De Mannix aux Experts – la subornation du Héros

.

L’invasion ripoline des figures d’autorité maculant les écrans: flic, juge, chirurgien, agent spécial, etc. L’extinction des rebelles.
L’avilissement et la récupération du Héros.
Ce n’est pas nouveau mais ces dernières années –particulièrement fétides & sécuritaires-  ont accentué le phénomène : les écrans dégoulinent de flics, d’agents spéciaux, de juges et autres tristes sires.
Où sont passés les rebelles, les âmes épineuses mais généreuses, se sacrifiant au bénéfice de la communauté, détricotant les barbelés du Pouvoir -toujours sclérosant voire mutilant pour la liberté du quidam lambda…Vous & moi.

Maintenant, tous sont encartés, ont leur plaque, leur képi, les menottes, les seringues… L’arsenal fatal & réglementaire. C’est le grand débauchage des héros, qui mangent dans la main de la C.I.A. et consorts,  jusqu’à pleurnicher à propos des horaires, des veilles imposées ruinant leurs week-end… et les nôtres.

La symbolique héroïque est « retournée » comme un doigt moulé dans un gant de latex. Et quand on redresse la perspective : nos Experts et autres Special Agents tiennent bien davantage du Sheriff de Nottingham que de Robin des bois.

 .

Neptune, Pluton, Uranus [dans ce contexte: mensonge, menace & technologie]… l’Agence, le modèle des James Bond et autres Chuck : les « dangereux sympathiques sous contrat », bravant le danger et l’aventure au quotidien, au service de la « sécurité » de la nation…

Pouvant être amené jusqu’à tuer « par devoir », mais présenté bien cadré, par un système de valeurs « civico-militaires » et de relais techniques & hiérarchiques: l’agent spécial n’est au final qu’un employé qualifié, l’exécuteur de tâches excitantes certes, mais qu’il ne doit jamais discuter.

En résumé, tout en prétendant la défendre, il est payé pour enfreindre la Loi (notamment celles préservant la liberté d’autrui) au profit de son employeur -une Agence quelconque, occultement financée par les ponctions faites aux populations mêmes que l’agent doit mettre au pas sinon dans la tombe.

L’inversion culmine dans la plainte implicite du 00…, dont les succès et les faits d’arme diversement glorieux ne doivent jamais filtrer : ça doit rester secret ; ce qui est parfois frustrant mais toujours très pratique.

– « Oui mais, le terrorisme ?! »  me direz-vous Et bien, justement, n’a-t-il pas le dos si large qu’on peut sous ce prétexte nous larder à foison !?

En deux mots, j’en ai marre des Experts, de leurs cotons-tiges et de leurs pelles à tartes… tartinant bien épais une morale sous-jacente du pire acabit ; je préfère l’esprit des Indiens, des Pirates, fussent-ils stellaires, de Zorro, Robin Hood, la Tulipe noire, Arsène Lupin… Un pompier héroïque ? A la bonne heure ! S’il ne se prend pas pour un flic.

Un héros aux ordres ; mais qu’est-ce que c’est ?!… sinon une faute lourde de fiction, un mythe émasculé, un idéal à genoux ramassant son enveloppe.

 .

Alan Rickman, alias George – Sheriff of Nottingham: une belle tête de héros, smile

.

[..je vous épargne Robin en collant vert..]

.

 Rien de tel qu’une cascade verbeuse et ronflante pour réussir à embrayer quand le printemps bégaie [le festival de Cannes 2012 sous les trombes d’eau]. Dans ce billet d’humeur ‘télé-visée’, je souhaite brosser les cuivres et la notion de ‘Héros’. Mais le sujet est vaste, et je ne l’aborderai qu’au détour d’une poignée de personnages, ceux rabâchés en série, par décades, sur les écrans du monde.
En amorce & antithèse viendra Achille, le « prototype-héros », suivi –laborieusement- par les agents de sécurité :

 

Plan

1. Élancement

2. Achille, Prototype-Héros

3. Mannix ou le début de la feinte

4. Leroy Jethro Gibbs du N.C.I.S.

5. Gil Grissom des « Experts »

..

.

Achille, le meilleur des Achéens – Illustration 01

.

2. Achille, Prototype-Héros

Avant de s’attacher à la figure modèle et générique du héros dans la culture occidentale, un point sur le terme:

« Un héros (ou, au féminin, une héroïne) est un personnage réel ou fictif de l’Histoire, de la mythologie humaine ou des arts, dont les haut faits valent qu’on chante sa geste. »

Selon les cultures, un héros est un demi-dieu, un personnage légendaire, un idéal, un surhomme ou simplement une personne courageuse, faisant preuve d’abnégation.

Le rôle du héros se situe entre l’aspiration métaphysique, presque religieuse, de dépasser la condition humaine, notamment d’un point de vue physique et entre l’aspiration plus réaliste d’œuvrer pour le bien de la communauté, d’un point de vue moral.

Un troisième rôle [celui que ce billet pointe de façon critique], peut être aussi celui de propagande pour une idéologie politique ou religieuse… ou banalement commerciale.

Par extension, le terme « héros » désigne le personnage principal d’une œuvre de fiction, quelles que soient les qualités dont il fait preuve.


Et s’il déroge au modèle sur le plan physique ou moral, on parle alors d’antihéros.

A ce propos, la nomenclature habituelle distingue quatre types principaux d’antihéros:

– le personnage « sans qualités », l’être ordinaire vivant une vie ordinaire dans un cadre ordinaire [par exemple: le protagoniste d’un roman français des années 60, le simple citoyen sous la lorgnette…];

– le héros négatif, comme par exemple Fantomas, porteur de qualités héroïques, mais au service du mal ;

– le héros déceptif, un personnage ayant potentiellement des qualités héroïques mais qui n’en fait pas usage ou les utilise mal [Hulk par exemple];

– le héros « décalé », un personnage ordinaire, sans qualités, qui par les circonstances se trouve plongé dans une situation extraordinaire. [La grande vogue du héros ordinaire dont l’acteur Tom Hanks, par exemple, s’est fait une spécialité.]

A l’époque médiévale, la fonction du Héros évolue:

Il devient le modèle exemplaire du vassal au service de la gloire du suzerain. Le héros  se devant de défendre & rehausser la légitimité du seigneur [avec quelques accrocs savoureux cependant, tel Lancelot faisant cocu son roi]. Chevalier, Samouraï, Shérif, Officier, Cadre, etc.

La liste est longue et constamment réachalandée, nous rappelant au passage la persistance et la « contamination » du modèle féodal, particulièrement dans le domaine professionnel et commercial. Une « nouvelle ligne » transformant le maton en héros, faisant gloire et devoir de la délation, prônant le courage utile au maître, dans les bornes de l’obéissance aveugle et servile…

[Liens Wiki Héros & Antihéros]

.

Briséis prise de force à Achille sur ordre d’Agamemnon

.

Achille

Héros légendaire de la guerre de Troie, célébré par Homère dans l’Iliade, sa mère le plonge dans le Styx, l’un des fleuves des Enfers, pour qu’il devienne invulnérable ; son talon, par lequel le tient Thétis, n’est pas trempé dans le fleuve et reste donc mortel. Il est éduqué par le centaure Chiron qui lui apprend les arts de la guerre, la musique et la médecine. Alors qu’il est encore adolescent, il choisit une vie courte, mais glorieuse, plutôt qu’une existence longue mais sans éclat…

[L’invulnérabilité, le bain dans le Styx, le rayonnement quasi divin, la brièveté de l’existence, la bravoure et l’humeur indomptable… évoquent tour à tour, Pluton, le Soleil, le Lion, le Bélier et Mars. L’illustration 01, plus haut, rend admirablement ce mixe Soleil/Apollon avec Pluton.]

Lors de la dixième année du conflit, une querelle avec Agamemnon (à propos de Briséis, la belle captive, « butin » d’Achille, soufflée par Agamemnon) le pousse à quitter le combat : c’est la « colère d’Achille » chantée par le poète. La mort de Patrocle, son fidèle compagnon, le pousse à reprendre les armes pour affronter Hector, le meilleur des Troyens. Achille trouve la mort peu après l’avoir tué, atteint à la cheville par une flèche de Pâris guidée par le dieu Apollon.

Achille est honoré comme un héros, voire comme un dieu par le monde grec. Beau, valeureux, champion d’une morale orgueilleuse de l’honneur, il incarne « l’idéal moral du parfait chevalier homérique. »

[Wiki Achille]

.

Brad Pitt, alias Achille, dans le film Troie (2004)… L’acteur restitue bien le Mixe solaire plutonisé du personnage héroïque et mythique qu’il interprète. Même si le modelé est plus vénusien et onctueux (sa conjonction Lune Vénus au natal).

.

Ciel de Brad Pitt. Les cercles colorés surlignent les zones solaires (en jaune) et plutoniennes (en violet), toutes deux en puissance dans son thème.

.

Si le héros antique sort bien de l’ordinaire par ses pouvoirs et qualités rares, ce n’est pas un ange ni un modèle d’obéissance; la passion le dévore, l’orgueil et le sentiment d’un destin contraire le tourmentent. Faire du héros une sorte de chien d’arrêt qui ne se déchaîne que sur commande, gomme précisément l’écartèlement tragique entre le désir humain et ses obstacles insurmontables, et dont la résolution -héroïque dans le meilleur des cas- vient justement produire la geste du héros, sublimant la petitesse du désir individuel entravé, dans la bravoure, la grandeur, la générosité, jusqu’au sacrifice.

Ces données renvoient clairement aux valeurs solaires (Bélier, Lion, Sagittaire) mises au défi par Pluton: le véritable héros se dresse quand la lumière l’emporte sur les ténèbres, par delà la tombe.

Approchons maintenant le profil des héros assermentés, au service d’une « agence », qui pullulent sur les écrans depuis plusieurs décades:

..

.

Mannix -interprété par Mike Connors- est une série télévisée américaine en 194 épisodes de 50 minutes, diffusée entre 1967 et 1975 sur le réseau CBS; puis quasi dans le monde entier.

..

.

3. Mannix ou le début de la feinte

« Cette série met en scène les enquêtes de Joe Mannix, tout d’abord pour la société de sécurité et de renseignements Intertect, puis à son compte, comme détective privé, à Los Angeles. Cette série connut un grand succès, renouvelant le genre en proposant un personnage de détective au grand cœur. »

[Wiki Mannix]

La dérive du personnage héroïque vers l’agent, le flic, le privé, l’espion, le « special agent »… ne date pas d’hier. Cette transition inversant les valeurs et présentant des hommes aux fonctions somme toute peu recommandables (épier, tuer, voler, mentir, faire chanter, torturer, etc.) n’a pu se mettre en place sans modifier la donne « astrotypique » associée: l’espion (et ses émules) est davantage neptuno-plutonien que solaire. L’agent n’agit pas à découvert car, pour progresser, il bafoue la loi plus souvent qu’à son tour.

D’autre part, la dimension « employé armé » ou »fonctionnaire de justice & assimilé » va de pair avec des marqueurs de l’Ordre plus soulignés: de plus forts Saturne & Jupiter, ainsi qu’un bloc Vierge souvent plus étoffé (la Loi, la Justice, le contrôle, les limites, les contraintes…). S’ajoutant au déjà fort pôle Pluton-Scorpion, la mixture est bien moins franche ou lumineuse:

.

Mike Connors, alias Mannix, présente un bon exemple du mixe planétaire Saturne Neptune Pluton: l’agent… Le Lion,Vénus et Mars le rehaussent, accentuant son charisme; au bout du compte, il est proche du modèle du genre incarné par Sean Connery dans James Bond.

.

Ciel de Mike Connors, alias Joe Mannix… où l’on peut suivre le rapport de force entre l’influx lumineux et solaire (en jaune) et les marqueurs de la procédure, de l’enquête et du secret (en bleu).

.

Dans l’absolu -et c’est la norme dans le mythe et la fiction-, comment un employé (un homme ployé) peut-il apparaître héroïque?

-En intercédant auprès de sa hiérarchie pour soulager la veuve et l’orphelin; en n’abusant pas de son pouvoir; en prenant des coups, des risques, des balles… Le tout pour un salaire dérisoire.

Et voilà! Nous y sommes: c’est héroïque que d’être humble salarié. La fonction suffirait donc pour s’épanouir, le salaire ne compte pas. Smile!

.

Chuck, l’agent spécial par accident, vendeur chez Buy More dans la vraie vie, plombé d’un salaire misérable, mais exalté par son « service civil et secret » au côté de sa plantureuse garde du corps…

..

.

..

Mark Harmon, alias Leroy Jethro Gibbs dans la série N.C.I.S… Des traits épurés, harmonieux -très Vierge Balance (ou Cérès Vénus), mêlés sans fausse note au mixe Jupiter Neptune Uranus. Un visage de mannequin qui tournerait photographe de mode.

..

.

4. Leroy Jethro Gibbs du N.C.I.S.

Curieux de rencontrer un si beau gosse en justicier patenté des marins de la Navy assassinés; mais c’est sans doute le pouvoir des tempes argentées encadrant un beau regard bleu acier (?)

.

Ciel de Mark Harmon, alias Jethro Gibbs dans N.C.I.S.

.

Le fort bloc solaire Virgo encore souligné par le Dragon et l’opposition de Cérès, vient ici associer « la Mission » et la réalisation personnelle: son personnage sacrifie tout à son métier… et compte beaucoup, avec son charme (Vénus conjointe Soleil) dans le succès de la série.

En notant que la touche « Marines – Navy » vient ici davantage en écho des forts Neptune Poissons Maison XII, qu’en rapport avec les tactiques louches de l’espionnage: le pôle solaire s’en trouve préservé; le héros sous contrat est investi d’une mission plus cadrée et digne… Bon, smile, disons que ça arrive. Quant au fort pôle technique ou technologique (Vierge Uranus), il est bien illustré par les équipements divers comme par les spécialités des autres membres de l’équipe.

..

.

William Petersen, alias Gil Grissom dans Les Experts…. c’est lui qui aurait pu jouer l’Amiral, avec ses forts Neptune, Jupiter & Poissons!

.

5. Gil Grissom des « Experts »

Ces différentes séries hantent nos téléviseurs et il n’est que peu utile de les présenter. Ce sont les Experts qui ont lancé la vogue de la « preuve absolue » par l’A.D.N. Avec Grissom, on bascule dans la police médicale, la justice prophylactique adoubée par la science… Avec son physique aux allures de Captain du Titanic, il s’avance drapé dans la blouse du laborantin.

Le personnage Gil Grissom se distingue également par une nature introvertie, une hyper compétence… et des talents d’entomologiste –

[Cette branche de la zoologie qui étudie les insectes, lui permettant de préciser, par exemple, l’heure du décès d’une victime par la connaissance des cycles de développement de larves et autres gracieusetés.]

.

Ciel de William Petersen, alias Gil Grissom dans la série Les Experts

.

Grissom se montre assez irréprochable (d’autres personnages, ses collègues et employés, par contre, illustrent la plupart des tentations auxquelles succombent ceux et celles qui pensent détenir la vérité absolue…). Il existe un grand nombre de forum où une foule d’internautes s’extasient encore sur cette série. Il faut dire qu’elle réalise l’hybridation puissante entre la vérité, la science et la police: un cocktail trop facilement monstrueux, mais ce n’est que mon avis.

On retrouve sur son thème les marqueurs soulignés de l’ordre (Jupiter Saturne en tête); le pôle Neptune Poissons est proéminent… Mais curieusement, c’est le faisceau psycho lié à la conjonction Lune Cérès Gémeaux (l’entomologie, ainsi que l’attitude relativement immature du personnage dans ses relations affectives) qui, à la façon d’un contrepoint à son aspect physique, est le plus mis en avant pour le caractériser.

Au bout du compte, un « héros laborantin » (sic), qui ne rechigne pas à travailler sur le terrain, et qui se dévoue pour ses collègues, transmettant généreusement son savoir, très humblement, sans la ramener (Cérès encore).

[..je dois admettre, le faisceau Cérès/Neptune ou Vierge/Poissons, englobant les qualités de soin, d’abnégation et de sacrifice, peut être considéré comme une composante de « l’héroïsme tranquille », quasi fonctionnaire, que son personnage véhicule.]

..

Force et Tempérance avec six héros antiques

[Lien]

.

Pour conclure…

Le sujet est vaste et me dépasse. Ma ligne en somme, est que les héros sont passés à l’ennemi; c’est triste pour les générations futures mais non irrémédiable car on finit par s’ennuyer de tout, surtout des séries, smile.

Je n’ai pas abordé ici l’Héroïne, la question étant plus complexe : la femme devant déjà lutter  -souvent héroïquement- pour se hisser au niveau de base dans une société encore bien machiste… Smile : mais des exemples existent à foison.

Cette dimension héroïque sera à nouveau visitée par la CosmiCaravan quand je présenterai le Type Mars.

Dans le mouvement, j’accuse les pools de scénaristes sous contrat de brader des rêves qui ne leur appartiennent pas, de pervertir l’idéal du héros ou de l’antihéros, de façonner de mornes Golems à la solde des vendeurs d’armes et des apôtres de la peur. A ce régime, ils seront bientôt sommés de nous fourguer des personnages de banquiers & d’assureurs héroïques…

Dans un élan de naïveté moqueuse, vu l’ennui kilométrique dévidé par ces recettes aussi tristes que poussiéreuses, j’espère un sursaut créatif et salvateur… Et en attendant, ça soulage, smile.

..

.

Quelques liens?

Toujours sur le sentier télé ou ciné…

L’astro-typologie des films d’horreur (en 4 parties!) par Lau;

– Une étude CC sur la série True Blood (les vampires, loups-garous, etc.).

Les 2 versions de base de l’héroïsme, la force & le courage ou la grandeur généreuse : Héraclès Vs Apollon

..

.

Tsilikat

À propos de Tsilikat

Astrologue, astrophile, astrocat... de gouttière. ... engagé dans le rébus miroitant des correspondances entre le Ciel & ses reflets, les planètes & l'apparence; le physique, le sensible et la lumière: la Typologie Planétaire. Voir tous les articles par Tsilikat

11 responses to “De Mannix aux Experts – la subornation du Héros

  • Annlor

    Merci beaucoup pour cet article Tsili.
    Il y a un type de (anti) héros que j’ai vu appeler en anglais « the reluctant hero ». C’est un personnage appelé à connaître toutes les étapes classiques du héros y compris à sauver le monde, mais qui à la base y est réticent ou avec un côté « j’ai déjà donné ». Le héros qui ne veut plus.
    J’ai en tête le personnage de John McLane qui incarne une sorte de héros « fatigué » d’être sans cesse poursuivi pour sa propre légende, et d’être un aimant à emmerdes pour un sous-salaire de fonctionnaire.

    Le héros réticent ou échaudé n’est pas réellement « décevant » (il produit l’effet qu’on en attend, il sauve le monde malgré tout), il n’est pas sans qualités, il n’est pas « banal » et ce n’est pas un « villain ». Son leitmotiv ? Peut-être le même que le sergent Murtaugh : « j’ai passé l’âge de ces conneries »…

    Villain. Le terme n’a pas d’équivalent en français. Mais désigne à peu près le type d’anti-héros que tu mets avec Fantomas. Le villain est un « super méchant », c’est un personnage avec plein de qualités, de compétences mais qui les met au service du mal ou simplement de lui-même. En servant donc son propre intérêt personnel et pas celui de la communauté, il loupe donc le « vrai » statut de héros classique, admiré et adulé pour son « exemplarité ». Un doute sur ce que je veux dire ? Il n’est besoin que de penser à Dark Vador… Ce n’est pas un anti-héros, sauf si on considère qu’il l’est parce qu’il s’oppose au héros héroïque classique.

    On a aussi le terme de Nemesis qui est là typiquement anglais et qui a un sens bien précis d’opposant attitré au héros, son double maléfique, auquel il ressemble pourtant par bien des points, mais leurs morales différentes les éloignent et les poussent à se combattre de façon récurrente (et acharnée)/
    Ex : Lex Luthor est la némésis de Kal-El (Superman pour les non initiés).
    Ex 2 : Moriarty est la némésis de Sherlock.

    Enfin bref, un sujet passionnant dont je pourrais parler des heures…🙂

  • Tsilikat

    Hello Annlor

    Ton commentaire est passionnant autant qu’instructif! Un vrai plaisir…
    En effet, on peut voir que le sujet te parle bien, smile.

    Sympa ce concept de ‘reluctant hero’… et encore une fois, ça colle en effet très bien avec les « serviteurs sociaux « , à des titres divers, sous-payés, exploités alors qu’ils ou elles sont souvent exposé(e)s au danger.

    A mon sens la 1ère infirmière (smile, ou infirmier) venue est bien plus héroïque que tous ces gens d’armes qui, au contraire, sont de vrais dangers publiques, tirant par erreur toujours dans la tête, ou encore dans le dos, et en vidant leur chargeur, écrasant les gens sur les passages piétons, battant leur femmes, etc.

    Les personnages de ‘villain’ constituent, je trouve aussi smile, une couche très savoureuse dans la fiction (c’est un peu les « Sheriff de Nottingham »), on adore tant les détester qu’on finit par les plaindre (non! Je n’inclurai pas SuperSarko dans cette liste car ses fric-tions ont amoché le réel pour des années et qu’il est encore trop tôt et que c’est trop triste sur le fond pour en rire à pleine gorge).

    [Un truc que j’ai noté: la position du Mars suffit souvent pour distinguer le héros du villain… à creuser.]

    Et sinon, sais-tu si Némésis estle nom d’un objet planétaire répertorié?

    Smile

  • Ursa Major

    Coucou Tsili,

    Une fois de plus, tu nous gâtes.😉

    Hmmm… Ce Gil Grissom… Il m’a toujours attirée. :p

    Et outre le rapprochement héro – « humble serviteur sorti tout droit du commun des mortels », je m’interroge aussi sur un autre phénomène, celui des héros « geek », dont Gil Grissom pourrait être un précurseur avec sa passion pour l’entomologie. Le héro un peu asocial, enfermé dans un univers étrange, fortement intellectualisé et avec une préférence pour le monde de l’électronique, de l’informatique ou encore de la science-fiction. Tu parlais d’NCIS, ça tombe bien, ça regorge de héros geek là-dedans : Abby, la spécialiste d’investigation en technique de laboratoire hyper calée et gothique ou encore McGee, l’as en informatique, fan de jeux vidéos et de jeux de rôle.
    On est vraiment passé du héro glorieux, plein de prestance, au physique flatteur et tout en force au bonhomme lambda, introverti, impopulaire, voire chétif ou pleutre mais qui fait toute la différence grâce à ses capacités intellectuelles.
    C’est digne d’une fable de LaFontaine où le plus fort ne serait finalement pas celui qu’on croit.🙂

    Et pour répondre à ta question, il y a bien une Nemesis (128).
    Ca m’amuse beaucoup de la découvrir conjointe à mon ascendant, moi qui ai si souvent prôné les vertus de la vengeance par le passé. lol

  • Tsilikat

    Coucou Ursa

    Je suis toujours flatté par tes visites, smile, c’est frais,fluide et vif à la fois.

    Alors comme ça, tu as un faible pour l’expert Grissom plutôt qu’envers la gravure de mode Harmon du NCIS: c’est original…

    Faut dire que Gil ne manque pas de charme, surtout avec le contraste -très bien restitué par l’acteur- entre son autorité, son physique imposant et sa compétence, d’un côté, et son espèce de timidité, sa fragilité, sa pudeur, de l’autre.

    Je l’aime bien aussi, smile, et je n’ai pu me résoudre à le descendre alors même que l’esprit général de la série m’horripile, avec ses relents de morale réac sur-galvanisée.

    – La revanche des vilains petits canards… parvenant à tordre le cou aux lions… et prendre la vedette (ou la gondole, c’est au choix et ça dépend du set).

    [« Geek »… enlève-moi un doute:c’est bien le cri du canard, non?!]

    C’est vrai que pour le coup, avec Abby & McGee (de même pour le médecin légiste improbable), ils ont mis le paquet: s’ils perdent un jour leur boulot, ils se feront refouler même à la bibliothèque, silly.

    Mince! Némésis existe… je n’ai pas,quant à moi, encore totalement réglé mes vieilles rancunes (comme ma prose mousquetaire doit sans doute le révéler)… je vais voir où elle se niche dans mon Ciel.

    Biz

  • Annlor

    Ah j’adore aussi les remarques d’Ursa…
    Je connais bien tous les personnages de NCIS (seulement la vieille équipe). Je suis aussi bien informée sur les geeks car j’ai pas mal de frontières communes avec eux. Je confirme, Abby ET McGee sont bien des geeks tous les deux, encore qu’Abby est une geek gothique. Tous les geeks ne sont pas gothiques, et les gothiques sont loin d’être tous geeks… McGee me semble plus « classique » dans le genre.

    Aucun des personnages de cette série n’est à mes yeux un « héros ». Tout protagoniste n’est pas un héros. Un personnage même archétypique, c’est une chose. L’héroïsme c’est différent.

    Oui il y a bien un astéro Nemesis. Je l’avais observé dans la carte du Titanic, mais plutôt dans son sens initial que dans celui que je soulève plus haut.

    Les pages anglaises de wikipedia sont intéressantes sur les diverses sortes de héros (sous-catégories).
    Le « reluctant hero » est bien classé en anti-héro, avec le « bad boy », le « gentleman cambrioleur » et aussi le « lovable rogue »… hem comment traduire ça ? Un solitaire charmeur ? Il parait que Ian Solo en est assez typique, ou encore Luke la main froide… Ce sont des « anti-système ». Robin des bois aussi mais il est à la tête d’une troupe d’un groupe, il s’allie, il n’est pas « perso », il n’est pas… « solo »😀 Je pense que c’est Leia qui a peut-être la meilleure traduction : le « gentil vaurien ».

    Pour ce qui est du Shérif de Nottingham, je pense que le « problème » de la sympathie qu’il dégage vient uniquement du génial Alan Rickman, qui a quelque fois dans sa carrière été enrôlé pour jouer les antagonistes ambigus et intelligents et sombres.

    Pour finir sur le héros réticent, je traduis vite car les méchants sont vraiment trop chouettes :
    << Le "reluctant hero" est un archétype héroïque décrit par John Campbell dans Le Héros aux Mille Visages.
    Ce héros peut refuser l'aventure ou bien de s'engager dans le processus qui fera évoluer le statu quo. Il peut même ignorer l'événement annonciateur (de la quête) et tout ceci constitue "le refus de l'Appel" [on est appelé à être un héros].
    Le recours à une intervention magique est alors nécessaire pour plonger le héros dans l'inconnu. Le "héros réticent" nécessite que des forces surnaturelles fassent pression sur lui, alors que "l'aventurier enthousiaste" rassemble des amulettes (objets magiques), et les conseils d'un protecteur pour l'aider dans son périple.

    Le héros réticent est typiquement dépeint comme une personne ordinaire, projeté dans un contexte extraordinaire qui exigent de lui de s'élever jusqu'à l'héroïsme ; c'est encore une personne avec des capacités extraordinaires qui néanmoins manifeste un désir de ne pas utiliser ses capacités au bénéfice des autres. Dans les deux cas le héros réticent ne recherche pas l'aventure ou l'opportunité de faire le bien et leur égoïsme apparent peut les classer dans la catégorie des anti-héros. Le héros réticent diffère de l'anti-héros en ce que sa propre "histoire" ne fait que le conduire inexorablement à devenir un authentique héros. (…).

    Puisque tu aimes les "villains" je te fais juste la liste de ceux que je comprends :
    L'ennemi intime (un peu comme le nemesis), le monstre à l'oeil qui a un problème (penser à Le Chiffre dans Casino Royale…), le seigneur noir, le clown maléfique (le Joker de Batman) le jumeau maléfique, la femme fatale, le scientifique fou, le super-villain (équivalent au superhéros des comics mais en négatif), l'homme mystère masqué, le dictateur… Je réalise qu'il y en a plein les Batman… parfois avec des croisements où l'homme mystère masqué est en fait un scientifique fou…😀

  • Tsilikat

    Whaou… ça-héros-déchire, smile

    Dans le groupe (large) des héros réticents.. ce qui fait un peu lien avec « le commun des mortels » dont parlait Ursa,

    j’aime aussi les involontaires, les « faux-héros », les villains qui se trompent ou se rattrapent, retombant sur leur pied.. héroïque.. coup de bol!

    Aussi, les ‘John Doe’ (comme dans le film de Capra « Meet John Doe.. ou en français, L’Homme de la rue »… où un homme réalise un sauvetage risqué avant de disparaître dans la nature puis d’être « récupéré » et monté en épingle par une journaliste trop efficace)…

    Ou encore, au gré de circonstances comico-tragiques, à la Jacques Chirac en 2002 par exemple, qui se retrouve plébiscité tel un sauveur (alors qu’il avait fait preuve tout du long d’un cynisme sans faille) par la masse des votants, face à Le Pen au second tour (un pen à double tour silly)…

    ..les faux héros, ceux qu’on a pris pour un autre… et qui, dans les comédies, finissent souvent par se mettre à niveau.

    Ou encore les mystérieux, façon lutin, héroïques, parfois narquois, mais sans la pub ni la visibilité, pas loin des héros timides et photosensibles…

    Mais surtout, les héros ridicules mais fiers de l’être, car c’est l’unique parade à la grosse tête, à la conner…. comme par exemple:

    *

    Image hébergée par servimg.com

    *

    Super-Resistant, ou Guy-Hubert Bourdelle… servi par un Martin Lamotte étourdissant, dans le film Papy Fait De La Resistance… Un film à revoir et redécouvrir, une pléiade d’acteurs et d’actrices époustouflants, sur un sujet brûlant, la collaboration, disant tout, montrant tout… la vérité et le fou rire.

    Dans la même idée du héros ridicule, d’autant apprécié parce qu’il reste simple, il y a la riche filière belge, façon Jean-Claude Van Dam, ou même Johnny (jusqu’il y a 10 ans en arrière, avant qu’il ne se pique de politique pour arranger ses impôts)…Et si on pousse la malice, on peut penser au tête-à-queue prodigieux opéré (non totalement volontairement je crois) par Alain Delon… qui est enfin parvenu à agripper le second degré.. je me moque mais j’admire la performance…

    Et c’est d’ailleurs la formule qui me va le mieux, des héros dont on se moque mais qu’on peut admirer tout à la fois… Ainsi, la récupération, la manip nationaliste ou guerrière tombe à l’eau, on profite joyeusement sans tomber dans les sombres traquenards, les nasses mortifères pour les masses, le rire de groupe plutôt que la haine.

    [Oui, désolé, je suis assez politisé en ce moment -c’est un peu comme être magnétisé par la conscience des conséquences de l’opinion…]

    Je n’ai pas parlé des sportifs, ces nouveaux gladiateurs… Le foot me plairait davantage avec des équipes mixtes et tous les joueurs à poil!

    Smile

  • as de caro

    Hello, tous! Comme Ursa, je préfère les héros qui utilisent leur cerveau, plutôt que ceux qui se servent exclusivement de leurs muscles! (petit côté Virgo qui pointe ici…)

    J’ai toujours préféré Ulysse à Achille…
    D’ailleurs Achille, pour moi, c’est l’archétype du gamin capricieux.
    IL refuse de se joindre aux Achéens parce qu’Agammemnon, son chef, avait pris la captive qui lui était désignée (bon là on comprend qu’il soit contrarié, mais il est resté bouder dix ans dans sa tente… dix ans pendant lesquels les Achéens ont perdu beaucoup de vaillants héros).. Ce qui le résoud à sortir de sa tente, c’est la mort de Patrocle, son écuyer, tué par Hector… Lui, lui, et toujours lui, il n’y a que lui qui compte, son orgueil blessé, son ami tué, etc. Pas une fois il ne réfléchit, ni ne pèse les conséquences de ses actes pour ses compagnons, et pour autrui, non.
    Alors qu’il aurait pu combattre Hector de suite, et ainsi démoraliser la résistance Troyenne, entraînant, soit la chute de la ville, soit la restitution d’Helene aux Grecs, ce qui aurait évité surement bien des souffrances aux Achéens, ainsi que le déces prématuré de son cher écuyer. Après il était toujours possible de négocier avec Agammemnon et de récupérer sa captive.

    En fait, pour Achille, je verrais bien un mixe Lion Cancer. Pas spécialement de Pluton, car la nature plutonnienne signale des capacités d’introspection, et de sagacité qui sont absentes chez lui…
    Concernant Ulysse, mon héros grec favori, d’autres billets de ce blog lui ont été consacrés, je ne reviendrai pas dessus ici.

    Concernant les héros modernes, j’ai fait une overdose de superhéros aux capacités extraordinaires (Superman, Spiderman, Les 4 fantastiques, Hulk, la serie « Heroes », Daredevil, etc).
    Je n’y crois tout simplement pas. L’intrigue est souvent réduite à à un minimum et on nous ressort toujours les mêmes recettes éculées;

    J’exclus du lot les « Batman », car je trouve Gotham City magnifique, et leurs « villains » sont toujours des personnages ambivalents et fascinants, ainsi que les « X men » (au delà des personnages, qui correspondent souvent à des archétypes, mais que les scenaristes ont réussi à faire évoluer, je trouve la thématique de l’acceptation de la différence, humain/mutant très intéressante).

    Je suis heureuse aussi de l’effondrement des films catastrophes avec-le-héros-super-musclé-qui-sauve-le-monde-à-la-dernière-minute! Là j’étais arrivée à saturation! (pareil, je n’y croyais plus, donc je ne me sentais pas concernée)

    J’aime bien les héros virginiens plutonniens expert policiers scientifiques,( que l’on retrouve dans NCIS, Bones, et autres). Ils font fonctionner leurs neurones, même si leurs salaires ne sont pas reluisants, et qu’ils accumulent les heures sup!
    Ce sont les dignes héritiers de Scherlock Holmes, de Rouletabille, et du Chevalier Auguste Dupin, ces détectives non conventionnels de la fin du XiXe et début du XXe siecle, qui traînaient déjà derrière eux nombre de secrets et d’intrigues en fréquentant nombre de personnages interlopes (quoi? A Conan Doyle, Gaston Leroux, et Edgar Allan Poe étaient déjà de ceux « qui faisaient passer les héros à l’ennemi? »).

    Sans parler du célèbre Hercule Poirot (issu de l’univers on ne peut plus virginien de notre chère Agatha Christie, où l’on assassine par amour, ou pour toucher l’héritage de la grand mère, pour s’attribuer une découverte archéologique de grande valeur, où l’on espionne à tire larigot, car l’on soupçonne (avec raison d’ailleurs) l’Allemagne de vouloir secrètement préparer la deuxieme guerre mondiale.
    A Christie aussi faisait sa part de propagande, (en effet Hercule Poirot était un réfugié politique belge suite à l’invasion Allemande) en mobilisant l’opinion politique Anglaise sur les dangers de la collaboration avec l’Allemagne nazie (que Hitler souhaitait, car il considérait que les Anglais était un peuple Saxon, tout comme les Allemands).

    Les romans policiers, et d’espionnages ont toujours pris comme toile de fond l’époque dont ils sont issu.
    Les méchants ont changé, ce ne sont plus les nazis, ce ne sont plus les Soviétiques, ce sont les terroristes, les chets de gangs, les trafiquants de drogues, ou de chair humaine (reseaux de prosititution, pédophiles, trafic d’organe, etc.), ainsi que les tueurs en séries.
    Bref, changement de perspective et de point de vue du au fait que nos peurs et nos préoccupations changent avec notre époque.
    Mais les secrets, les intrigues, les meurtres, les magouilles, les complots, font partie de l’histoire humaine, donc, à mon àvis, la littérature et les séries policières ont encore de bon jours devant eux!!!

  • Tsilikat

    Hello Caro

    D’abord Bravo!

    ¨Pas besoin de te demander si ça boom en ce printemps 2012, retardé mais enfin livré, ça se voit: belle défense du paysage audio-V contemporain -que j’ai, c’est vrai, cisaillé de mon mieux, voulant du fresh, du nouveau… davantage de Soleil en somme.

    – Le ‘héros virginien’… justement, et c’est dur de pas se moquer (et je dis ça sans mépris, la Vierge me possède par l’ Ascendant)..
    Au mieux: c’est sans doute pas loin du « héros civique » idéal, presque un ange, « un ange de la cité parmi ses concitoyens »… Mais seulement dans le meilleur des cas et dans des conditions d’équité relative entre les différents intervenants, sinon vite, on retombe dans le petit chef, le maton, l’agent… qui malgré la rhétorique symbolique avantageuse, n’ont pas grand chose pour briller.

    Le combiné Vierge Scorpion -qui résonne si puissamment avec l’univers des enquêtes ou récits criminels, est, je trouve aussi, bien exploité: sur ce plan c’est vrai que c’est créatif. J’ai par exemple bien kiffé les différents « Scherlock » (les séries, moins les films)…
    Mais ce monopole paradoxal de la ‘Vierge bien cadrée’ sur les caractères de héros, me fatigue et questionne à la longue.

    D’accord, la Vierge plutonisée peut faire des héros ou des antihéros mais on reste loin du truc rayonnant et limpide (?)

    Mais je dois aussi admettre ton point, smile, les caractères de premier plan ont gagné de la cervelle, ici, on peut parler de progrès.

    Merci pour ce commentaire tonique et passionnant, smile

  • Tsilikat

    .. et je reviens à propos d’Achille

    Beaucoup lui préfèrent Hector, le meilleur des troyens, bon père, bon fils et bon mari, noble, généreux et courageux…

    Un idéal en fait, alors qu’Achille constitue le centre du cyclone, et c’est l’écart entre sa grandeur, son pouvoir, la brièveté annoncée de son destin ou son manque de maturité, qui campent justement l’écartèlement tragique propre à la dynamique héroïque.
    Achille plus sage ferait le choix d’une existence longue et heureuse plutôt que brève et glorieuse…

    Smile, sur cette ligne mais y’en a d’autres:

    – Achille est plus humain, Achille est plus héros.

  • Annlor

    Bon Achille, je ne l’aimais pas non plus pour les mêmes raisons que As dont je partageais l’analyse… Et puis j’ai creusé, j’ai regardé d’autres trucs, lu d’autres bouquins… et du coup, j’ai commencé à penser… et si Achille comme d’autres était frappé du sceau d’une mauvaise propagande ? et si simplement on ne parlait pas de sa dimension tragique comme il convient ? et là le ver était dans le fruit…🙂

    Pour moi le héros virginien pur jus c’est l’inspecteur Colombo. Sa poubelle ambulante, son imper froissé, ses cheveux en bataille comme s’il avait fait une bringue pas possible… Non pas la bringue « une insomnie » causée par des « petits détails » qui l’empêchent (prétenduement) de dormir, et d’insidieuses questions ciselées sous un air (calculé) d’abruti qui paie pas de mine (humble) comme la Vierge. D’ailleurs la colombe est un animal virginien…
    Disons que peut-être c’est un mix Poissons Vierge, parce qu’au départ, il a tout de même un flair infaillible. Il devine le coupable, et ensuite la traque commence, il fait des cercles concentriques autour, avec ses petites questions et ses petits détails et ses politesses. A la fin couiiiiiiic, le méchant est serré, ficelé par ses mensonges, son orgueil, sa bêtise (au choix)…😀

  • Tsilikat

    je ne sais pourquoi exactement, peut-être le mystère de sa femme façon Pénélope.. smile

    ..mais ça me donne envie de checker les Ulysses, Odysséus.. et Hermès sur la carte du Ciel de Colombo…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :