Archives mensuelles : juin 2009

Tsili minot chez Miss Cellu

* Miss Celluloïd *

* Miss Celluloïd *

*

Le wagon de Miss Cellu, c’est un bijou !

Sa présence dans le ruban que forme la CosmiCaravan rehausse celle-ci d’un éclat lumineux, musical… comme une perle dans le fouillis d’une brassée d’algues.

L’intérieur paraît spacieux, c’est aéré, il y sent bon.

Des miroirs au grain marqué réfléchissent des scènes de films noir et blanc (quelques uns sous-titrés en langages exotiques) diffusés par des écrans discrets. Ce qui présente les formes d’un observatoire, avec lunettes variées et pupitre de travail, est à main gauche.

Sur la droite, face à la grande baie ouverte sur l’Espace, une table basse et des coussins d’un jaune pâle brodés de fils violet au dessin végétal, reposent sur un tapis crémeux aux motifs mystérieux. Les sons flutés d’une fontaine dérobée lissent l’air.

…Très Lune Uranus Neptune… avec Vénus.

Une théière fume, posée sur la table…

Miss C. :

Hello Tsili, entre donc, hum… quels grands yeux ! allez, viens t’installer avec moi (me désignant la table, doucement, orientant son épaule)… As-tu déjà goûté le thé d’Ishtar ? Je t’ai préparé des madeleines à l’orange et au cumin, tu pourras les tremper, tu vas voir, c’est délicieux !

Ahh… je m’arrache à regret à ces souvenirs enchanteurs.

J’ai remis la main sur le dossier du « mini-tsili » assemblé par la Miss, en voici les grandes lignes :

Le rappel de sa carte du ciel

Son portrait à l’âge de 9 ans et 3 mois (le 30 juin 1975, région parisienne)

L’étude astrotypo

Le ciel de l’époque

Les anecdotes liées, collectées par Miss Cellu

Le déroulé des combinaisons Lune Mercure Mars

*

* Tsili Map * (30 03 66 Paris 15h50)

* Tsili Map * (30 03 66 Paris 15h50)

*

* Tsili * (9 ans et 3 mois)

* Tsili * (9 ans et 3 mois)

*

Lecture astrotypo (détaillée) du portrait de Tsili:

Si on « écrème » la rondeur lunaire de l’enfance (un brin mêlée à Vénus, augurant Neptune à venir… avec le combiné Lune + Vénus qui n’est pas loin du modelé neptunien)…

Mercure apparaît (le souligné appuyé de l’œil, l’expression très Virgo de la moue au sourire contenu, la forme du triangle affinant le carré plus martien…), ce à quoi on peut aussi ajouter, même si ce n’est pas criant en photo : la forme et la taille menue de mini-tsili pour son âge.

C’est donc le Mercure Virgo qui ressort – ou peut-être tout simplement les  « stigmates » de Cérès dont plusieurs typologues associent la forme générale du contour à celle de l’écu.

Mars est lui déjà très visible et frontal, il teinte le regard (cependant adouci par les influx déjà évoqués), et vient densifier les sourcils (dont l’inflexion du trait porte aussi à considérer Uranus), carre le menton, dessine nettement la mâchoire, redresse (en plan plus vertical) le front, et enfin souligne le dessin du glyphe Bélier, de la racine aux ailes du nez.

On peut ajouter, à propos des indices évoquant le signe du Bélier : le port de tête et l’attache du cou, assez typiques, surtout en lien avec le menton et le front redressé : prêt pour l’impact !

– Tout influx perçu, même minime, compte double, sur le visage d’un enfant –

S’il ne fallait compter que sur Mars et Mercure (ou Cérès), ce visage, enfantin certes, serait déjà plus sec, bien moins doux… la Lune qu’on a soulevée pour mieux voir… ne compte pas pour du beurre.

Son royaume est l’étage médian, qu’elle élargit et fait « rebondir »… l’image, la mémoire, le sentiment… sont de son rayon.

Pour aller plus loin, d’autant que le visage d’un enfant cache encore beaucoup de signes, il faut déduire et visualiser quels influx peuvent être tenus pour responsables de l’état de la forme : par là, je veux dire, qu’est-ce qui affecte et modifie sur ce portrait les formes « pures » associées au combiné Mars Mercure qu’on a identifié. (J’appelle cette astuce « la déduction de l’influence tierce ».)

Les plis contournant la bouche du nez au menton (ici accentués par la moue mais aussi présents sur le visage au repos), ajoutés à la première partie de la ligne des sourcils –curieusement rectiligne, alors que :

– la Lune arrondit et élève le trait, tout en l’éclaircissant

– Mars le grossit, le noircit, l’abaisse (le plaquant sur l’arcade) et tend à l’incurver.

– Mercure l’affine, l’élève (et le rend aérien : Mercure ; ou bien, le virgule : Cérès)

…Tout cela pour dire qu’il y a moyen d’entrevoir la trace de Saturne, déjà (sob..), sur ce portrait pourtant mercuro-lunaire en partie (influx contradictoires à ceux de Saturne, et donc difficiles à démêler).

En premier lieu, je procède généralement via les types du septénaire (sauf quand celui d’une trans-saturnienne saute aux yeux). Puis en combinant les influx relevés, tout en regardant certains détails de plus près (comme les sourcils dans cet exemple), j’essaie d’entrevoir :

– Uranus (mélange Mercure Saturne Mars)

– Neptune (mélange Lune Vénus avec parfois un brin de Saturne mêlé à Jupiter)

– ou encore Pluton (Mélange Mars Lune… avec les autres).

*

* CM1 30 Juin 1975 *

* CM1 30 Juin 1975 *

*

Mini-Tsili n’était pas sage, on le mit en pension.

Sous prétexte qu’il écrivait tout en lettres d’imprimerie (comme dans les livres), une instit sadique se mit en train (tous les jours de la semaine et les mois durant) de le « casser » au format requis, empilant brimades et punitions les plus indignes.

Mais c’est déjà l’été, Tsili empoche les billes (et sait défendre son trésor).

Au Pouilleux Massacreur, il sait réprimer jusqu’aux grimaces quand les ongles tournoyant percent la chair tendre, mais c’est aux osselets qu’il excelle vraiment (Puits de l’Oubli & Pont de la Mort).

Il sait qu’il passe en CM2, qu’il quitte la sorcière pour rejoindre un super instit cette fois (1 homme qui « fréquentait » sa mère autour de 68…) ; un prof qui lui donnera le goût d’apprendre car il sait  tout aborder d’une manière passionnante.

Mais avant cela, les vacances !

Avec bientôt la rencontre d’un bon copain –qu’il est amené à revoir, celui-là –  avec qui il va longer, en itinérant, une bonne partie des côtes françaises pendant tout l’été.

Le transit de Saturne en Cancer autour de sa Lune natale, évoque bien le pensionnat comme l’instit déplaisante.

La conjonction Jupiter Mars Chiron fin Bélier opposée à Uranus, quant à elle ; illustre bien la libération en cette fin d’année scolaire.

Pluton continue d’avancer à l’opposition du Soleil natal mais Neptune Sagittaire (rejoint par le Dragon) vient l’adoucir, offrant de belles lignes de fuite, de nouvelles perspectives.

*

* De Mercure à Lune *

* De Mercure à Lune *

*

Le Mercure ci-dessus est très « Virgo » (ce n’est pas pour autant le type Cérès), il diffère du Mercure Gémeaux (voir les planches Vénus Mercure) qui est plus joyeux, avec l’air moins studieux, plus lumineux, plus Air, moins Terre.

Avec la Lune, c’est une combinaison courante (entrant elle-même dans la « composition » de nombreux visages) qu’on peut retrouver  nettement sur l’étage médian (autour des yeux), parfois, sur certains visages.

*

* De Mars à Mercure *

* De Mars à Mercure *

*

Mars muscle la Vierge, et elle raffine Mars.

Combinaison très « technique ».

*

* Mix-Lune-Mercure *

* Mix-Lune-Mercure *

*

Les sourcils devraient être plus fins.

*

* Mix-Mars-Mercure *

* Mix-Mars-Mercure *

*

Mais Saturne s’est invité dans ce portrait.

(Le menton qui galoche, l’aspect rectiligne d’une partie du trait des sourcils, la nuance légèrement « refroidie » du regard… comme la distance avant que les lèvres puissent esquisser un léger sourire. Mercure s’y retrouve mais comme assommé.)

*

* Tsilikat *

* Tsilikat *

*

Une de mes premières tentatives pour forger le Type Bélier, après coup, j’ai vu que j’ avais fait mon portrait.

C’est là que j’ai aussi vu que je n’y arriverai pas tout seul.

(On ne voit que ce qu’on « nez »)

Portrait dans mon début de trentaine.

Mars & Mercure commencent à dessiner Uranus.

La Lune résiste, aux paupières, sur les joues et au bout du nez.

Publicités

Casanova (3) de Mars à Pluton, la Ligne de Fonte

Suite à Ciels Incisifs (1) et Ligne de Cuivre (2)

* Icosameron * Au centre de la Terre (fig.00)

* Icosameron * Au centre de la Terre (fig.00)

« J’ai eu tous les quatre tempéraments : le pituiteux dans mon enfance, le sanguin dans ma jeunesse, puis le bilieux, et enfin le mélancolique, qui apparemment ne me quittera plus. »

Enchaînons avec l’étude des portraits de Casanova plus âgé.

Le Temps vient tailler dans la chair et les passions (à l’image de la fusion réductrice du métal dans l’élaboration de la fonte) ; Vénus s’effiloche, Mars est d’abord gagné par Saturne, et Mercure par Uranus ; enfin, Pluton qui pimentait déjà la mine du jeune Giacomo fait maintenant poids égal avec le Dieu du Temps Saturne.

Je conclurai en évoquant la théorie des âges planétaires en lien avec la rotation des dominantes, soit l’entrée et sortie de scène des planètes dont le reflet joue sur nos visages.

[Chiromancie] La Ligne de Fonte : tonalité Mars Saturne. Timbre de Pluton.

Le Savoir tranche sur les Passions.

Œuvres de Plume & de Plomb.

* Ciel de Casanova * (fig. 01)

* Ciel de Casanova * (fig. 01)

*

« L’homme ne peut jouir de ce qu’il sait qu’autant qu’il peut le communiquer à quelqu’un. »

Portraits astrotypo de Casanova plus âgé :
* Casanova âgé * (fig. 02)

* Casanova âgé * (fig. 02)

– Agé  avec chapeau (fig.02)

Saturne & Uranus mêlés, Pluton (ou Mars Saturne)

Il reste du modelé de Vénus et des finesses de Mercure.

*

* Casanova âgé. Profil. Médaillon * (fig. 03)

* Casanova âgé. Profil. Médaillon * (fig. 03)

– Agé. Médaillon. Profil (fig.03)

Mars Saturne souligné par Mercure

Mars dans la pente du front (avec Mercure) comme dans le contour général et l’expression.

Saturne dans la hauteur du front, dans les joues (avec Uranus) et au menton qui galoche.

Le combiné Mars Saturne est proche d’Uranus (surtout quand on y ajoute Mercure), il est proche également de Pluton (surtout avec une influence tierce humide type Lune ou Vénus).

*

* Casanova âgé. Pièce grâvée * (fig. 04)

* Casanova âgé. Pièce grâvée * (fig. 04)

– Agé. Profil. Pièce gravée (fig. 04)

Très proche de la figure précédente, le front uranien est bien rendu (influx Mars Mercure Saturne).

Le menton galoche et la lèvre inf. qui déverse (2 indices de Saturne) sont bien nets.

Mercure est apparent aux commissures, et dans le pli qui souligne la paupière (en-dessous).

On découvre l’oreille dont l’inclinaison confirme la projection du front et de la mâchoire (la projection Mercure Mars), on aperçoit aussi l’ouverture profonde de la narine (Mars).

Le nez est détaillé, comme le sont les rides et plis d’expression sur la joue… Vénus prés de l’œil, Mars sur la pommette, Pluton & Uranus du nez à la joue, Saturne du menton et à la verticale de la bouche.

Remarque : ce profil évoque un brin celui de François Mitterrand au même âge, le combiné Pluton Vénus rattrapé par Saturne ; l’appelait-on le vénitien ?

*

Synthèse, conclusion…

Le visage, comme la vie qui l’anime, est un véritable théâtre, où les acteurs planétaires se succèdent, se bousculent, se marient, se querellent ou bien s’aiment.

Le théâtre dérive des rituels.

La perception comme la conception même du divin chez l’homme passe le plus souvent par une appropriation des astres qui, si elle apparait à beaucoup naïve aujourd’hui, n’en est pas moins subtile et profonde.

« Le mot grec prosopon signifie visage et figure dès Homère, mais aussi masque et rôle à partir de l’époque classique. En latin, comme on sait, persona signifie masque, rôle, puis personnalité, individualité, personne.

Le visage est, pour les yeux d’autrui, un masque quotidien.

Le masque permet de changer de rôle, de franchir les limites de l’humanité, jusqu’à être possédé par le divin. »

(A propos des masques : Introduction au théâtre grec antique, Paul Demont, Anne Lebeau.)

*

Giacomo jeune, arborant la malice sensuelle mercuro-vénusienne piquée du clou de Pluton.

Giacomo en homme mûr, uranien aux airs Verseau, libre-penseur et voyageur.

Giacomo vieilli et saturno-plutonien… trouvant refuge en Bohème, bibliothécaire du comte de Waldstein, écrivain révisant ses manuscrits et publiant ses œuvres.

Toutes les planètes circulent, les plus fortes se montrent et suivant l’époque (l’âge planétaire), le podium des dominantes visibles se modifie, la pièce  et le drame changent, le visage se transforme.

L’usage des types Uranus Neptune Pluton est souvent redondant avec l’approche par les 7 types planétaires de base (qui viennent précisément composer chacun des types trans-saturniens) ; mais cela ajoute des nuances utiles, tout en facilitant les allers-retours Visage / Carte du Ciel.

*

 Présentation (1ere esquisse) de la  Théorie des âges planétaires & de la Rotation des Dominantes

L’Astrotypo n’est qu’une application de  la typologie planétaire rapportée à l’étude du visage, qui tient à souligner le lien qu’elle entretient avec la configuration dominante du thème natal correspondant. (Voir la page Astrotypo Quèsaco ?)

Elle peut prendre appui, avec profit, sur la théorie des âges planétaires afin de retracer les allers-et-venues des influences planétaires visibles (soit les formes associées analogiquement aux principes planétaires dans la perspective astrologique).

En fonction de sa vitesse de déplacement apparente est associé à chaque astre un âge de la vie humaine :

* Âges Planétaires * (fig. 05)

* Âges Planétaires * (fig. 05)

La Lune marque la première enfance (les rêves, la dépendance)

Mercure l’adolescence (les échanges, l’école…)

Vénus signe les suites de la puberté (et la belle vingtaine)

Le Soleil, l’accès au stade adulte (autour de 30 ans)

Mars ou « la force de l’âge » (autour des 40)

Jupiter, la cinquantaine (l’épanouissement)

Saturne la vieillesse (la retraite)

Les transitions d’un âge à l’autre sont bien-sûr souples et variables.

(En fonction justement des dominantes de chacun.)

Comme nous le savons, le visage change avec l’âge.

Nos traits sont « façonnés » par Toutes les planètes.

Seules les plus influentes se montrent assez nettement.

Il n’est pas rare de voir un visage passer d’une dominante à l’autre.

Et à l’usage, cette théorie permet souvent de l’expliquer et de le prévoir.

Casanova, jeune, est fortement marqué par Vénus et Mercure (et ces planètes jouent un rôle non négligeable dans son thème natal). La force de ces deux astres entraîne que les formes qui leur sont associées vont marquer son visage tout au long de sa vie (elles sont dominantes,  mais parmi d’autres). Elles vont le marquer mais plus ou moins selon les époques, suivant les âges planétaires !

Ainsi, la maturité voit un retour en force de Mars. Allié aux précédentes (Mars Mercure Vénus) : cela dessine Uranus (avec l’aide de Saturne, lui-aussi très fort).

A l’inverse, ce même Saturne est très peu visible dans la jeunesse du fait des formes contradictoires de Mercure et Vénus particulièrement dominantes à cette époque.

Un Saturnien plus « pur » présentera les formes de Saturne bien avant sa trentaine (…et pourra perdre plus tôt ses cheveux).

Quand à un Lunaire prononcé, mâtiné de Mercure par exemple, il échappera au Dieu du temps très longtemps… vous voyez le principe ?

En Astrotypo c’est très utile.

A l’occasion d’un article plus étoffé, je reviendrai sur la théorie des âges planétaires.

La double lecture astrologique/astrotypo (thèmes & visages) est une optique de choix, un double foyer lumineux pour suivre le spectacle planétaire.

Cela donne parfois l’accès balcon, au moment des  principaux transits, ceux qui agissent comme des « coups de théâtre », transformant la vie, modifiant les traits.

Nous ne sommes pas fixement les mêmes ni identiques d’un portrait ou d’un moment à l’autre ; la vie est un faisceau mouvant, notre identité un manteau d’Arlequin.

Le sommet et la face des montagnes elles-mêmes varient sans-cesse.

Seul l’obtus juge l’évidence banale ; à son échelle il a raison car son existence est plate.

« Cultiver les plaisirs de mes sens fut dans toute ma vie ma principale affaire ; je n’en ai jamais eu de plus importante. Me sentant né pour le sexe différent du mien, je l’ai toujours aimé, et je m’en suis fait aimer autant que j’ai pu.

J’ai aussi aimé la bonne table avec transport, et passionnément tous les objets faits pour exciter la curiosité. »

« Heureux ceux qui sans nuire à personne savent s’en procurer [du plaisir], et insensés les autres qui s’imaginent que le Grand-Être puisse jouir des douleurs, des peines, et des abstinences qu’ils lui offrent en sacrifice, et qu’Il ne chérisse que les extravagants qui se les procurent. »

Tsilikat

P. S. :

Les citations entre guillemets (lorsque ce n’est pas précisé autrement) sont bien-sûr  (presque toutes) de la main du fameux gentilhomme vénitien Giacomo Casanova.

La plupart sont extraites de L’Histoire de ma vie, ses Mémoires, écrites dans le français racé du XVIIIème siècle, animé d’italianismes qui en rendent la lecture souple et revigorante –éminemment moderne ; des carnets, des souvenirs, des manuscrits assemblés et révisés à la fin de sa vie, au château de Dux en Bohème.


%d blogueurs aiment cette page :