Archives de Tag: Astrotypo

Space Invaders

#

 Astro Confidential

1er bilan de l’usage des Astéroïdes sur ce blog

Sphaera Exotica

#

Depuis les hublots… :
Un point astrodézingué sur l’invasion des Astéroïdes
Le Collier de cailloux, l’Iris ou l’Essaim

#

#

L’Astrologie entre synthèse & fragmentation

La question des Astéroïdes

L’aspect fatal, hérité de la fiction et de l’association aux météorites

Le flou, la typologie en cours, les attaches encore fluctuantes sur la trame du zodiaque

La question du nom, du mythe et de l’effet

Le nombre & la taille comme principales objections

Leur usage ou non : l’intérêt

L’entrée au  catalogue  des outils astrologiques

Les techniques de maniement

Les Types astéroïdaux

L’effet d’élan pour la réintégration des étoiles fixes, des aspects mineurs… L’ouverture plus générale aux  « nouveautés », encore peu intégrées depuis cinquante ans

D’exotiques Perspectives…

#


#

Les progrès techniques (notamment autour du calcul, du traitement du signal et de l’optique) ont impacté l’astronomie de façon saisissante : des centaines de milliers d’objets ont été découverts. La « plaque céleste » que déchiffre à tâtons l’astrologue s’est couverte de nouveaux signes.

Le praticien doit trancher :

– soit il ne s’agit que de « bruit », qu’il vaut mieux écarter,  pour ne pas brouiller davantage la lecture du thème astral;

– soit ces nouveaux indices correspondent à la « ponctuation »,  jusqu’ici manquante,  permettant une plus fine interprétation du canevas planétaire.

#

#

1801, 1er janvier, découverte de (1) Cérès… Elle ne paye pas de mine, on l’oublie, on l’ignore…mais sa cohorte, sa ceinture, depuis, ont colonisé l’espace astrologique.

Revisitons son Ciel de découverte… Essayons de l’entrevoir comme celui de l’essor des astéroïdes de la grande Ceinture :

#

(1) Cérès – Ciel de Découverte, 1er janvier 1801, Palerme.

#

Un Ciel solide (riche dessin planétaire, l’Élément Terre, Saturne & Mars en vedette, beaucoup d’astres sur les angles…) mais complexe (oppositions Vénus/Saturne et Cérès/Neptune; les contrepoints Vénus & Jupiter Lune à la base précitée, plutôt sèche…).

Curieuse carte de Cérès où c’est Neptune qui tient la base!

Au moment où Neptune céleste  (en plus de Chiron) transitent son Pluton radical début Poissons…

Nous aurons plusieurs fois l’occasion de revisiter cette carte fondatrice au cours du billet.

#

#

Sur CosmiCaravan, j’ai vite abordé les astéroïdes. Pallas notamment m’a aussitôt fait tilté. Et vu que ce blog interroge les Types -le physique et son rapport à la trame astrologique; j’ai considéré que si ces nouveaux venus faisaient de l’effet, un type psycho-physique devait s’y rattacher: c’est le parti pris du blog. Smile

Chemin faisant (quasi de saison) je me suis coltiné le désherbage et le cerclage de rigueur, il fallait cibler pour ausculter, trouver des cas exemplaires, sonder l’objet et ses attaches, le relier à la trame générale, vérifier son accroche mythique éventuelle, tester ses transits, etc.

Pour faire face à la multitude, à la nouveauté éclatée, il y a l’informatique & le réseau, le traitement & les échanges: un combat jouable en fait, avec Internet et la mondialisation, la bulle astrophile a pris des proportions gigantesques, des dizaines de milliers d’esprits sont maintenant impliqués.

Le blog approche ses 4 ans; c’est encore jeune mais à l’aune des bouleversements du tempo uranien, c’est déjà une paye: il me fallait préciser ma position -actuelle et modifiable. Au gré des bivouacs je saupoudre mes billets de références aux astéros. Il est temps je crois de retourner la nappe pour inspecter le tracé.

#

#

L’opposition de Cérès culminante en Taureau, à Neptune Scorpion au FC, sur sa carte de découverte traduit pertinemment la situation astrologique contemporaine, écartelée entre la fixité conservatrice -garante d’un équilibre fatalement fissuré mais tangible-, et un défi d’intégration sans précédent -sorte de rattrapage de la modernité imposé à l’art d’Uranie…

Dans l’attente d’une synthèse qui pourrait encore tarder, et sous l’action de courants de plus en plus diversifiés, la Communauté Astrologique, à peine réélancée via les échanges et la visibilité outre frontière permise par l’Internet, se trouve au bord de la fragmentation.

La trousse de l’astrologue, tel le cartable des écoliers, devient plus riche mais pesante. Au côté des étoiles fixes, des aspects mineurs, des systèmes alternatifs de domification, des nouveaux mouvements & écoles d’astrologie, etc., les astéroïdes surgissent par poignées.

#

#

Les échanges croisent les Pour & les Contre, les enthousiastes du caillou, les curieux… & les sceptiques, les « pas emballés » devant ce tas de gravier…

Débris planétaires, comètes, météorites… la première impression laissée par les astéroïdes grossit les craintes d’un ciel incertain pouvant s’écrouler sur nos têtes.La situation de la grande ceinture, entre Mars & Jupiter, appuyant d’ailleurs cette tendance orageuse…

 Ils sont petits, plus ou moins bien formés, on les taxe légèrement de stérilité.. même si l’orpaillage cosmique devrait bientôt modifier la donne… Et ils sont quasiment innombrables; ce qui n’aide pas la saisie: l’astrologue penchant souvent davantage du côté ‘pince à épiler’ que ‘fanons de baleine’.

Sans compter que les astéroïdes sont nouveaux, c’est-à-dire mal connus. Leurs caractéristiques tout comme le détail du maillage avec le reste du thème sont toujours à l’étude. Autrement dit: les écrits et travaux à leur propos doivent endurer le test du temps.

Le précédent justifie déjà suffisamment la position des astéro-frileux; et même si rapidement, j’ai été séduit puis convaincu, je dois admettre que tout n’est pas encore assez clair… Smile: que ce n’est que le début!

#

#

Après cet interminable préambule vaguement Astro Confidential, j’enchaine avec les étapes de la rencontre avec ces drôles de cailloux, sur ce blog… Un premier bilan de l’usage des astéroïdes, en astrologie et astrotypo (astrologie + typologie)… Comme d’hab, sur un rythme décousu, et avec plein d’images.

#

#

En quelque sorte, c’est Chiron (découvert en 1977 alors que Cérès « date » de 1801) qui a fait les ouvertures, et repêché Cérès, recroquevillée sur la bretelle. C’est d’abord à l’engouement pour le charismatique centaure qu’on doit l’intérêt puis l’adhérence pour cette classe d’objets. Et même si ce billet va concentrer le tir sur la grande ceinture, on peut souligner cet exemple renouvelé du rôle de passeur de Chiron entre passé et futur, tradition et renouveau notamment.

Donc me voilà sensibilisé à l’objet Chiron dès les années 90, je constate ses effets par transits bien qu’il soit tout petit et lointain… Les 1ères interprétations proposées, tout en ayant l’immense qualité de planter le décor, m’amènent ensuite à penser que le gros du problème consiste à préciser les caractéristiques de tout nouvel objet en le testant abondamment et en collectant les avis, tout en compensant en partie les siècles par les possibilités d’échanges & Internet.

« Si Chiron passe, pourquoi pas les autres?! » me dis-je…

#

#

Après… les années 2000, le Web qui s’étoffe, l’avènement de l’astro blogo sphère, les sites, les forums… les échanges. Au moment où je plonge, je découvre qu’on y parle de Cérès; et qu’avec Chiron, Vesta, Junon & Pallas, elle forme une petite troupe qui fait couler beaucoup d’encre: l’information déboule.

Il était temps de se faire une opinion: je me jette au cou de Pallas, la Déesse aux yeux pers…

Les grandes lignes de son interprétation circulent déjà sur le Net; son Ciel de découverte confirme et l’interprétation générale et « l’accroche mythique » de Pallas Athéna: C’est très encourageant.

Sur la base des textes homériques et des multiples représentations qui en découlent (notamment la statuaire et la numismatique, mais aussi la peinture, etc.), je choisis de croiser l’approche astrologique avec la typologie, jusqu’à tenter de mettre à jour les composantes de Pallas, le détail de son faisceau ramené en termes planétaires…

Par la suite, et il m’a fallu du temps, il restait à tester l’effet par transit. Je m’en suis tiré en associant Pallas au faisceau général Mercurien, très mental, et plus particulièrement avec la notion de coordination… en croisant mes réussites variables aux échecs en ligne avec le détail de sa position, pendant un an environ.

#

#

Au fil des études je deviens rapidement persuadé de l’effet des astéroïdes. Ils semblent fonctionner exactement comme les astres classiques; sauf… qu’ils dépendent -à mon sens- de l’appui de la trame planétaire dominante pour s’exprimer ou non de façon notable.

A ce stade, plusieurs choses sautent aux yeux mais leur caractère merveilleux incite à la prudence:

(i) La résonance nominale et symbolique de l’astre.

Dans les cas testés (l’exemple de l’objet Stargazer, approché en commun avec d’autres chercheurs), l’objet astronomique et ses caractéristiques; le détail astro de la configuration du Ciel de découverte de l’astre; les  traits saillants du mythe associé, ou les liens analogiques dérivés du simple nom… Beaucoup sinon tout se retrouve restitué en terme astro-logiques qu’il est possible d’approcher sur la carte de découverte comme dans les thèmes de nativités exemplaires.

(ii) Le maniement des astéroïdes par grappes thématiques

Les astéros sont nombreux au point d’être en compétition pour servir un même personnage, porter une même idée. Leur nombre déjà incline à les manier à la louche… Et ça marche:

Les astéroïdes d’une même thématique tendent à souligner les points majeurs du thème marqué par cette thématique.

Dit comme ça, ça ne paye pas de mine mais si ce mécanisme se trouvait progressivement vérifié -l’interprétation thématique d’un Ciel à l’aide de grappes d’astéroïdes en résonance-, les possibilités explosent.

#

#

 Après Pallas, j’ai continué le façonnage des Types astéroïdaux en m’appuyant sur la même méthode mais en multipliant la présentation de thèmes et de visages d’exemples. J’ai abordé successivement Junon, Vesta, Cérès et Chiron (ces deux derniers pour l’homme & la femme).

Pour ce faire, j’ai bénéficié d’échanges avec d’autres chercheurs, notamment et c’est très net, d’échanges fructueux avec Anna Lorrai du site l’Oeil d’Horos et du blog le Gravier Cosmique.

Les échanges croisés via commentaires, forum ou mail s’avèrent indispensables; sinon on accroche uniquement le profil astral auquel on est le plus sensible, laissant dans l’ombre de nombreuses facettes, constituant justement tout le sel de l’interprétation des nouveaux objets.

#

#

L’approche typologique en me portant à traduire chaque nouvel astre en termes planétaires (par exemple Junon perçue comme un « combiné » Vénus Jupiter Lune Saturne) me prépare à l’idée qu’il ne faut sans doute pas s’acharner à vouloir faire correspondre étroitement les astéroïdes avec un seul signe du zodiaque. Mais les recherches autour de leur Maîtrise me passionnent malgré tout. Je fais d’ailleurs partie de ceux qui voient entre Cérès, la Vierge et la Maison VI, des similarités profondes.

Bon, Cérès, avec son statut de chef de file, découverte la première, et d’une masse comptant pour 25/100 du total de la Ceinture… Cérès est peut-être un cas à part. Reste qu’à ce stade, j’estime que l’impact général supposé des astéroïdes n’arrive qu’au second plan, derrière celui, dominant, des planètes. En gros, smile: la planète prime sur l’astéroïde.

Et l’inscription (la visibilité, la force) de ce dernier dépend du soutien de la combinaison planétaire la plus cousine de son profil.

Dans l’exemple de Junon: si dans un thème je retrouve ses composantes en force (Vénus + Jupiter + Lune + Saturne), épaulant une Junon déjà valorisée… je considère aussitôt que son Type pycho-physique peut s’imposer (en m’empressant de vérifier au physique).

#

#

Écarquillons les yeux, un peu,
pour décoller des confidences, et s’accrocher aux fils de la perspective qui se dessine…

#

#

L’irruption des découvertes mitraillées depuis des observatoires colossaux, repoussant les limites du cosmos, dilatant l’univers « visible »… accompagne l’accentuation du mouvement général d’individuation.

L’humain s’individualise, l’univers se dilate… Ces deux vecteurs en partie contraires m’évoquent le thème de la Grande Dispersion (cf. : Frank Herbert)… Individualisation croissante sur fond de mondialisation & de dilatation de l’univers connu (Uranus/Jupiter/Neptune)… avec la dilution consécutive (celle de l’individu dans l’espace élargi), ramenant au regroupement grégaire et clanique… Boucle & débouclage. Le geyser uranien dans la vasque de Neptune…

#

#

La ceinture d’astéroïdes menée par (1) Cérès, occupe une position centrale à l’échelle du système solaire élargi à la ceinture de Kuiper, aux environs de Pluton. Cette qualité ‘centrale’ est également soulignée par l’encadrement planétaire Mars/Jupiter de la Ceinture; soit l’anneau en pâte brisée balisant le passage de l’individu jusqu’au  groupe.

La capacité humaine à se saisir d’objets de plus plus lointains ou petits est de fait une caractéristique astronomique contemporaine. L’astrologie hésite encore à emboiter le pas… Je pense qu’elle ne résistera pas longtemps à l’aspiration cosmique en cours: la dilatation de l’univers connu.

Les astrophysiciens grattent les astéroïdes à la recherche des clefs de la formation de notre système;  à ce stade encore très précoce tout autant qu’hésitant, de façon symétrique, je pense que l’étude des astéroïdes aiguise la compréhension de la trame planétaire classique.

..

Une dernière chose avant la prochaine , smile: l’approche anthropomorphe de ce blog sans doute, mais j’ai aussi tilté sur l’aspect en forme d’iris de la grande ceinture (c’est manifeste sur l’illustration un peu plus haut)… Un iris, soit un obturateur, qui filtre la lumière en séquençant le temps…

#

##

#

Quelques liens:

Les 24 plus grands Astéroïdes [sur le Gravier Cosmique]

– Les études CC sur Cérès; Pallas; Junon; Vesta; Chiron

– Asteroids – Exploring the Wilderness of Rocks

– L’étude en commun et pas-à-pas de l’objet (8958) STARGAZER: l’aptitude à distinguer… qu’on peut consulter de façon plus claire et détaillée dans le bulletin n° 61 de l’Oeil d’Horos.

#

##

#

Tsilikat

 
Publicités

Albert Londres

.

En France, c’est l’entre-deux tours de la présidentielle, le moral & la morale sont au plus bas ; l’intolérance profite ‘acidement’ de la crise ; les balles perdues frappent à chaque fois dans le dos ou en pleine tête… Plutôt qu’huiler davantage ce brasier : un billet sur la figure modèle du Journalisme –cette école du civisme ou de l’humanisme, quand il est exercé avec l’intelligence, la dignité & le courage requis :

Le vrai courage est généreux. Il enfante la Liberté.

.

Albert Londres - Portrait 00

.

Plan :

1. Éléments Biographiques

2. Esquisse Astrologique

3. Astrotypo

4. Liens

.

Albert Londres - Portrait 01

.

 

1. Éléments Biographiques

 

Albert Londres est né le 1er novembre 1884 à Vichy ; il meurt le 16 mai 1932 dans l’océan Indien. Journaliste et écrivain français, fils d’un chaudronnier, d’origine gasconne, petit-fils d’un colporteur.

(Le patronyme de Londres aurait d’abord été Loundrès, terme gascon désignant des zones humides ou marécages, puis Londrès.)

Son 1er job en tant que comptable sur Lyon après ses études, puis Paris (1903) avec la publication d’un recueil de poèmes (1904), et vite, des premiers écrits pour les journaux de sa région.

Réformé pour raison de santé en 1914, il devient correspondant militaire.

« Il désire partir en Orient mais la rédaction du Matin refuse. Commencent alors les reportages à l’étranger pour un autre quotidien, l’un des plus lus en France : Le Petit Journal. Errant sur les fronts, il voit, regarde et transmet. À son retour, il couvre la fin de la guerre en France. En 1919, pour ses reportages sur l’Italie, Albert Londres est licencié du Petit Journal sur ordre direct de Clemenceau. »

Les années 20 le voient en Russie soviétique où il parvient à pénétrer, décrire le régime bolchevik naissant (les portraits de Lénine et de Trotski) et raconter les souffrances du peuple russe. L’Asie ensuite, le quotidien du Japon et la folie de la Chine (La Chine en folie) ; les actions de Nehru, de Gandhi et de Tagore en Inde…

Sa notoriété ne cesse de grandir et ses reportages commencent à être publiés sous forme de livres.  Il s’attaque aux bagnes de Guyane, décrivant l’horreur: « son reportage suscite de vives réactions »… Des écrits amenant par leur impact sur l’opinion reforme et fermeture de nombre de ces établissements indignes.

Il s’intéresse aussi au Tour de France (Les Forçats de la route et Tour de France, tour de souffrance), ainsi qu’à la condition faite aux fous dans les asiles insalubres & inhumains (Chez les fous).

Suivent la traite des blanches en Argentine, les vies sacrifiées au Sénégal et au Congo dans la construction des voies ferrées ou les intolérables exploitations forestières… Alors que l’antisémitisme est au plus haut, considéré comme allant de soi, il prend parti dès 1929 pour la création d’un état israélien (Le Juif errant est arrivé).

Il meurt dans l’incendie du Georges Philippar, le paquebot qui le ramenait de Chine en France. Il semblait avoir découvert un grand scandale…

[Le paquebot brûle dans la nuit du 16 au 17 mai 1932, puis fait naufrage. Quatre-vingt-dix passagers, dont le célèbre journaliste Albert Londres, ne pouvant s’échapper, meurent brûlés vifs ou asphyxiés. L’enquête conclura que l’incendie avait pour origine un court-circuit ; toutefois, l’enquête n’éteindra pas les rumeurs à propos d’origines criminelles…]

« Homme curieux et rétif qui observe le monde et transmet ses impressions comme par devoir. Tous ses reportages interrogent les marges du monde, les zones d’ombre. Il dialogue avec les petits, les médiocres, les infâmes. Il investit le quotidien, peint des portraits et des tableaux. Albert Londres lutte au travers de ses écrits contre les injustices, les absurdités et les incohérences du pouvoir ; contre le silence en questionnant et en informant, n’hésitant pas à puiser dans l’Histoire pour expliquer l’actualité… »

[J’ai puisé l’essentiel des data biographiques dans le Wiki ‘Albert Londres’.]

.

Carte du Ciel d'Albert Londres

.

2. Esquisse Astrologique

 

A/ Force des marqueurs du Mental et de la Communication

– Conjonction Soleil Mercure en Scorpion placée au midi

– Bloc Vierge (Jupiter, Pallas, Cérès, Vénus)

– Souligné de l’axe Gémeaux/Sagittaire

– Puissante Maison IX (selon le système égal) : avec Vénus, Uranus, Junon & Nœud Nord.

B/ Humanisme

– Ascendant Verseau avec Uranus en Balance conjoint Vénus

– Neptune « trigoné » par Vénus, Cérès & Uranus

C/ Courage

– Soleil Mercure en Scorpion au sommet du Ciel

– Lune Bélier sur le Dragon

– Jupiter au double carré de l’opposition Mars/Pluton

On peut noter que le combiné Soleil Scorpion (surtout conjoint Mercure) et Ascendant Verseau, colle très bien avec la profession de grand reporter : l’ensemble mêle en effet l’ouverture, l’intuition et la ténacité.

La Force de la Maison IX (recueillant en Egales, l’Uranus Maître de 1., en plus de la Tête du Dragon), encore soulignée par l’opposition Mars/Pluton sur l’axe Gémeaux/Sagittaire, vient parfaitement illustrer le combat d’une vie pour la Vie, par l’information, l’humanisme, la dénonciation des oppressions, fussent-elles lointaines ou ciblées sur d’autres communautés.

Le combat Scorpion vient défendre ‘bec & plume’ les valeurs Sagittaire & Verseau.

On remarque également l’étoile fixe Becrux (ou Mimosa : de ‘mimique’), alignée sur le Soleil Scorpion d’Albert Londres. Réputée pour donner le sens de l’investigation, l’intuition, l’endurance… Elle accorderait également l’esprit philosophique et religieux, sans pour autant préserver des accidents. A nouveau, on peut constater la capacité des étoiles fixes notables, à synthétiser d’un trait l’essence du Thème natal.

.

Albert Londres - Portrait 02

.

3. Astrotypo

Dans la lecture des différents influx astraux prêtés aux traits du visage, au moyen de la simple analogie, et en suivant le cap d’une tradition déjà bien ancienne; on constate que bien que le Ciel dans sa totalité marque la physionomie, seuls les influx redoublés parviennent à s’inscrire avec assez de netteté. De même, au fil des portraits et du temps, on remarque que si les Dominantes restent peu ou prou les mêmes, le « podium » qu’elles constituent ne cesse de varier (adolescence, âge adulte, maturité, vieillesse).

Sur les 1ers portraits [portraits ’00’ & ’01’], Albert Londres apparait principalement typé par les faisceaux contrastés Saturne-Uranus & Neptune-Lune. Cet ensemble allonge le visage mais le nimbe également, rendant à la fois « sérieux & rêveur ».

Le cadre est nettement saturnien mais Uranus & le Verseau évasent le front. Saturne & Lune en combinaison encavent quelque peu l’œil; Saturne dessine les sourcils de façon rectiligne et légèrement tombante.

La chevelure comme la barbe doivent beaucoup aux Neptune Uranus cette fois: à la fois foisonnantes & aérées, en fouillis mais orientées.

La bouche est petite, aux lèvres bien dessinées: à la fois réservée et néanmoins « en pulpe »… Elle semble traduire la Vénus encadrée par Cérès & Uranus (Maître de 1.). Une bouche Mercure Vénus encore « pulpée » par Neptune mais détaillée par Cérès…

Sur le portrait ’02’, des années ont passé, la tristesse semble l’avoir emporté sur l’innocence… Saturne est plus net encore (par exemple à la lèvre inférieure déversée, très loin de la bouche en bouton de jeunesse); Mars ou Pluton sont maintenant plus visibles: un écart s’inscrit entre l’étage du regard -encore bien lunaire ou neptunien- et le bas du visage plus rigide et affirmé. Malgré la vue de face, on perçoit maintenant davantage le nez d’oiseau de proie, caractéristique du type Scorpion (et spécialement l’indice du combiné Saturne Pluton).

.

Albert Londres - Portrait 03

.

Sur ce dernier portrait [03], datant sans doute des dernières années, la vue de profil aide à repérer ou confirmer certaines tendances:

Jupiter & Neptune ont enflé le volume.

L’évasement du front reste très Verseau; tout comme l’incliné et le dessin des oreilles.

L’œil demeure celui d’un idéaliste mais on peut mieux voir le « tombé » saturnien & réaliste (voire pessimiste) du sourcil.

Le reliquat de la chevelure semble paraphraser la combinaison planétaire Saturne (calvitie), Neptune (mousse dense et informe) et Uranus (son ressort incongru) Smile.

On retrouve la bouche aux commissures tombantes (le poids accru de Saturne, gagnant définitivement sur l’air plus enjoué des Mercure-Vénus de jeunesse).

Bien que masquée par la barbe, on perçoit la force du menton (Saturne Mars Pluton…).

Le plus remarquable est le nez: bien qu’étroitement cintré par Saturne, sa courbe et son piqué sont de Pluton, du Scorpion et de Mars.

C’est presque hypnotique de voir et suivre comment l’idéal, la douceur et la force.. l’inspiration, la douleur et la volonté se répartissent au fil des années…

..

.

Citation d’A. L. :

« Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie ».

[Albert Londres, Terre d’ébène (La Traite des Noirs), récit, Paris, Albin Michel, 1929.]

Encore modèle idéal & référence pour de nombreux journalistes français. Un prix, depuis 1933 (le Prix Albert Londres) récompense les meilleurs journalistes francophones.

.

.

4. Liens

http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Londres

http://www.astrotheme.fr/astrologie/Albert_Londres

Une biographie sur le site internet du prix Albert Londres

Au bagne d’Albert Londres, en version intégrale et gratuite

Albert Londres en terre d’ébène photographies prises par Albert Londres lors de son reportage sur l’Afrique coloniale et commentées par Didier Folléas

– Le journalisme d’enquête, ou journalisme d’investigation

L’incendie et le naufrage du paquebot où Albert Londres disparait. [Photographies]

– L’étoile fixe Becrux [conjointe au Soleil d’Albert Londres]

.

Tsilikat


%d blogueurs aiment cette page :