l’informatique & le réseau, le traitement & les échanges: un combat jouable en fait, avec Internet et la mondialisation, la bulle astrophile a pris des proportions gigantesques, des dizaines de milliers d’esprits sont maintenant impliqués.

Le blog approche ses 4 ans; c’est encore jeune mais à l’aune des bouleversements du tempo uranien, c’est déjà une paye: il me fallait préciser ma position -actuelle et modifiable. Au gré des bivouacs je saupoudre mes billets de références aux astéros. Il est temps je crois de retourner la nappe pour inspecter le tracé.

#

#

L’opposition de Cérès culminante en Taureau, à Neptune Scorpion au FC, sur sa carte de découverte traduit pertinemment la situation astrologique contemporaine, écartelée entre la fixité conservatrice -garante d’un équilibre fatalement fissuré mais tangible-, et un défi d’intégration sans précédent -sorte de rattrapage de la modernité imposé à l’art d’Uranie…

Dans l’attente d’une synthèse qui pourrait encore tarder, et sous l’action de courants de plus en plus diversifiés, la Communauté Astrologique, à peine réélancée via les échanges et la visibilité outre frontière permise par l’Internet, se trouve au bord de la fragmentation.

La trousse de l’astrologue, tel le cartable des écoliers, devient plus riche mais pesante. Au côté des étoiles fixes, des aspects mineurs, des systèmes alternatifs de domification, des nouveaux mouvements & écoles d’astrologie, etc., les astéroïdes surgissent par poignées.

#

#

Les échanges croisent les Pour & les Contre, les enthousiastes du caillou, les curieux… & les sceptiques, les « pas emballés » devant ce tas de gravier…

Débris planétaires, comètes, météorites… la première impression laissée par les astéroïdes grossit les craintes d’un ciel incertain pouvant s’écrouler sur nos têtes.La situation de la grande ceinture, entre Mars & Jupiter, appuyant d’ailleurs cette tendance orageuse…

 Ils sont petits, plus ou moins bien formés, on les taxe légèrement de stérilité.. même si l’orpaillage cosmique devrait bientôt modifier la donne… Et ils sont quasiment innombrables; ce qui n’aide pas la saisie: l’astrologue penchant souvent davantage du côté ‘pince à épiler’ que ‘fanons de baleine’.

Sans compter que les astéroïdes sont nouveaux, c’est-à-dire mal connus. Leurs caractéristiques tout comme le détail du maillage avec le reste du thème sont toujours à l’étude. Autrement dit: les écrits et travaux à leur propos doivent endurer le test du temps.

Le précédent justifie déjà suffisamment la position des astéro-frileux; et même si rapidement, j’ai été séduit puis convaincu, je dois admettre que tout n’est pas encore assez clair… Smile: que ce n’est que le début!

#

#

Après cet interminable préambule vaguement Astro Confidential, j’enchaine avec les étapes de la rencontre avec ces drôles de cailloux, sur ce blog… Un premier bilan de l’usage des astéroïdes, en astrologie et astrotypo (astrologie + typologie)… Comme d’hab, sur un rythme décousu, et avec plein d’images.

#

#

En quelque sorte, c’est Chiron (découvert en 1977 alors que Cérès « date » de 1801) qui a fait les ouvertures, et repêché Cérès, recroquevillée sur la bretelle. C’est d’abord à l’engouement pour le charismatique centaure qu’on doit l’intérêt puis l’adhérence pour cette classe d’objets. Et même si ce billet va concentrer le tir sur la grande ceinture, on peut souligner cet exemple renouvelé du rôle de passeur de Chiron entre passé et futur, tradition et renouveau notamment.

Donc me voilà sensibilisé à l’objet Chiron dès les années 90, je constate ses effets par transits bien qu’il soit tout petit et lointain… Les 1ères interprétations proposées, tout en ayant l’immense qualité de planter le décor, m’amènent ensuite à penser que le gros du problème consiste à préciser les caractéristiques de tout nouvel objet en le testant abondamment et en collectant les avis, tout en compensant en partie les siècles par les possibilités d’échanges & Internet.

« Si Chiron passe, pourquoi pas les autres?! » me dis-je…

#

#

Après… les années 2000, le Web qui s’étoffe, l’avènement de l’astro blogo sphère, les sites, les forums… les échanges. Au moment où je plonge, je découvre qu’on y parle de Cérès; et qu’avec Chiron, Vesta, Junon & Pallas, elle forme une petite troupe qui fait couler beaucoup d’encre: l’information déboule.

Il était temps de se faire une opinion: je me jette au cou de Pallas, la Déesse aux yeux pers…

Les grandes lignes de son interprétation circulent déjà sur le Net; son Ciel de découverte confirme et l’interprétation générale et « l’accroche mythique » de Pallas Athéna: C’est très encourageant.

Sur la base des textes homériques et des multiples représentations qui en découlent (notamment la statuaire et la numismatique, mais aussi la peinture, etc.), je choisis de croiser l’approche astrologique avec la typologie, jusqu’à tenter de mettre à jour les composantes de Pallas, le détail de son faisceau ramené en termes planétaires…

Par la suite, et il m’a fallu du temps, il restait à tester l’effet par transit. Je m’en suis tiré en associant Pallas au faisceau général Mercurien, très mental, et plus particulièrement avec la notion de coordination… en croisant mes réussites variables aux échecs en ligne avec le détail de sa position, pendant un an environ.

#

#

Au fil des études je deviens rapidement persuadé de l’effet des astéroïdes. Ils semblent fonctionner exactement comme les astres classiques; sauf… qu’ils dépendent -à mon sens- de l’appui de la trame planétaire dominante pour s’exprimer ou non de façon notable.

A ce stade, plusieurs choses sautent aux yeux mais leur caractère merveilleux incite à la prudence:

(i) La résonance nominale et symbolique de l’astre.

Dans les cas testés (l’exemple de l’objet Stargazer, approché en commun avec d’autres chercheurs), l’objet astronomique et ses caractéristiques; le détail astro de la configuration du Ciel de découverte de l’astre; les  traits saillants du mythe associé, ou les liens analogiques dérivés du simple nom… Beaucoup sinon tout se retrouve restitué en terme astro-logiques qu’il est possible d’approcher sur la carte de découverte comme dans les thèmes de nativités exemplaires.

(ii) Le maniement des astéroïdes par grappes thématiques

Les astéros sont nombreux au point d’être en compétition pour servir un même personnage, porter une même idée. Leur nombre déjà incline à les manier à la louche… Et ça marche:

Les astéroïdes d’une même thématique tendent à souligner les points majeurs du thème marqué par cette thématique.

Dit comme ça, ça ne paye pas de mine mais si ce mécanisme se trouvait progressivement vérifié -l’interprétation thématique d’un Ciel à l’aide de grappes d’astéroïdes en résonance-, les possibilités explosent.

#

#

 Après Pallas, j’ai continué le façonnage des Types astéroïdaux en m’appuyant sur la même méthode mais en multipliant la présentation de thèmes et de visages d’exemples. J’ai abordé successivement Junon, Vesta, Cérès et Chiron (ces deux derniers pour l’homme & la femme).

Pour ce faire, j’ai bénéficié d’échanges avec d’autres chercheurs, notamment et c’est très net, d’échanges fructueux avec Anna Lorrai du site l’Oeil d’Horos et du blog le Gravier Cosmique.

Les échanges croisés via commentaires, forum ou mail s’avèrent indispensables; sinon on accroche uniquement le profil astral auquel on est le plus sensible, laissant dans l’ombre de nombreuses facettes, constituant justement tout le sel de l’interprétation des nouveaux objets.

#

#

L’approche typologique en me portant à traduire chaque nouvel astre en termes planétaires (par exemple Junon perçue comme un « combiné » Vénus Jupiter Lune Saturne) me prépare à l’idée qu’il ne faut sans doute pas s’acharner à vouloir faire correspondre étroitement les astéroïdes avec un seul signe du zodiaque. Mais les recherches autour de leur Maîtrise me passionnent malgré tout. Je fais d’ailleurs partie de ceux qui voient entre Cérès, la Vierge et la Maison VI, des similarités profondes.

Bon, Cérès, avec son statut de chef de file, découverte la première, et d’une masse comptant pour 25/100 du total de la Ceinture… Cérès est peut-être un cas à part. Reste qu’à ce stade, j’estime que l’impact général supposé des astéroïdes n’arrive qu’au second plan, derrière celui, dominant, des planètes. En gros, smile: la planète prime sur l’astéroïde.

Et l’inscription (la visibilité, la force) de ce dernier dépend du soutien de la combinaison planétaire la plus cousine de son profil.

Dans l’exemple de Junon: si dans un thème je retrouve ses composantes en force (Vénus + Jupiter + Lune + Saturne), épaulant une Junon déjà valorisée… je considère aussitôt que son Type pycho-physique peut s’imposer (en m’empressant de vérifier au physique).

#

#

Écarquillons les yeux, un peu,
pour décoller des confidences, et s’accrocher aux fils de la perspective qui se dessine…

#

#

L’irruption des découvertes mitraillées depuis des observatoires colossaux, repoussant les limites du cosmos, dilatant l’univers « visible »… accompagne l’accentuation du mouvement général d’individuation.

L’humain s’individualise, l’univers se dilate… Ces deux vecteurs en partie contraires m’évoquent le thème de la Grande Dispersion (cf. : Frank Herbert)… Individualisation croissante sur fond de mondialisation & de dilatation de l’univers connu (Uranus/Jupiter/Neptune)… avec la dilution consécutive (celle de l’individu dans l’espace élargi), ramenant au regroupement grégaire et clanique… Boucle & débouclage. Le geyser uranien dans la vasque de Neptune…

#

#

La ceinture d’astéroïdes menée par (1) Cérès, occupe une position centrale à l’échelle du système solaire élargi à la ceinture de Kuiper, aux environs de Pluton. Cette qualité ‘centrale’ est également soulignée par l’encadrement planétaire Mars/Jupiter de la Ceinture; soit l’anneau en pâte brisée balisant le passage de l’individu jusqu’au  groupe.

La capacité humaine à se saisir d’objets de plus plus lointains ou petits est de fait une caractéristique astronomique contemporaine. L’astrologie hésite encore à emboiter le pas… Je pense qu’elle ne résistera pas longtemps à l’aspiration cosmique en cours: la dilatation de l’univers connu.

Les astrophysiciens grattent les astéroïdes à la recherche des clefs de la formation de notre système;  à ce stade encore très précoce tout autant qu’hésitant, de façon symétrique, je pense que l’étude des astéroïdes aiguise la compréhension de la trame planétaire classique.

..

Une dernière chose avant la prochaine , smile: l’approche anthropomorphe de ce blog sans doute, mais j’ai aussi tilté sur l’aspect en forme d’iris de la grande ceinture (c’est manifeste sur l’illustration un peu plus haut)… Un iris, soit un obturateur, qui filtre la lumière en séquençant le temps…

#

##

#

Quelques liens:

Les 24 plus grands Astéroïdes [sur le Gravier Cosmique]

– Les études CC sur Cérès; Pallas; Junon; Vesta; Chiron

– Asteroids – Exploring the Wilderness of Rocks

– L’étude en commun et pas-à-pas de l’objet (8958) STARGAZER: l’aptitude à distinguer… qu’on peut consulter de façon plus claire et détaillée dans le bulletin n° 61 de l’Oeil d’Horos.

#

##

#

Tsilikat

 

%d blogueurs aiment cette page :