Archives de Tag: Capricorne

Futur et Confitures

“So this will require me to get kind of cosmic on you here. But this is California. The Governor here is a cyborg.” [Bruce Sterling]

*

Prévoir est du ressort du sorcier, du prêtre, du médecin, du joueur, du pilote, de l’astrologue, du marin, du jardinier, du rôtisseur, de l’économiste… de l’aveugle ou du poète.

*

Sous la poussée technique aux rythmes tapageurs, décelables avec un brin d’avance, ‘l’anticipation’ s’est faite essentiellement économique lors de ces dernières décades.

A l’origine, le terme a désigné un courant littéraire marginal, également nommé ‘science-fiction’.

Que faut-il préférer ?

Un futur prenant source dans l’obsession d’un artiste ;

ou les prévisions chiffrées mais intéressées d’un salesman

L’artiste s’est fait vendeur depuis belle lurette et l’économiste mercenaire ; ne nous embarrassons pas plus qu’il ne faut… et jetons nous-mêmes les dés.

« You see, the future is already here, it’s just not well distributed yet.” Bruce Sterling

[Voyez-vous, le futur est déjà là, c’est juste que ce n’est pas encore bien distribué.]

Le présent, tel un plat unique, gargantuesque et fumant, présente justement tous les ingrédients permettant aux contemporains d’extrapoler, de dériver les temps à venir ; le problème est de peser les alliages en préconfigurant les combinaisons gagnantes.

L’époque, avec la fin du bipolarisme de la guerre froide, l’extinction programmée des énergies fossiles (en plus d’une pléiade d’espèces animales), les sauts quantiques de la technologie, la refonte en marche de la notion de famille, la démographie galopante et le réveil douloureux de l’antique Gaïa, étranglée par les déchets issus de l’activité humaine… se montre à nouveau mûre aux questionnements inquiets. Par tradition biblique ou autre, l’homme oscille entre deux scénarios, quitte à les faire se succéder : l’apocalypse & l’âge d’or.

L’an 2000, nirvana de toutes les expectatives, a accouché d’une souris. (Internet)

Que nous apprennent les erreurs de ces sketches naïfs, ces scénarios passés, projetés sur le 3ème millénaire ?

– Que l’on tend à construire le futur à l’aide des nouveaux « matériaux », désirés ou pressentis ; mais qu’on les colle sur la grille du présent, ratant le côche de ce fait, en négligeant l’impact du canevas brodé par de nouvelles lignes de force (?)

Le mois de janvier (qui date ce post en l’an 2011) réunit le traditionnel Capricorne au Verseau novateur ; et si on associe volontiers au second la notion de ‘futur’, le progrès tient aussi du premier, et à plus d’un égard :

En effet, sa course (le progrès) alterne les bonds verticaux avec des coulées douces et capricieuses… bien à l’image de cette chèvre des montagnes affublée d’une queue de poissons.

Le Capricorne, via Saturne est lié au temps, au pouvoir également ; Et pas de pouvoir sans conservation (murailles, barrages, prisons, obus, banques, holding…).

Le progrès serait ainsi fonction des fissures faisant jour dans une structure cadenassée ; et l’on retrouve le Verseau, capable de voir au-delà des murs et de l’hiver.

Mais maintenant, où en sommes-nous ?

Après la transformation des serfs et des esclaves en travailleurs libres de s’aliéner, phénomène rapidement industrialisé façon ‘Henri Ford’, où le facteur humain est manié comme une quantité organique,  totalement paramétrable (voir post « La fabrique du Visage »)…

Le système occidental, impérial et démocratique connait de sérieux ratés (au passage, signalons que la démocratie s’appuie historiquement sur l’esclavage : le confort des uns est extrait de leur domination sur d’autres).

La chute du bloc socialiste a privé l’autre camp de justification idéologique ; personne ne peut plus se masquer le fait que c’est pour de l’argent qu’on tue, et que pour « faire » beaucoup d’argent…

D’où la prochaine vieille recette, déjà sur les rails, crainte, pressentie, ou espérée par les plus ambitieux : le recours renouvelé à l’alibi religieux.

Pour revenir aux projections soufflées sur une trame ancienne, manquant systématiquement la plaque, nous devrions tout de même, avec un peu de retard sur les prévisions, connaître l’essor des robots (le Japon y travaille nous dit-on)…

– L’avantage : pas de salaire, pas de fatigue, pas de droit ;

– L’inconvénient : le robot fait un piètre consommateur.

En tentant de tirer parti du constat que la prévision contemporaine perpétue l’erreur de projeter son faisceau sur une grille caduque… Bornons-nous aux fondamentaux :

1. De quoi rêvent les riches ?
2. Comment vont faire les pauvres ?

Conservation, conservation… Les plus fortunés vont « travailler » à l’extension de leur espérance de vie. Obtenant, dans un premier temps, par voie légale (qu’ils contrôlent) le libre choix des meilleures pièces de rechange standard, en puisant dans les réserves « déshéritées »… Les investissements massifs dans les technologies permettant de repousser le vieillissement et la mort devraient très vite boomer.

La piste du désir des puissants reste un joker efficace pour prévoir les prochains accomplissements tenant au progrès de la science, qu’ils financent et commanditent.

Entre démographie mondiale galopante et irruption des androïdes (équivalent attendu en production du phénomène industriel automobile du siècle précédent), la côte de l’humain devrait encore chuter drastiquement.

Les pauvres, laissés pour compte, même dans les « pays de riches », vont par la force des choses devoir s’organiser pour survivre. Au croisement des phénomènes déjà remarqués d’urbanisation sauvage et de multiplication des ghettos, le salut pourrait tenir à leur capacité de réinventer la communauté.

Voir les “20 predictions for the next 25 years” (en anglais)

Prévoir, c’est espérer mais c’est aussi s’ouvrir aux terreurs à venir. En dernier lieu, prévoir reste attendre _Smile!

*

« The future is like another culture, another country. »  [Le futur est comme une autre culture, un autre pays.] Bruce Sterling

*

« Mais il ne convient pas d’anticiper sur les événements, qui seront l’enseignement de cette histoire… » — Jules Verne, Kéraban-le-Têtu, vol. I. (Savoureux! Venant de lui.)

Après ces quelques lignes que j’espère, pas trop lugubres

(l’inquiétude du futur reste un luxe d’imagination _smile);

Et sans trop de surprise, après les citations répétées…

*

J’enchaine sur un portrait de Bruce Sterling :

Écrivain, orateur, futurologue, professeur de design…

« Bruce Sterling, né en 1954 à Austin (Texas), fait des études de journalisme, publie son premier roman, La Baleine des sables, en 1977, avant de se consacrer entièrement à l’écriture au début des années 80, en publiant notamment Schismatrice (1985), Les mailles du réseau (1988), La machine à différences (1990, avec William Gibson), Gros temps (1994), Le feu sacré (1996). »

Passionné par le futur, figure du cyberpunk… En toute cohérence, le voilà aujourd’hui pleinement investi dans le militantisme écologique.

Multi-lauréat des prix littéraires « Arthur C. Clarke », « Hugo » & « Locus » (soit les plus prestigieux couronnant le champ de la S.F.), il reste encore à ce jour, en France, dans l’ombre de William Gibson, bien qu’à mon goût, il écrive infiniment mieux.

Bruce Sterling - Portrait

**

*

Ciel de Bruce Sterling
Son thème natal, sans l’Ascendant

(Même si la force du Type Lune sur ces traits peut nous mettre sur la piste du signe de la Vierge qui accueille cette dernière ; ou bien le signe du Cancer, étoffé d’Uranus, également manifeste au physique, et matchant bien le profil d’un auteur de S.F. investi dans l’écologie.)

La map multiplie aspects & lignes de force autour de la figure du grand carré, reliant le Soleil, le Dragon, Uranus & Neptune.

– Cette configuration  majeure étendue sur les axes Bélier/Balance et Cancer/Capricorne (la Croix Cardinale) peut très bien favoriser l’intérêt et l’inspiration (surtout avec Uranus & Neptune) pour les projections concernant le futur de l’homme, sur un plan individuel, relationnel (Bélier, Balance), ou sociétal et historique (Cancer, Capricorne).

– La sensibilité aux arts est indiquée par les positions en Lion, Balance, Taureau (la Lune trigone précisément la Vénus dignifiée ; Le soleil exalté oppose Neptune/Balance et trigone Pluton/Lion…).

– Quant à la démangeaison d’écriture, elle est également bien rendue par L’opposition Mercure/Cérès, le Jupiter influent en Gémeaux, la force des astres « fictionnels » (Lune & Neptune), et tout particulièrement dans le cas d’un auteur de S.F., comme on l’a vu, par Uranus placé dans le signe d’évocation du Cancer.

L’axe solaire du Bélier se trouve consolidé sur le plan de l’endurance par l’exaltation de Mars en Capricorne et le placement de Saturne en Scorpion (signe de Mars).

L’aspect solaire proprement dit, assombri quelque peu par le précédent ; adouci par la lune ; dilaté par Neptune & Jupiter ; reste cependant soutenu par plusieurs aspects tonifiants : les trigones de Mars & Pluton (Pluton depuis le Lion est particulièrement agissant), et le carré d’Uranus qui, bien qu’émanant du Cancer, accroit encore l’intensité.

Le personnage d’auteur underground polarisé sur les questions du futur de l’humanité –façon sociologie parallèle- commence à se dessiner.

La position de l’astéroïde Vesta, en conjonction au Soleil (26 et 24° Bélier), partageant tous ses aspects, est aussi remarquable : l’orientation militante et écologique, déjà sensible au cœur de ses premières œuvres (la Baleine des Sables, en 1977), à côté des configurations déjà commentées, peut, je crois, lui être imputée.

 

Vesta en Bélier, conjointe Soleil

**

*

Deux autres de ses œuvres, en rapport avec l’écologie et la longévité, très brièvement évoquées :

– Gros Temps (Heavy Weather), 1994, à propos de chasseurs de tempêtes hi-tech dans des États-Unis où l’effet de serre et le réchauffement de la planète ont rendu les tempêtes bien plus puissantes que de nos jours.

– Le Feu sacré (Holy Fire), 1996, à propos d’un monde où la longévité croit de façon continue, et de la culture souterraine marginalisée de jeunes artistes dans un tel monde.

(Résumés Wikipédia)

Liens

Bruce Sterling sur Wikipédia

(La version anglaise est plus étoffée!)

– Revue sur La Schismatrice (en français)

Blobject, spime, guizmo… Virtual is so easily stored:

– Sterling sur WikiLeaks & Assange

Immortalité? Ray Kurzweil, etc.

La Fabrique du Visage

*

**

*

Tsilikat


Le Plomb et L’Or

 

Vulgaire ou précieux, ces deux métaux, de densité élevée, ont en commun le pouvoir de braver le temps.
Leur nom désigne également une couleur : ‘or’ contre ‘gris’ bleuâtre. Associés, la teinte oscille entre bronze éteint et  « bleu Picasso ».
En succession (de l’or au plomb), après les fastes du trône, viennent les pesanteurs du pouvoir, comme les risques de chute depuis le sommet.
A l’inverse (du plomb vers l’or), ils résument la quête alchimique, la poursuite d’une transfiguration.
L’astrologie les associe aux Saturne Soleil, et à leurs signes, Capricorne & Lion.
La combinaison de ces différents facteurs forme un motif contrasté relativement fréquent. Les thèmes de nombreuses personnalités en donnent l’exemple ; ce billet propose d’en feuilleter quelques-uns.

*

Commençons dans la poussière…

*

L’évocation de l’or du Lion à l’ombre de Saturne et du Capricorne, amène facilement à se former l’image de la mine, de l’orpaillage à la ruée vers l’or.

Ce n’est qu’un des exemples possibles de la combinaison mais il souligne bien le lien entre Soleil-Saturne et Pluton, le « Zeus souterrain », maître (avec Saturne) des trésors enfouis ; les labeurs & sacrifices consentis pour amasser et conserver les richesses.

 

Leland Stanford - Portrait

*

Leland Stanford, né le 9 mars 1824 à Watervliet (New York) homme d’affaires et politicien américain. Huitième gouverneur de Californie, membre des Big Four, président de la Southern Pacific Railroad.

D’abord avocat, il lance les 1ères bases de sa fortune au cours de la ruée vers l’or, comme fournisseur des prospecteurs. Son personnage nous plonge dans la saga des magnats et autres ‘Tycoon’ nord-américains.

Ses différents portraits –impressionnants- mêlent au 1er plan les influx de Pluton-Jupiter-Neptune… la signature du potentat.

 

Ciel de Leland Stanford - sans L'Ascendant

*

Saturne/Taureau est fortifié par les planètes en Capricorne & Verseau, un sextile du Soleil, un trigone au Nœud Nord, et une réception Mutuelle avec Vénus (disposant de Saturne/Taureau depuis le Verseau).

Malgré la dilatation des traits due au combiné Jupiter-Neptune (avec Jupiter conjoint Lune, tous deux dignifiés en Cancer), Saturne est bien visible sur son visage (la structuration bien étagée des masses, le dessin caractéristique de la racine des cheveux sur le front –en pointe-, les orbites enfoncées, la lèvre inférieure déversée…).

 

*

La force d’Uranus (conjoint au Neptune/Capricorne disposant du Soleil/Poissons), en plus des planètes en Verseau, entraine l’évasement plus large et « inspiré » du front.

Au total, un treillage planétaire formidable pour, en l’occurrence, bâtir son empire financier.

*

***

L’aspect ‘structurel’ qu’implique la part Saturnienne permet aussi d’interroger
le Ciel d’une grande entreprise :

 

« La Metro-Goldwyn-Mayer Inc. (ou MGM), la société US spécialisée dans la production et la distribution de films cinéma et TV. Ses principales filiales sont MGM Pictures et United Artists. »

Créée le 16 avril 1924 à Los Angeles.

Dans les années 1930, MGM devint la plus grande société de production d’Hollywood.  Notamment avec Grand Hôtel, la série des Tarzan, Greta Garbo, Joan Crawford, Autant en emporte le vent et le Magicien d’Oz.

Dès les années 40, la part des dessins animés devient très importante avec notamment le succès des séries Droopy (Tex Avery) et Tom et Jerry (William Hanna et Joseph Barbera). Après la guerre, la firme se spécialise dans les comédies musicales, avec Fred Astaire, Gene Kelly, Frank Sinatra… La crise des grands studios à la fin des années 50 sonna son déclin.

(Wikipédia)

 

La célèbre firme au logo présentant un lion rugissant face caméra, s’exécutant à la demande routinière des dompteurs… donne un autre exemple d’une structure(Saturne) qui brille de mille feux (Soleil), en se maintenant durant 3 décades (saturne) –rayonnante- au sommet (Soleil + Saturne).

 

MGM - Création Map

*

La Carte, outre les éléments répondant à la fiction cinématographique (opposition Lune/Uranus de la Vierge aux Poissons ; Neptune & Jupiter au trigone, tous deux en Dignité ; Vénus dans le signe ludique des Gémeaux, et Pluton dans le signe d’image du Cancer…), dispose les Soleil-Saturne bien en valeur, en opposition, chacun en Dignité.

Le Mars/Capricorne exalté vient encore intensifier le lien entre les Soleil/Bélier et Saturne/Balance.

L’opposition rend bien les déchirements et les luttes à la tête de l’entreprise, comme la recherche effrénée des meilleures collaborations, ou la rude concurrence avec les autres studios.

 

En quittant doucement la notion d’empire financier (bien que), pour s’approcher plus de l’art :

*

**

Pablo Picasso, Soleil en Scorpion, Maître de l’Asc. Lion, opposé à Saturne culminant… Le rayonnement solaire est comme englouti en IV, surpassé par Pluton, encore magnifié via sa conjonction à Jupiter… Saturne-Pluton-Jupiter ou la fertilité cruelle.

*

**

Le Brun - Etudes Homme-Lion et Bouc

***

*

Pluton en "Zeus souterrain" alliant Jupiter & Saturne

***

*

Autres exemples du contraste Soleil/Saturne,
Souvent intensifié par Pluton, Mars, le Bélier, la Balance, le Verseau :

Elvis Presley, Amas Capricorne, dont le Soleil, opposé Pluton ; avec Saturne Dignifié en Verseau, en conjonction de la Lune (début Poissons).

David Bowie, Amas Capricorne, dont le Soleil, conjoint Mars exalté ; + Amas Lion, dont Saturne angulaire en VII, entre Lune et Pluton ; avec saturne Co-Maître de l’Asc. Verseau.

Patti Smith ; on retrouve les conjonctions Soleil-Mars/Capricorne & Saturne-Pluton/Lion… reliées via Neptune culminant en Balance.

 

**

*

Joan Baez, avec le Soleil/Capricorne culminant, Maître (avec Mars) de l’Asc. Bélier ; Saturne/Taureau sous l’Ascendant, et Pluton en Lion.

Mao Tse Toung, avec le Soleil/Capricorne à l’Asc. ; la Lune en Lion, et Saturne culminant en Balance.

Swami Vivekananda, également avec le Soleil/Capricorne/Asc. + Lune-Saturne/Balance.

F. Scott Fitzgerald, avec Saturne conjoint au Maître d’Asc. (Uranus) et culminant en Scorpion ; + Jupiter/Lion + Soleil trigone Pointe de 1.

 

**

*

Carole Bouquet, avec l’Asc. en Capricorne, ses deux Maîtres (Saturne & Mars) en carré ; + Soleil/Lion conjoint Pluton.

Marlène Dietrich, avec Amas conséquent en Capricorne, dont Soleil + Saturne + Maître d’Asc. (Mercure) ; avec Soleil quinconce Pointe de 1, + quinconce à la Lune/Lion.

Max Gallo, avec Luminaires, Mars et Saturne en Capricorne… Opposés Pluton/Cancer ; + Asc. Verseau opposé exact Jupiter/Lion.

 

**

*

Type Leo - Femme

**

*

Type Capricorne - Femme

*

Takeshi Kitano, avec Soleil-Mercure-Mars/Capricorne ; + la conjonction Saturne-Pluton/Lion, au trigone de Lune-Vénus.

 

***

**

*

Les assemblages Soleil-Saturne, Lion-Capricorne combinent fixité, excellence, sommets & gloire durable. (Parfois avec des épreuves en proportion… pour les natifs eux-mêmes, ou leurs proches.)

**

*

– L’exemple de Michel Houellebecq (touché lui aussi par le motif Saturne-Soleil-Pluton) est discuté et détaillé dans Les Commentaires

**

*

*

**

*

Tsilikat

 


%d blogueurs aiment cette page :