Space Invaders

#

 Astro Confidential

1er bilan de l’usage des Astéroïdes sur ce blog

Sphaera Exotica

#

Depuis les hublots… :
Un point astrodézingué sur l’invasion des Astéroïdes
Le Collier de cailloux, l’Iris ou l’Essaim

#

#

L’Astrologie entre synthèse & fragmentation

La question des Astéroïdes

L’aspect fatal, hérité de la fiction et de l’association aux météorites

Le flou, la typologie en cours, les attaches encore fluctuantes sur la trame du zodiaque

La question du nom, du mythe et de l’effet

Le nombre & la taille comme principales objections

Leur usage ou non : l’intérêt

L’entrée au  catalogue  des outils astrologiques

Les techniques de maniement

Les Types astéroïdaux

L’effet d’élan pour la réintégration des étoiles fixes, des aspects mineurs… L’ouverture plus générale aux  « nouveautés », encore peu intégrées depuis cinquante ans

D’exotiques Perspectives…

#


#

Les progrès techniques (notamment autour du calcul, du traitement du signal et de l’optique) ont impacté l’astronomie de façon saisissante : des centaines de milliers d’objets ont été découverts. La « plaque céleste » que déchiffre à tâtons l’astrologue s’est couverte de nouveaux signes.

Le praticien doit trancher :

– soit il ne s’agit que de « bruit », qu’il vaut mieux écarter,  pour ne pas brouiller davantage la lecture du thème astral;

– soit ces nouveaux indices correspondent à la « ponctuation »,  jusqu’ici manquante,  permettant une plus fine interprétation du canevas planétaire.

#

#

1801, 1er janvier, découverte de (1) Cérès… Elle ne paye pas de mine, on l’oublie, on l’ignore…mais sa cohorte, sa ceinture, depuis, ont colonisé l’espace astrologique.

Revisitons son Ciel de découverte… Essayons de l’entrevoir comme celui de l’essor des astéroïdes de la grande Ceinture :

#

(1) Cérès – Ciel de Découverte, 1er janvier 1801, Palerme.

#

Un Ciel solide (riche dessin planétaire, l’Élément Terre, Saturne & Mars en vedette, beaucoup d’astres sur les angles…) mais complexe (oppositions Vénus/Saturne et Cérès/Neptune; les contrepoints Vénus & Jupiter Lune à la base précitée, plutôt sèche…).

Curieuse carte de Cérès où c’est Neptune qui tient la base!

Au moment où Neptune céleste  (en plus de Chiron) transitent son Pluton radical début Poissons…

Nous aurons plusieurs fois l’occasion de revisiter cette carte fondatrice au cours du billet.

#

#

Sur CosmiCaravan, j’ai vite abordé les astéroïdes. Pallas notamment m’a aussitôt fait tilté. Et vu que ce blog interroge les Types -le physique et son rapport à la trame astrologique; j’ai considéré que si ces nouveaux venus faisaient de l’effet, un type psycho-physique devait s’y rattacher: c’est le parti pris du blog. Smile

Chemin faisant (quasi de saison) je me suis coltiné le désherbage et le cerclage de rigueur, il fallait cibler pour ausculter, trouver des cas exemplaires, sonder l’objet et ses attaches, le relier à la trame générale, vérifier son accroche mythique éventuelle, tester ses transits, etc.

Pour faire face à la multitude, à la nouveauté éclatée, il y a l’informatique & le réseau, le traitement & les échanges: un combat jouable en fait, avec Internet et la mondialisation, la bulle astrophile a pris des proportions gigantesques, des dizaines de milliers d’esprits sont maintenant impliqués.

Le blog approche ses 4 ans; c’est encore jeune mais à l’aune des bouleversements du tempo uranien, c’est déjà une paye: il me fallait préciser ma position -actuelle et modifiable. Au gré des bivouacs je saupoudre mes billets de références aux astéros. Il est temps je crois de retourner la nappe pour inspecter le tracé.

#

#

L’opposition de Cérès culminante en Taureau, à Neptune Scorpion au FC, sur sa carte de découverte traduit pertinemment la situation astrologique contemporaine, écartelée entre la fixité conservatrice -garante d’un équilibre fatalement fissuré mais tangible-, et un défi d’intégration sans précédent -sorte de rattrapage de la modernité imposé à l’art d’Uranie…

Dans l’attente d’une synthèse qui pourrait encore tarder, et sous l’action de courants de plus en plus diversifiés, la Communauté Astrologique, à peine réélancée via les échanges et la visibilité outre frontière permise par l’Internet, se trouve au bord de la fragmentation.

La trousse de l’astrologue, tel le cartable des écoliers, devient plus riche mais pesante. Au côté des étoiles fixes, des aspects mineurs, des systèmes alternatifs de domification, des nouveaux mouvements & écoles d’astrologie, etc., les astéroïdes surgissent par poignées.

#

#

Les échanges croisent les Pour & les Contre, les enthousiastes du caillou, les curieux… & les sceptiques, les « pas emballés » devant ce tas de gravier…

Débris planétaires, comètes, météorites… la première impression laissée par les astéroïdes grossit les craintes d’un ciel incertain pouvant s’écrouler sur nos têtes.La situation de la grande ceinture, entre Mars & Jupiter, appuyant d’ailleurs cette tendance orageuse…

 Ils sont petits, plus ou moins bien formés, on les taxe légèrement de stérilité.. même si l’orpaillage cosmique devrait bientôt modifier la donne… Et ils sont quasiment innombrables; ce qui n’aide pas la saisie: l’astrologue penchant souvent davantage du côté ‘pince à épiler’ que ‘fanons de baleine’.

Sans compter que les astéroïdes sont nouveaux, c’est-à-dire mal connus. Leurs caractéristiques tout comme le détail du maillage avec le reste du thème sont toujours à l’étude. Autrement dit: les écrits et travaux à leur propos doivent endurer le test du temps.

Le précédent justifie déjà suffisamment la position des astéro-frileux; et même si rapidement, j’ai été séduit puis convaincu, je dois admettre que tout n’est pas encore assez clair… Smile: que ce n’est que le début!

#

#

Après cet interminable préambule vaguement Astro Confidential, j’enchaine avec les étapes de la rencontre avec ces drôles de cailloux, sur ce blog… Un premier bilan de l’usage des astéroïdes, en astrologie et astrotypo (astrologie + typologie)… Comme d’hab, sur un rythme décousu, et avec plein d’images.

#

#

En quelque sorte, c’est Chiron (découvert en 1977 alors que Cérès « date » de 1801) qui a fait les ouvertures, et repêché Cérès, recroquevillée sur la bretelle. C’est d’abord à l’engouement pour le charismatique centaure qu’on doit l’intérêt puis l’adhérence pour cette classe d’objets. Et même si ce billet va concentrer le tir sur la grande ceinture, on peut souligner cet exemple renouvelé du rôle de passeur de Chiron entre passé et futur, tradition et renouveau notamment.

Donc me voilà sensibilisé à l’objet Chiron dès les années 90, je constate ses effets par transits bien qu’il soit tout petit et lointain… Les 1ères interprétations proposées, tout en ayant l’immense qualité de planter le décor, m’amènent ensuite à penser que le gros du problème consiste à préciser les caractéristiques de tout nouvel objet en le testant abondamment et en collectant les avis, tout en compensant en partie les siècles par les possibilités d’échanges & Internet.

« Si Chiron passe, pourquoi pas les autres?! » me dis-je…

#

#

Après… les années 2000, le Web qui s’étoffe, l’avènement de l’astro blogo sphère, les sites, les forums… les échanges. Au moment où je plonge, je découvre qu’on y parle de Cérès; et qu’avec Chiron, Vesta, Junon & Pallas, elle forme une petite troupe qui fait couler beaucoup d’encre: l’information déboule.

Il était temps de se faire une opinion: je me jette au cou de Pallas, la Déesse aux yeux pers…

Les grandes lignes de son interprétation circulent déjà sur le Net; son Ciel de découverte confirme et l’interprétation générale et « l’accroche mythique » de Pallas Athéna: C’est très encourageant.

Sur la base des textes homériques et des multiples représentations qui en découlent (notamment la statuaire et la numismatique, mais aussi la peinture, etc.), je choisis de croiser l’approche astrologique avec la typologie, jusqu’à tenter de mettre à jour les composantes de Pallas, le détail de son faisceau ramené en termes planétaires…

Par la suite, et il m’a fallu du temps, il restait à tester l’effet par transit. Je m’en suis tiré en associant Pallas au faisceau général Mercurien, très mental, et plus particulièrement avec la notion de coordination… en croisant mes réussites variables aux échecs en ligne avec le détail de sa position, pendant un an environ.

#

#

Au fil des études je deviens rapidement persuadé de l’effet des astéroïdes. Ils semblent fonctionner exactement comme les astres classiques; sauf… qu’ils dépendent -à mon sens- de l’appui de la trame planétaire dominante pour s’exprimer ou non de façon notable.

A ce stade, plusieurs choses sautent aux yeux mais leur caractère merveilleux incite à la prudence:

(i) La résonance nominale et symbolique de l’astre.

Dans les cas testés (l’exemple de l’objet Stargazer, approché en commun avec d’autres chercheurs), l’objet astronomique et ses caractéristiques; le détail astro de la configuration du Ciel de découverte de l’astre; les  traits saillants du mythe associé, ou les liens analogiques dérivés du simple nom… Beaucoup sinon tout se retrouve restitué en terme astro-logiques qu’il est possible d’approcher sur la carte de découverte comme dans les thèmes de nativités exemplaires.

(ii) Le maniement des astéroïdes par grappes thématiques

Les astéros sont nombreux au point d’être en compétition pour servir un même personnage, porter une même idée. Leur nombre déjà incline à les manier à la louche… Et ça marche:

Les astéroïdes d’une même thématique tendent à souligner les points majeurs du thème marqué par cette thématique.

Dit comme ça, ça ne paye pas de mine mais si ce mécanisme se trouvait progressivement vérifié -l’interprétation thématique d’un Ciel à l’aide de grappes d’astéroïdes en résonance-, les possibilités explosent.

#

#

 Après Pallas, j’ai continué le façonnage des Types astéroïdaux en m’appuyant sur la même méthode mais en multipliant la présentation de thèmes et de visages d’exemples. J’ai abordé successivement Junon, Vesta, Cérès et Chiron (ces deux derniers pour l’homme & la femme).

Pour ce faire, j’ai bénéficié d’échanges avec d’autres chercheurs, notamment et c’est très net, d’échanges fructueux avec Anna Lorrai du site l’Oeil d’Horos et du blog le Gravier Cosmique.

Les échanges croisés via commentaires, forum ou mail s’avèrent indispensables; sinon on accroche uniquement le profil astral auquel on est le plus sensible, laissant dans l’ombre de nombreuses facettes, constituant justement tout le sel de l’interprétation des nouveaux objets.

#

#

L’approche typologique en me portant à traduire chaque nouvel astre en termes planétaires (par exemple Junon perçue comme un « combiné » Vénus Jupiter Lune Saturne) me prépare à l’idée qu’il ne faut sans doute pas s’acharner à vouloir faire correspondre étroitement les astéroïdes avec un seul signe du zodiaque. Mais les recherches autour de leur Maîtrise me passionnent malgré tout. Je fais d’ailleurs partie de ceux qui voient entre Cérès, la Vierge et la Maison VI, des similarités profondes.

Bon, Cérès, avec son statut de chef de file, découverte la première, et d’une masse comptant pour 25/100 du total de la Ceinture… Cérès est peut-être un cas à part. Reste qu’à ce stade, j’estime que l’impact général supposé des astéroïdes n’arrive qu’au second plan, derrière celui, dominant, des planètes. En gros, smile: la planète prime sur l’astéroïde.

Et l’inscription (la visibilité, la force) de ce dernier dépend du soutien de la combinaison planétaire la plus cousine de son profil.

Dans l’exemple de Junon: si dans un thème je retrouve ses composantes en force (Vénus + Jupiter + Lune + Saturne), épaulant une Junon déjà valorisée… je considère aussitôt que son Type pycho-physique peut s’imposer (en m’empressant de vérifier au physique).

#

#

Écarquillons les yeux, un peu,
pour décoller des confidences, et s’accrocher aux fils de la perspective qui se dessine…

#

#

L’irruption des découvertes mitraillées depuis des observatoires colossaux, repoussant les limites du cosmos, dilatant l’univers « visible »… accompagne l’accentuation du mouvement général d’individuation.

L’humain s’individualise, l’univers se dilate… Ces deux vecteurs en partie contraires m’évoquent le thème de la Grande Dispersion (cf. : Frank Herbert)… Individualisation croissante sur fond de mondialisation & de dilatation de l’univers connu (Uranus/Jupiter/Neptune)… avec la dilution consécutive (celle de l’individu dans l’espace élargi), ramenant au regroupement grégaire et clanique… Boucle & débouclage. Le geyser uranien dans la vasque de Neptune…

#

#

La ceinture d’astéroïdes menée par (1) Cérès, occupe une position centrale à l’échelle du système solaire élargi à la ceinture de Kuiper, aux environs de Pluton. Cette qualité ‘centrale’ est également soulignée par l’encadrement planétaire Mars/Jupiter de la Ceinture; soit l’anneau en pâte brisée balisant le passage de l’individu jusqu’au  groupe.

La capacité humaine à se saisir d’objets de plus plus lointains ou petits est de fait une caractéristique astronomique contemporaine. L’astrologie hésite encore à emboiter le pas… Je pense qu’elle ne résistera pas longtemps à l’aspiration cosmique en cours: la dilatation de l’univers connu.

Les astrophysiciens grattent les astéroïdes à la recherche des clefs de la formation de notre système;  à ce stade encore très précoce tout autant qu’hésitant, de façon symétrique, je pense que l’étude des astéroïdes aiguise la compréhension de la trame planétaire classique.

..

Une dernière chose avant la prochaine , smile: l’approche anthropomorphe de ce blog sans doute, mais j’ai aussi tilté sur l’aspect en forme d’iris de la grande ceinture (c’est manifeste sur l’illustration un peu plus haut)… Un iris, soit un obturateur, qui filtre la lumière en séquençant le temps…

#

##

#

Quelques liens:

Les 24 plus grands Astéroïdes [sur le Gravier Cosmique]

– Les études CC sur Cérès; Pallas; Junon; Vesta; Chiron

– Asteroids – Exploring the Wilderness of Rocks

– L’étude en commun et pas-à-pas de l’objet (8958) STARGAZER: l’aptitude à distinguer… qu’on peut consulter de façon plus claire et détaillée dans le bulletin n° 61 de l’Oeil d’Horos.

#

##

#

Tsilikat

 

À propos de Tsilikat

Astrologue, astrophile, astrocat... de gouttière. ... engagé dans le rébus miroitant des correspondances entre le Ciel & ses reflets, les planètes & l'apparence; le physique, le sensible et la lumière: la Typologie Planétaire. Voir tous les articles par Tsilikat

21 responses to “Space Invaders

  • Anna Lorrai

    Après une longue éclipse, merci pour ce texte.
    J’aime cette association d’un bilan à la fois personnel et plus général. Je pense qu’on pourrait (c’est un « on » général) aller plus avant. C’est rare que je trouve une de tes notes trop courtes…😀

    Tu réussis ce que j’ai échoué la semaine dernière : parvenir à écrire un texte qui récapitulerait la théorie et mon parcours. Le côté mise en avant du moa me gênait. Alors je me suis retranchée, une nouvelle fois, derrière un autre… piètre Bélier !😀

  • Tsilikat

    Hello Anna

    Merci de ton soutien smile.

    Je te trouve dure avec toi même car c’est précisément grâce à tes publications régulières que je peux suivre l’actualité et les grandes tendances de la recherche sur les astéroïdes… et me mettre à la page.

    Comme toi sans doute, j’ai noté (sur le web, sur les sites, sur FB…) que l’usage des cailloux gagnait en reconnaissance ou du moins raflait de plus en plus d’intérêt… Après des années de stase, la « micro-astrologie » élargit enfin son public…

    Un peu comme on prépare un stand associatif, fiévreusement, à l’occasion des « portes ouvertes », la nécessité se faisait sentir de présenter les grandes lignes qui me conduisent quand j’aborde les astéros… un bilan.

    Mais c’est plus utile que confortable à rédiger.. car les faiblesses, les opinions, les convictions mal étayées, les limites en un mot, tout cela saute aux yeux… Et puis, pondre un bilan n’est pas très créatif, on s’ennuie vite au risque d’ennuyer tout court.

    Moa aussi, j’ai trouvé que les ‘je’ par ci et les ‘moa’ par là sont particulièrement indigestes. Quand je me relis je déglutis smile… mais bon, surtout sur un blog, je me dis pourquoi pas?

    Quant à aller plus loin…: pas évident, smile, je pensais au début insister sur l’approche astrotypo (c’est ce que j’ai fait un peu), le recours au physique ajoute des repères bien utiles surtout, comme ici, quand les limites de l’ensemble où l’on plonge demeurent floues… mais rester davantage général défendait mieux l’idée première: présenter l’état, ma base actuelle, avec ses plus et ses moins… qu’il reste à corriger et compléter.

    J’ajoute que c’est la lecture de ton dernier billet qui m’a décidé, car il pointe précisément le besoin dans ce domaine: les avancées théoriques plus globales aidant à faire sens de la multitude tout en guidant l’astrologue.
    Aborder sans cesse des nouveaux objets, les étudier, les tester, les présenter, les utiliser… c’est passionnant évidemment mais assez vite, le besoin d’un cadre théorique plus général se fait sentir: c’est avec ça qu’on peut aller plus loin… Avec toute la difficulté pour ne pas retomber sur un truc idéologique qui fourvoie plus qu’il ne guide le praticien.

    Mais je reste optimiste, je pense que ça va venir.

    Sinon, j’ai eu du mal à m’y remettre cette rentrée car déjà avant l’été je cherchais un nouveau ton… et je ne l’ai pas trouvé.

    smile

  • Tsilikat

    Hum… Je nous relis…

    ..et je réalise (nous sommes tous deux Bélier) que le constat un peu gêné de nos manques (et il en faut pour entrainer le Bélier à faire un bilan)… sonne malicieusement au diapason de ce diable de Saturne.. qui n’en finit pas de finir son séjour en Balance, à l’opposé de notre signe.

    La levée de son siège après près de 3 ans sous nos murs.. d’ici quelques jours (glop!)… devrait lessiver tout ça…

    #
    Image hébergée par servimg.com
    #

    Je vais p’têtre quand même trouver le nouveau ton que je cherchais… et tu vas p’têt’ toi aussi décrocher de l’auto-lapidation… un mal endémique, il semblerait, chez les astérologues.. Loll

    A bientôt, Smile

    ..

    http://studio16mmjackinthebooks.blogspot.fr/2012/06/academie-du-bilboquet.html

    J’ajoute (au-dessus) le lien vers un site qui parle du bilboquet: la 1ere playstation, plus Saturne Balance qu’Uranus Verseau… la bille de bois qui menace le crane et l’enthousiasme du Bélier… Ma touche cérésienne n’adhère pas totalement avec la citation que le site place en exergue:

    Life is too short to be little. Benjamin Disraeli, (21 December 1804 – 19 April 1881)

    … même si la vie est décidément trop courte.

    #
    Image hébergée par servimg.com

    #

  • Anna Lorrai

    Bonjour Tsili,
    Je ne voulais pas dire que ton article n’était pas suffisant… il marque un jalon. Tu décris bien les retranchements où il t’a poussé… et je les comprends assez intimement.

    Le fait que tu parles de toi ne m’a nullement ennuyée, cela donnait crédibilité au propos comme lorsqu’une démonstration vient naturellement à l’appui d’un résultat, on comprend le cheminement par son exposé.

    Le bilboquet a du souci a se faire : les crânes sont épais et résistants ! :’-)

  • Tsilikat

    Hello Anna

    Je ne prenais pas mal ce que tu as écrit… ce serait difficile, smile.

    Je voulais juste dire que le passage au ‘je’ m’a posé problème aussi; spécialement en Astro, où un ton plus distant me plait davantage (je trouve ça class, je crois loll).
    Et je voulais aussi souligner que dans ce champ d’expériences encore nouvelles pour moi, je bénéficie depuis le début du blog de ton soutien ainsi que plein d’infos précieuses.

    Après ces échanges très agréables, smile, je reviens sur ce qui m’a bloqué, gêné pour tourner le billet et aller plus loin:

    – l’absence de cadre théorique général pour l’usage des astéroïdes;
    – Le flou de leur relation avec le zodiaque & les planètes.

    Dès qu’on les pratique, on est vite convaincu de leur effet et de sa pertinence. D’ailleurs, on n’exige plus de Chiron ou même de Pluton des pièces complémentaires ou des preuves à fournir pour nous convaincre astrologiquement… Et pourtant ils sont lointains et petits.

    Je suis à la fois gourmand et inquiet des futures propositions de systèmes et de théories qui attaqueront le problème d’ici peu je l’espère.
    Gourmand car c’est un besoin; inquiet parce que je ne serais pas satisfait d’un psycho machin ou d’un spirituo truc, bien trop faciles à pondre, et n’aidant en rien (c’est tout le contraire) le praticien.

    Je ne sais pas… la soluçe viendra peut-être du côté astronomique?

    ..
    Le bilboquet.. pas si mal comme symbole de la recherche sur les astéros, non ?

  • Annlor

    Ah chouette.
    C’est bien d’inscrire noir sur blanc les difficultés ressenties.
    Les miennes ne se situent pas là.

    Le cadre théorique qui est le mien est la loi d’analogie illustrée par « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour accomplir le miracle, tatata… »
    Ceci me pose que tout ce qui orbite autour du soleil, petit ou grand, lointain ou proche, est un sujet d’étude potentiel. Exceptions à « qui orbite autour du soleil » : le soleil lui-même et notre satellite.

    Ensuite, si par cadre théorique de l’usage des astéroïdes (de la ceinture), tu as besoin de leur trouver un sens, je peux adapter la théorie du système solaire intérieur et extérieur.
    A savoir, que si l’on est près du soleil, les planètes intérieures + mars de l’autre côté de la Terre on est « dans la personnalité » ; Jupiter et Saturne clôturent la personnalité (monde visible) en étant appelées semi-collectives, et parlent de l’insertion de la personne dans la société. De sorte que les astéros de la 1e Ceinture sont alors (dans ce cadre) forcément des objets ou outils de développement qui aident, stimulent, préparent cette approche sociale semi-collective.

    De même que Chiron est appelé « le pédagogue de la transpersonnalité » parce qu’il orbite entre Saturne (qui marque le seuil de la personne), et Uranus (qui « débute » les sphères impersonnelles de l’être ou d’un autre point de vue les planètes collectives), de même la 1e ceinture, offre à la personne des opportunités d’exercer ses moyens d’actions (Mars), au sein d’un très vaste et large choix de possibles (la ceinture) et trouver une place unique et utile à prendre dans le cadre du vivre ensemble social (Jupiter-Saturne).

    L’absence de décision par rapport au zodiaque et comment ils s’y raccrochent est le point qui me semble le plus difficile à régler.

    Parce que comme toi, je vois bien que même quand ils ne sont pas raccrochés au Zodiaque et insérés dans le jeu des maîtrises, il ne laissent pas pour autant d’être efficaces, pour autant qu’ils soient réellement valorisés (par conjonctions et par angularité) d’une part et que la synthèse faite pour le natif soit réellement en rapport avec « son intériorité ».

    Néanmoins, il y a plusieurs positions :

    – pas de maîtrise sur le zodiaque, utilisation simplifiée, dans une seconde lecture du thème après la classique. Dépend de la sensibilité et de la culture générale du praticien qui connaissant un grand nombre d’archétypes, et les astéros correspondants est à même de repérer si un travail particulier de son consultant dessus, pourrait lui être utile.

    – utilisation d’un seul représentant pour la ceinture. A débattre : Cérès qui est la plus grosse ? ou Vesta qui est la seule qui soit « visible à l’oeil nu » (argument de l’astrologie ancienne la plus classique : on doit utiliser ce dont la lumière parvient à nous) ?

    – détermination d’un pack supplémentaire de quelques astéroïdes bien archétypaux, de préférence des choses très identifiées qui parlent de façon relativement évidente à un grand nombre, avec détermination soit d’affinités, de liaisons à des signes, soit régence.

    Si régence : faut-il adapter un astéro en lui donnant par exemple une régence nocturne ou diurne : si la planète a la régence diurne, l’astéro a la régence nocturne (ou l’inverse, à étudier).
    De toutes façons, cette option laissera sur le carreau d’autres astéroïdes « sans régence ». Ceci ne devrait pas empêcher – quand on en étudie un nouveau – de stipuler à quels signes il ressemble, afin de permettre un classement ou un repérage global. Néanmoins, je peux ramener des articles sur Chiron qui montrent que ce jeu des affinités quand l’archétype est fort, n’a rien d’évident.

    La détermination des astéros à prendre absolument, se fera t elle sur un critère : chronologique ? (premier arrivé, premier servi) signifiant ? (archétype fort et consensuel) matériel ? (taille, poids, mensurations, brillance). Ou faudra-t-il pondre une variable qui énonce que tout astéroide assez gros, assez vieux et assez signifiant doit participer au casting ?

    Je te laisse méditer déjà là dessus…

  • Tsilikat

    Jolie synthèse!
    Je te rejoins…

    C’est à dire que j’en suis en effet à peu près là… à dériver un sens général des astéros d’après leur emplacement (leur encadrement planétaire), d’après les caractéristiques astronomiques les plus évidentes (taille, temps de révolution, composition, plan et inclinaison, etc.)… en plus, bien-sûr, de l’ accroche mythologique ou symbolique propre au nom porté.

    . Arrivé à ce point (la définition générale de l’astéro d’après sa situation sur la partition planétaire classique), le flou des liaisons avec le système astro connu (zodiaque, signes, maîtrises, etc.) vient bloquer pas mal.

    . Et surtout le grand nombre des cailloux empêche (ou du moins limite en proportion) l’importance qu’on peut donner à chacun… Autrement on ne s’en sort plus: ramener la multitude sur le même plan (en terme d’impact ou d’effet) que les 7 ou 10 astres de base, ça ensable le poiscaille comme les mirettes, exposant l’analyse à des gros risques d’incohérence.
    Quand on pense par exemple à l’importance de la Lune & du Soleil, leur impact véritablement saillant dans le thème, comparés à ceux, bien moindres, des autres planètes… et qu’on passe ensuite aux astéroïdes…

    ..

    Parfois, de la même manière qu’avec les aspects mineurs, je monte la carte uniquement avec des astéroïdes (sans les planètes, comme je le ferais sans les aspects majeurs), me disant qu’ils peuvent constituer un système parallèle d’interprétation… Et ça ne marche pas si mal… mais ce n’est encore que de l’essai plus que de la conviction. Smile

    Mais tu as raison, tout est sous nos yeux, il reste à méditer.

  • Annlor

    Le livre de Martha Wescott en esquisse une vingtaine. Elle les place tous en thème mais j’ai du mal à capter son truc parce que c’est mâtiné d’astrologie uranienne à laquelle je ne comprends goutte (qui s’évertue également à rajouter des hypothétiques) mais qui a peut-être plus l’habitude de gérer de la carte chargée, avec du mi-point en veux-tu en voila…
    Il faudrait que je traduise un exemple tiré du livre.

    ***
    <> (Bélier)

    Je ne sais pas si le souci vient du fait qu’il n’est pas possible d’avoir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière…

    Est-il ennuyeux que certains astéros soient mis plus en avant que d’autres ? Est-ce que le côté « deux poids deux mesures » est embêtant ? Est-on obligatoirement obligé de tous les prendre, ou bien aucun, sinon ce n’est pas juste ?

    J’ai le sentiment que c’est un problème « vraiment grave » pour bien des astrologues, et que le nombre humainement ingérable les désespère à un point qu’ils souhaiteraient ne jamais avoir entendu parler des astéros, et rembobiner sous la couette à l’époque bénie où l’on se contentait d’espérer vaguement une Proserpine…

    Cela me fait penser à des gens qui seraient devant une bibliothèque ou une librairie et qui s’arracheraient les cheveux en disant : c’est pas possible, il y a trop de livres au monde…
    Il y a l’éducation (ceux qu’on nous fait tous lire à l’école plus ou moins parce que « quelqu’un » a décidé que ceux là il « fallait » les avoir lus — mettons que ce sont les planètes) et après, il y a nos livres.
    Mais est-ce qu’on les choisit par ordre alphabétique ? au poids ? au nombre de pages ? Ou un peu plutôt au sujet, en fonction de notre curiosité, de notre envie du moment ou de la recommandation persuasive d’un ami ?
    Moi je dis ce qu’on ne fait pas pour les livres, on ne devrait pas le faire pour les astéros.😀

    En ce qui me concerne, je ne place pas de suite, les astéroïdes dans un nouveau thème.
    Il y a d’abord les dix planètes. Puis (assez vite) les Noeuds parce que sans eux je ne sais pas ce qui motive l’incarnation et ça m’énerve.
    Une fois que j’ai tout ça, j’ajoute la Lune Noire, les lunes noires.
    Quand ça c’est bouclé, j’ai souvent envie de mettre les 4 majeurs « pour voir », mais il faut pour cela que j’ai une idée nette déjà de Vénus et de la Lune. Et si les majeurs ne sont pas vraiment en position de force je laisse tomber.
    Et une fois que j’ai fait tout ça, en général, je suis vannée par l’effort. Surtout si j’ai vraiment essayé de rentrer lentement dans le thème, par ces strates successives, qui me prennent chacun un temps d’imprégnation et de méditation rien moins que pas rapide.

    Les astéroïdes, c’est quand je commence à avoir des questions. Certains feraient peut-être de l’astro horaire… Pourquoi telle ou telle passion ? Pourquoi un comportement spécifique trahissant une jalousie maladive alors que les planètes affectives ne semblent pas si durement touchées… Pourquoi ce surnom ? cette réputation excellente ou épouvantable ? cette fichue tendance à l’héroïsme mal placé (ou d’un autre âge) ?

    Je pense que je ne dois pas être assez bonne astrologue tradi pour avoir des réponses à ces questions (des réponses qui me satisfassent sans me donner le sentiment du pifomètre complet et pour le coup injustifiable).
    Alors je commence — et si besoin il y a — à tirer la carte d’astéroïdes sélectionnés par ma connaissance de leur mythologie et du rapport qu’ils pourraient avoir avec une traduction psycho de la situation. Parfois, je pense avoir le bon astéro, pile, mais n’est pas si bien placé que je pensais ou pas intriqué dans l’écheveau existant. Parfois, il me semble au contraire que l’insertion d’un astéroïde bien choisi donne la clé d’une situation en même temps que sa durée… (enfin la durée de notre travail de conscientisation). Voilà pourquoi j’aime la 1e ceinture.

    ****
    J’ai déjà parlé de cette expérience sur FB. Lorsque cette année, Mars a été rétrograde, j’ai vécu une situation professionnelle très difficilement. Mars est en X au natal, mais c’est pourtant au quotidien et tous les jours que c’était insupportable (Mars rétro transitant la VI).
    Peut être qu’un astrologue classique se suffit de Mars rétro pour expliquer un bouillonnement de fureur indiscontinu sur plus d’un trimestre …

    Deux choses me frappaient dans ma situation : une fureur et une frustration, une rage mentalisée, comme j’en avais rarement connues, et le sentiment d’être écartelée et de vivre une sorte de conflit de loyautés et de tiraillement comme en vivent les enfants de divorcés, qu’on oblige à subir un choix qu’ils ne veulent pas faire et qui ne leur convient pas. C’est précis.

    Comme je venais de fournir peu de temps avant un topo sur Lilith l’astéro, et que la rage, la frustration remachées, relèvent de son territoire, j’ai presque été soulagée de voir qu’elle transitait la maison X et mon Mars d’une part.
    J’ai réalisé d’autre part qu’elle transitait aussi ma Perséphone natale conjointe à Mars, et que ce duo se trouvait transité, en opposition par toutes les perséphones : cora, perséphone et proserpine, au moment où j’ai décidé d’ouvrir le thème et de me dire : ce n’est pas possible je veux comprendre pourquoi je ressens précisément ça (en février).

    J’ai spontanément associé Persephone à « enfant de divorcé » qui connaissent eux aussi le deal de « un coup chez papa, un coup chez maman », du « partage arbitraire et invivable », et pas son mot à dire.
    Bien sûr Persephone est tiraillée entre son mari et sa mère (et pas entre deux services de l’entreprise), chacun estimant légitime de l’avoir pour lui seul de plein droit en raison du besoin ou de l’amour qu’il éprouve.
    Lilith comme Perséphone se rejoignent sur des problématiques de « choix » (être choisi et préféré pour soi, et ne pas choisir en organisant un compromis amer).
    Personnellement, je trouve qu’ici l’apport de ces deux astéros là, m’a suffit. Je n’en ai pas placé davantage, dès qu’ils ont dégagé des conjonctions trop proches, cela a été mieux d’un coup, alors que par l’astro classique l’amélioration n’aurait su venir qu’au moment de la sortie définitive de Mars non seulement de la Vierge mais aussi de ma Maison VI.

    Ici j’ai trouvé une « réponse » qui m’a satisfaite, et que je trouvais éclairante (et à postériori seulement apaisante), au prix d’une transposition et d’une adaptation à un cadre différent de celui du mythe. Le but n’était pas de fourrer un max d’astéros sur tous les degrés par curiosité et pour faire avancer la science… C’est un cas véridique d’auto-consultation.
    Est-ce que j’ai eu besoin depuis de me réinterroger sur Lilith ? Non pas depuis qu’elle a arrêté son carré à elle même ? Perséphone ? Non plus. Faudra-t-il que je m’en préoccupe toute ma vie pour autant ? Pendant plus de 40 ans je n’en ai pas eu besoin…

    Je trouve que cette utilisation même si elle n’a aucun cadre théorique et aucune insertion de maitrises, s’est relativement bien débrouillée pour être utile et éclairante avec juste des maisons et des transits majeurs durs… Je ne sais pas au nom de quoi il faudrait en vouloir davantage. Je n’imagine même pas gagner une efficacité supérieure à celle-ci. En plus elle était immédiate…

    Pourquoi tant de discussions torturées et incertaines ? Pourquoi soupirer après le flou ?😀
    Comment cela pourrait-il être plus clair ?
    Je conviens que sans mythologie et sans réflexion sur celle-ci, « ça ne veut rien dire », mais sinon ?

  • Annlor

    Ah zut, ma citation du Bélier a sauté.
    Il disait : Il y a un temps pour la méditation et un temps pour l’action !

  • Tsilikat

    L’action c’est un peu la méditation du Bélier, smile.

    Je suis profondément d’accord avec ton développement: on peut utiliser avec profit les astéroïdes sans connaître encore le cadre théorique qui les organise.

    Très juste au passage, je trouve, ta vision de Perséphone partagée entre des parents divorcés.
    Ce qui rapelle d’ailleurs qu’un astre peut voir ses principales attributions varier selon l’époque, toujours dans la même cohérence symbolique, mais en s’attachant analogiquement à de nouvelles formes sociétales, à des réalités contemporaines… Ce qui fait considérer avec méfiance la tendance à définir en 3 mots (voire en un seul verbe) l’action d’un astre (style: Cérès = nourrir; Junon = union; etc.). Il semble préférable et bien plus intéressant dans l’acte d’interprétation, d’imaginer les astres comme des entités « vivantes », avec une tendance, un caractère, une économie… une complexité évolutive et cohérente… pas un truc mort et figé.

    *

    Et à propos de ta recherche pour expliquer une humeur martienne pas commode et durable (le transit de la Lune Noire)… smile, ça me parle bien, je fais un peu pareil quand la trame planétaire sèche ne m’offre pas d’indices, je check (entre autres) les astéros… J’ai d’ailleurs, depuis mes débuts, fait un tas de cartes d’évènements perso très intenses que je n’ai pas pu astro expliquer… et tous les 2 ou 3 ans je les réexamine à l’aide d’outils nouveaux… comme par exemple certains astéroïdes.

    *

    Cela dit, dans la foulée du billet, la tentative de bilan, et des discussions qui ont suivi à propos de ce qui pourrait nous emmener plus loin… :

    – c’est, je crois,en raison de ce manque de cadre théorique plus précis et cependant fonctionnel, qu’il est difficile de penser plus loin.
    Une avancée théorique convaincante règlerait les problèmes « d’attaches » des astéroïdes au paquebot Astrologie (qui fait quoi, qui est relié à quoi, qui prime sur quoi… et pourquoi, etc.)…
    Et dès lors, leur usage se ferait moins à l’aveugle, les dérivations psychologiques et spirituelles pourraient éclore et enrichir la réflexion et l’analyse sans taper dans l’eau ou servir d’alibi au vide et de cache misère.

    C’est ça que je cherche pour aller plus loin, mais je ne me sens pas capable de le concevoir… smile alors j’espère qu’un esprit mieux équipé ou inspiré réglera bientôt le problème.

  • Tsilikat

    Une grande part de notre échange consiste à éclaircir les malentendus inévitables, propres à la communication à distance, particulièrement sur un tel sujet, où les termes ne sont pas encore suffisamment fixés… Mais c’est un réel plaisir malgré cela car ça fait bien gamberger… et même si la solution n’a pas encore levé le doigt, le problème est de mieux en mieux posé.

    Smile

  • Anna Lorrai

    Oui, et oui.
    Tiens cette fois c’est toi qui pense qu’on peut aller plus loin. Les esprits d’envergure disponibles pour ce genre de recherche et de construction sont peut-être occupés à des sujets plus… graves🙂 Faut pas gâcher.

    Il y a une sorte de vieille mythologie de l’astro qui veut que les premiers temps à Sumer, on se contentait de relever les phénomènes survenus dans le royaume, en regard des mouvements des quelques planètes visibles (dans le petit nombre de signes qu’ils avaient, moins que nous maintenant).

    Un temps où l’interprétation n’était pas de mise – simplement inenvisageable. Ce refus de donner du temps au temps, cette volonté de tout avoir tout de suite, de cueillir la fleur alors qu’on a encore la graine dans la main et que la bêche est dans la cabane… Est-ce bien raisonnable ? :-)))

    Petite précision, lorsque j’ai parlé de Lilith, il s’agissait de 1181 Lilith et non « la Lune Noire », celle que j’ai appelée « déesse irée » (jeu de mot nul et totalement pédant sur dies irae… qui se prononce presque pareil). Pardon je le ferai plus (enfin jusqu’à une prochaine fois).

  • Tsilikat

    Ces échanges autour des astéroïdes, leur intégration en cours à l’astrologie, foudroyante tout à coup, après des siècles de stase, avec toutes les questions, le flou, les maladresses…

    ..le billet est court, c’est vrai.. et d’ailleurs, je trouve finalement que je suis assez passif côté réflexion sur ces questions… Que le grand Triangle en cours, entre Neptune (+ Chiron), Saturne (+ Soleil) et Cérès, en signes d’Eau… nous conduise vers la Soluçe… Ouais! Que le grand Triangle nous sauve la mise loll

  • Lunesoleil

    Je me posais la question es-ce qu’avec la carte du 1er astéroïde découvert dans ce cas de figure Cérès , l’on pouvait déterminer ensuite l’évolution de l’étude des astéroïdes en astrologie ?
    Et comme Neptune arrive sur Pluton de la carte de découverte et se présente comme Apex d’un YOD (Uranus sextile Lune). On peut je pense mais dans une direction spécifique…
    Par ailleurs => Neptune se trouve en apex d’un T carré et la porte de sortie d’y trouve Mars et Cérès …
    Le transit de Saturne sur Neptune en 2014 , n’est pas forcément un bon présage dans la carte du 1er astéroïde découvert. Si cela se produit comme l’effet d’un domino , il risque d’entrainer tous les autres …. euh ….
    Saturne en opposition Vénus n’aidant pas si l’on reste dans l’expectative de tous ces cailloux , au lieu d’agir sur le plan concret . Comme nous faisons sur nos blog respectifs🙂
    Et les exemples Mercure trigone Saturne et sextile Vénus , ne devrait être considéré sur des faits existentiels en s’écartant des pensées chimériques …
    Bon weekend à toi🙂

    • Tsilikat

      Hello Lune So

      Avec un retard digne des premiers chemins de fer, je rebondis sur ton commentaire…

      Et en effet, ce Saturne pesant au cou de l’ascendant du thème de découverte de Cérès augurait bien ce qui s’est passé: Cérès et les astéros n’ont pas eu la côte pendant des siècles…

      Sur un plan psycho rapporté à la figure de la Déesse, l’oppoz Saturne/Vénus couchée sur l’horizon matche aussi très bien le côté coincé qu’on retrouve dans le mythe (comme dans le descriptif du signe de la Vierge ou des caractéristiques de la Maison VI.

      Smile

      • Lunesoleil

        Hello Tsilikat
        Dans le livre de Jean Billon Saturne n’est pas du tout à l’ascendant euh !!!!
        Et la conjonction Lune/Jupiter qui a reçu le trigone du transit à Uranus à partir de 2010 coïnciderait à mes premiers articles sur les astéroïdes qui se trouve au sextile Uranus dans la carte de découverte de Cérès …
        Pour rester sur une note positive, les maitres de l’axe des nœuds lunaires Mars et Vénus en carré s’est un fait mais décroissant , donc les cycles de Vénus Mars en mondial peut être une opportunité renouvelé. L’énergie de ce cycle est très magnétique et peut créer une sorte d’attraction et répulsion constante . Un jour on aime, un autre jour on aime pas …
        Dans l’article sur l’astéroïde Photographica si je me souviens il y a une opposition Mars et Vénus que j’ai mis en relief lors d’un semi sextile décroissant de Mars et Vénus …. et pourtant je l’avais déjà repéré depuis quelques semaines…

        Pour moi les astéroïdes sont du domaine du vécu personnel , une connivence avec notre intimité et que cela doit passé avant tout par une mise en lumière d’une expérience personnelle et non collective. Et cela peut donner l’impression que l’étude des astéroïdes n’intéresse pas et pourtant ….😉

  • Tsilikat

    Hello Lune So

    … je filais le même genre de raisonnement en contemplant la carte de découverte de Cérès en commençant ce billet…

    A voir, dans le futur, si cette carte continue d’indiquer des inflexions notables dans l’usage et la connaissance des astéroïdes, y compris sur le plan astronomique…

    Cette opposition Vénus Saturne fait très ‘Cérès’ au passage.

  • Tsilikat

    Hello Lune So

    Dans le livre de Jean Billon, les cartes sont dressées en « mode universel », orientées sur le Dragon (le Nœud Nord donne la Maison 1, les autres suivent en mode égal).

    Une méthode choisie et explicitée par l’auteur, du fait qu’elle offre une solution élégante au problème de l’heure de découverte, souvent imprécise, avec en conséquence un flottement pour déterminer à coup sûr l’Ascendant.

    Son livre donne la preuve que ça fonctionne, même si sans connaissance de l’heure précise de découverte de chaque caillou, il faille se résoudre à ne pas trop attendre du point Ascendant qui reste irrémédiablement « questionnable »sauf quand exceptionnellement l’heure est disponible.

    Un bouquin qui date (années 80) mais qui éclaire encore remarquablement la voie pour jouer avec les cailloux.

    • Tsilikat

      Souvent, et d’ailleurs comme bcp d’autres astrologues tentant de tirer des infos des cartes de découverte pour faire connaissance avec un astre, j’opte pour la carte de culmination de l’objet, entre 22 h et minuit, avec le Soleil au bas de la carte, laissant le nouveau venu bien rayonner. Statistiquement, les découvertes intervenaient en effet après le coucher du Soleil; maintenant c’est moins vrai car la technologie fonctionne jour et nuit. …

      C’est aussi là qu’on réalise que la détermination du point Ascendant reste un choix relatif, une manière de voir.. Un choix symbolique: le lever du Soleil. Il est important de sentir (tout au moins à mon sens) que d’autres choix symboliques sont possibles et tout autant cohérents.. Surtout selon la nature de la question considérée.

      On pourrait tout autant se caler sur la pointe de 2 ou de 10, et c’est d’ailleurs ce qu’on fait quand on consulte plus précisément la sphère pro par exemple.

      L’Ascendant donne l’angle de vue. Et quand l’heure est incertaine, on peut et doit quand même choisir un angle… comme par exemple le Soleil, ou comme l’a fait Billon dans son impeccable manuel sur les astéroïdes, le Nœud Nord de la Lune.

  • Tsilikat

    Pour l’heure de découverte de Cérès par Piazzi, le 1er janvier 1801 à Naples, plusieurs sources convergent autour de 20 h. Ce qui ramène Saturne à l’Ascendant… Mais encore une fois l’heure exacte demeure incertaine.

    Un lien vers une carte parmi d’autres: http://www.astrologychart.eu/astronomy/1-ceres-discovery-piazzi.html

  • Tsilikat

    Hello

    Je reviens sur un bout de l’article que je relis et qui m’a frappé, sourire:

    « ces nouveaux indices [Cérès & les astéroïdes] correspondent à la ‘ponctuation’, jusqu’ici manquante, permettant une plus fine interprétation du canevas planétaire. »

    Cette idée de ponctuation fait directement lien avec Cérès, associée à la ‘virgule‘, cette serpette détaillant le rythme & le sens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :