Proserpine, Perséphone… Infernale Douceur

 

Bernin : Le Rapt de Proserpine (1621-1622), marbre, 295 cm à la Galerie Borghèse, à Rome. Fragment

*
Un bouquet d’innocence et de sensualité mêlées… La promesse du fertile ;
C’est l’irrésistible appât auquel succombe Pluton.

Pour une fois, voyons le mythe du rapt de Perséphone, inversement, comme l’effet du pouvoir subtil de la Déesse des Enfers.

Saisie par l’Invisible alors qu’elle se penche, à l’écart, pour cueillir un narcisse -cette fleur blanche ou jaune, toxique, au parfum enivrant jusqu’à donner la migraine, qui s’incline en direction des points d’eau, et dont le nom persan signifie ‘l’œil’.

Perséphone/Proserpine cultive un charme distant, « éloquemment discret ». Elle n’en est que plus attractive.

Fébrile comme lorsqu’on s’achemine au 1er rendez-vous,
ce billet cherche à s’approcher de la Déesse chthonienne.
Avec l’aide des astéroïdes ‘26 Proserpine’ et ‘399 Persephone’, apprivoisons son reflet
sur les Visages & Thèmes d’Evelyn Nesbit et de l’impératrice Eugénie.

Planche Narcisse

Ce n’est qu’un billet « d’approche » où je vais tenter d’éclaircir la portée des astéroïdes en rapport avec la Déesse des Enfers. Afin de présenter les personnages, je ferai de nombreux emprunts à Wikipédia. Et pour ne pas alourdir ce Post déjà long, je repousserai l’interprétation des Cartes du Ciel d’Evelyn Nesbit et d’Eugénie dans Les Commentaires.

Plan :

I. Scénographie

I.1. Éléments du Mythe de Perséphone

I.2. Les Astéroïdes (Ciel de découverte & événements)

II. Personnages

II.1. Evelyn Nesbit

II.2. L’Impératrice Eugénie

Mythologie, Astrologie

Connue également sous le nom de Coré (la jeune fille) pour la distinguer de sa mère Déméter (Cérès), la Déesse des moissons ; Perséphone reste, bien qu’entité infernale, liée au pouvoir génératif de la vie, au blé (la céréale mais également l’argent).

Sa capture et son union avec Hadès, son retour « en surface », négocié, quelques mois chaque année, pour rejoindre sa mère, est mis le plus souvent en relation avec le cycle de la germination, la croissance du grain au rythme des saisons, comme avec les richesses du sous-sol à l’origine des récoltes

Donnée le plus généralement pour fille de Zeus & Déméter (Jupiter & Cérès), elle peut représenter, sur le plan astrologique, le fruit « bousculé » du croisement de principes placés en carré (du Sagittaire à la Vierge, et inversement).

Soit une combinaison heurtée, qui évoque l’idée de séparation du milieu d’origine (chacun des signes constituant le lieu d’Exil pour l’autre) ; mais encore, du potentiel de développement de valeur ou richesse, de croissance & récolte (toujours avec Jupiter & Cérès [*]).

Le détail du mythe de la fille développe celui de sa mère (Cérès), qui la recherche à la surface de la terre, désespérée… jusqu’à ce que Jupiter, via l’envoi du messager Mercure auprès de Pluton, fixe les termes du contrat conciliateur.

L’ensemble souligne au passage les liens de Perséphone/Proserpine avec la question du mariage vue sous l’angle des possessions (et ce, dans tous les sens possibles : argent, sexe, héritage… le faisceau de la Maison VIII.), de l’intérêt, de l’éventuelle jalousie, de la dot… et des rapports entre mère, fille & gendre.

[*] Accroissement & Délicatesse :

Astrologiquement, la Fille est vue comme s’écartant de ses parents, ne retenant du père Jupiter, que la capacité d’accroissement et de plaisir, et de sa mère Cérès, la délicatesse, la tactique et l’élément Terre.

Buste de Proserpine - Ludovisi

*

Isis, Psyché + Perséphone, Proserpine

 

Les Astéroïdes

Proserpine fut longtemps promise aux astrophiles pour venir soulager Vénus de sa double maîtrise (des signes Taureau & Balance). Jusqu’à ce jour, la planète manque encore à l’appel ; mais le Ciel, qui ne manque pas d’humour, nous régale avec deux astéroïdes (26 Proserpina & 399 Persephone), qu’il est bien tentant de confronter aux indices semés par la Déesse.

Orbites de 26 Proserpine & 399 Persephone

 

L’astéroïde 26 Proserpine

Découvert le 5 mais 1853 par Robert Luther. Situé entre Mars & Jupiter, sa période de révolution couvre un peu plus de 4 ans.

Avant d’ausculter le Ciel de découverte,
parcourons quelques uns des événements marquants de l’an 1853 :

– Le 29 janvier : Eperdument amoureux depuis plusieurs mois, Napoléon III épouse la jeune espagnole Eugenia Maria de Montijo de Guzman, comtesse de Teba.

– Le 19 mars : Les rebelles Taiping s’emparent de Nankin et y fondent leur capitale. Les guerriers appartiennent à une secte religieuse, révolutionnaire et féministe, luttant pour l’égalité et le collectivisme.

– Le 8 juillet : une expédition américaine ouvre de force à l’Occident l’accès aux ports du Japon.

– Le 24 septembre : l’Empire français entre officiellement en possession de la Nouvelle Calédonie faisant de l’archipel calédonien un pénitencier ; la découverte, par la suite, de gisements de nickel, entraine une vague de colonisation.

– 1853 tombe également en plein dans la « la Ruée vers l’or » en Californie, où pendant 8 ans, entre 1848 et 1856, près de 300 000 aventuriers vont converger dans l’espoir de faire fortune.

Ciel de Découverte de l'astéroïde 26 Proserpine

 

Ciel de Découverte de 26 Proserpine

La carte est marquée par un amas conséquent en Taureau (Pluton, Uranus, Soleil, Vénus, Saturne).

Ajouté au Jupiter angulaire en 1. dignifié en Sagittaire, et placé au trigone de la triplette Mercure-Lune-Mars/Bélier (et de Pluton)…

L’ensemble apparait « accapareur » et résonne parfaitement avec le développement spatial, économique et colonial de la période historique correspondante.

Proserpine est sise, délicatement, fin Balance, non loin de Cérès/Scorpion et du MC (en Placidus)… Elle oppose assez précisément Pluton, en plus d’un sextile à la Pointe de l’Ascendant.

On remarque aussi Neptune, dignifié en Poissons, en sextile aux Soleil-Vénus (le sextile de Vénus est quasi exact).

Le Ciel présente une très forte dominante vénusienne (occupation des signes Taureau, Balance, Poissons), chauffée par les signes de Feu, eux-aussi bien représentés…

Cet « échauffement » est un peu combattu par le placement de la majorité des astres sous l’horizon, et par l’encadrement Saturne-Pluton -quasi frigorifique- des Soleil-Vénus en Taureau.

26 Proserpine dans ce contexte

Etant placée auprès de la très tactique Cérès/Scorpion (en plus de Pallas, non moins tactique, juste plus haut), dans les limites de la Maison XII, et depuis le signe de la Balance, Proserpine apparait en retrait.

Son levier ajusté sur Pluton (l’opposition) et sur l’Ascendant (par sextile), ajouté à sa situation culminante, la placent cependant en position de contrôle sur cette carte…

Un contrôle à distance.

Passons maintenant à l’autre caillou, et voyons s’il est possible de distinguer plus précisément le style de chacun.

L’astéroïde 399 Persephone

399 Persephone fut découvert par Max Wolf le 23 février 1895.

L’astre orbite aussi dans la grande ceinture, entre Mars & Jupiter, et prend, cette fois, un peu plus de 5 ans pour boucler sa révolution.

Quelques événements marquant l’année 1895

– Parution « d’Etudes sur L’hystérie », fruit de la collaboration entre Joseph Breuer et Sigmund Freud ; l’hystérie et son traitement par l’hypnose avec le cas célèbre d’Anna O. largement détaillé, introduisant les concepts qui préfigurent la psychanalyse.

George Wells publie « The Time Machine », « la Machine à explorer le temps », où les Eloïs, habitant la surface du globe, font face aux Morlocks, occupant les souterrains terrestres.

– Le 22 mars : « La sortie des usines Lumière » constitue le premier film de l’histoire du cinéma.

– le 25 mai : Oscar Wilde est condamné pour délit dhomosexualité, à deux ans de travaux forcés, qu’il va purger dans la très répressive prison de Reading. Il y écrit « De Profundis ».

– 16 juin : Un décret institue le gouvernement général de l’Afrique-Occidentale française (AOF), regroupant les colonies africaines françaises.

– Le 8 octobre : L’ambassadeur du Japon fait assassiner l’impératrice de Corée, alors que Le Japon et la Chine se disputent le contrôle du pays.

– Novembre : Première rétrospective des travaux de Cézanne.

– Découverte des rayons X.

– Création du Prix Nobel

– Décembre : première radiographie (réalisée sans connaissance des risques dus au rayonnement).

Ciel de Découverte de l'astéroïde 399 Persephone

Ciel de Découverte de l’astéroïde 399 Persephone

L’astéroïde placé en Vierge, oppose Mercure, et carre Neptune & Pluton. Les signes les plus valorisés (Poissons, Gémeaux, Scorpion) soulignent plus particulièrement la Dominante Eau.

(On note que 26 Proserpine est en conjonction à Pluton en Gémeaux.)

L’ensemble suggère un « climat » assez perceptif et mental ; même si certains éléments (Saturne et Uranus réunis en Scorpion, avec Mars opposant Uranus) traduisent également une certaine dureté.

399 Persephone (comme dans le cas de 26 Proserpine) se tient à l’écart. Les deux cartes ont en commun la dignité de Vénus (en trône pour Proserpine, et en exaltation pour Persephone) ; ainsi qu’un lien entre l’astéroïde et le Maître d’Ascendant…  Même si ce dernier est à considérer avec des réserves, du fait de l’incertitude quant à l’heure exacte des découvertes.


Essai rapide de distinguo entre 26 Proserpine & 399 Persephone

(D’après leur Ciel de découverte et les événements annuels.)

– Proserpine semble davantage résonner avec une approche sensuelle ou physique, à l’image de Vénus en Taureau. L’énergie est passionnée, captatrice, magnétique, elle attire à elle.

– Perséphone semble plus visuelle et mentale, à l’image de Vénus en Poissons. Les capacités conceptuelles sont multiples, la distanciation est plus grande, elle fonctionne plus à froid.

– Les deux témoignent d’un fort potentiel créatif, suffisamment bien relayé par les marqueurs de l’action (cette dernière pouvant être subtile, détournée).

**

*

Evelyn Nesbit - Portrait 1

 

Evelyn Nesbit

Née un 25 décembre 1884, des origines écossaises et irlandaises, une flamboyante chevelure rousse ondulée…

Son père, un homme de loi, mourut avant ses dix ans, laissant la famille aux franges de la misère.

Pour améliorer le quotidien, à 16 ans, déjà belle, Eve commence à poser. Multipliant les rencontres dans le milieu artistique, elle devient rapidement l’un des modèles les plus demandés à New York.

« Le sculpteur George Grey Barnard fit appel à elle pour sa fameuse étude Innocence, que l’on peut voir aujourd’hui au Metropolitan Museum of Art.

Charles Dana Gibson, l’un des plus célèbres dessinateurs du pays à l’époque, réalisa un portrait d’elle avec sa chevelure rousse arrangée en forme de point d’interrogation, intitulé L’Éternelle Question. La photographie de mode, en plein boom s’avéra être un travail encore plus lucratif pour Evelyn.» (Wikipédia)

Evelyn enchaine ensuite comme danseuse de revue, elle tourne rapidement la tête à l’architecte Stanford White, fameux pour ses réalisations mais aussi pour sa réputation  d’homme scabreux aimant « avilir les jeunes filles », notamment, en les faisant évoluer en petite tenue  dans ses décors à balançoires, truffés de miroirs dérobés.

C’est cet aspect piquant de la relation qui fut bien-sûr retenu par la presse à sensation ; un film, The Girl in the Red Velvet Swing (1955), reprenant les ingrédients du scandale, immortalisera d’ailleurs Evelyn Nesbit sous ce nom.

Evelyn se marie à 20 ans avec Harry Kendall Thaw, le fils d’un baron du chemin de fer et du charbon, cocaïnomane aux tendances sadiques… Très jaloux et obsédé par la relation entre Stanford White et sa femme, Thaw assassine son rival de trois balles au visage, le soir du 25 juin 1906, au théâtre,  sur le toit du Madison Square Garden, lors d’une représentation de Mam’zelle Champagne, pendant la chanson I Could Love A Million Girls.

Evelyn Nesbit - Portrait 2

Le procès fut retentissant, suite à quoi la carrière d’Evelyn s’étiola. Vaudevilles, films muets, gérance de café… Elle dut surmonter, deux divorces, plusieurs tentatives de suicide, l’alcoolisme, et l’addiction à la morphine.

Dans ses dernières années, elle enseigna la céramique, avant de s’éteindre en 1967 à l’âge de 82 ans.

(Wikipédia)

Carte du Ciel d'Evelyn Nesbit

*

L’impératrice Eugénie

Eugénie est née à Grenade en Espagne le 5 mai 1826… Avec des origines écossaises, elle aussi.

« Mondainement connue avant son mariage, éduquée à Paris au couvent du Sacré-Cœur, où elle reçoit la formation traditionnelle de l’aristocratie catholique. Elle apparaît avec sa mère aux bals donnés par le président au palais de l’Élysée, et c’est là qu’elle rencontre le futur empereur Napoléon III, avec qui elle se marie le 30 janvier 1853. D’une beauté éclatante selon les canons de l’époque, elle avait acquis une grande liberté d’allure, était passionnée et séductrice, voire provocante, avec retenue. » (Wikipédia)

L'impératrice Eugénie

*

Maxime du Camp, dans ses souvenirs (peu amènes), écrivit d’elle :

« (…) Je dirais volontiers : « c’était une écuyère ». Il y avait autour d’elle comme un nuage de cold cream, de patchouli ; superstitieuse, superficielle, ne se déplaisant pas aux grivoiseries, toujours préoccupée de l’impression qu’elle produisait, essayant des effets d’épaules et de poitrine, les cheveux teints, le visage fardé, les yeux bordés de noir, les lèvres frottées de rouge (…) »

Son influence politique décriée (avantageant la Prusse et le Vatican) n’enlève rien à ses efforts méritoires durant la régence de l’Empire, pendant que l’empereur est prisonnier des Prussiens.

Elle participe à la création du style Napoléon III -poirier noirci torsadé et incrustations de nacre… très « proserpinien » ; et s’engage en faveur de la reconnaissance du talent et de la profession des femmes.

Abandonnant la politique pour se consacrer à son fils, le prince impérial… Ce dernier, cadet d’une école militaire, est tué par les Zoulous lors d’une patrouille dans le bush en 1879.

L’impératrice possédait une des plus importantes collections de bijoux de son temps.

Carte du Ciel de L'impératrice Eugénie

Les Cartes du Ciel d’Evelyn et Eugénie seront détaillées dans Les Commentaires.

"Abuction of Proserpine by Pluto with Unicorn" - Par Durer

Le double faisceau Proserpine/Perséphone semble coïncider avec une existence haute en couleur, non exempte d’aspects parfois dramatiques. La sphère artistique (arts pastiques, chant, scène et cinéma…) apparait particulièrement adaptée à l’expression de son influx passionnel, en complément (smile) du champ relationnel, sentimental et des affaires de couple (mariages et relations multiples, procès souvent, et questions d’ héritage).

Dans Les Commentaires (plus bas), j’ai déjà abordé l’exemple de Scarlett Johansson, particulièrement « proserpinienne » dans ses rôles la présentant comme très plastique, « à disposition » et pourtant en contrôle, en appui sur ses charmes et sur une fine perception des leviers psychologiques de la relation.

Vous trouverez également l’exemple commenté de Joan Collins, l’actrice anglaise qui incarna Evelyn Nesbit dans « La Femme sur la Balançoire », avant de devenir internationalement célèbre pour sa prestation dans « Dynastie »

(Le lien entre la Déesse des Enfers, Vénus & Adonis -avec l’astéroïde 2101 Adonis– est également évoqué.)

Je reviendrai bientôt sur les Types ‘Proserpine’ & ‘Perséphone’ en tentant de souligner ce qui les distingue, même si leurs effets s’entremêlent le plus souvent.

**

*

Lien Article Proserpina – Daremberg et Saglio (1877)

–  Lien CC « Shaving Pluto » – Approche du Type Hadès

Lien Dark Star Astrology –The Persephone Myth

*

**

*

Tsilikat

À propos de Tsilikat

Astrologue, astrophile, astrocat... de gouttière. ... engagé dans le rébus miroitant des correspondances entre le Ciel & ses reflets, les planètes & l'apparence; le physique, le sensible et la lumière: la Typologie Planétaire. Voir tous les articles par Tsilikat

22 responses to “Proserpine, Perséphone… Infernale Douceur

  • Tsilikat

    Scarlett Johansson, Proserpine ou Perséphone ?

    *

    Image hébergée par servimg.com

    *

    Vu sa plastique et ses rôles souvent « proserpiniens » (un mélange de disponibilité totale et de contrôle à distance), j’étais curieux du placement des astéroïdes (26 Proserpine & 399 Persephone) dans le thème de Scarlett Johansson:

    *

    Image hébergée par servimg.com

    *

    – 399 Persephone depuis le Cancer, oppose Vénus & Jupiter
    Jupiter étant Maître de l’Asc. Sagittaire en plus de disposer du Soleil, l’opposition a encore plus de poids.

    – 26 Proserpine depuis les Poissons, trigone la Lune & Saturne; carre Mercure, et se trouve conjointe au FC.
    Le trigone à Saturne est très précis (20°24′ pour 20°37′).

    Ajoutés
    au fort pôle Scorpion/Pluton et à la Vénus valorisée, on est sans doute très proche du Type Proserpine.

  • Annlor

    Merci pour cet intéressant article que j’attendais depuis que tu l’avais évoqué en pré-annonce…

    Quant à la différenciation de Proserpine et Perséphone, elle n’est pas simple. Relevons simplement que la première est latine et la seconde grecque et que les différences peuvent être culturelles.

    Les tentatives de différenciations que tu fais d’après les thèmes de découverte, en posant que l’une serait plus mentale (signe d’air) et l’autre plus charnelle ou concrète (signe de terre), me semblent cependant délicates à manipuler.
    Avec Perséphone en Vierge on est bien dans un signe de terre mais la Vierge est aussi réputée pour privilégier le mental…

    L’assimilation de l’élément Air au mental nous aide peu ici.
    La Proserpine du ciel de découverte de Persephone est… en Gémeaux conjointe à Pluton et du coup je me suis demandé où était la Perséphone du ciel de découverte de Proserpine ? ;-))

  • Tsilikat

    C’est Joan Collins..

    ..qui interprèta le role d’Evelyn Nesbit dans le film de 1955 « The Girl in the Red Velvet Swing »

    *

    Image hébergée par servimg.com

    *

    Célèbre pour son jeu de séductrice, manipulatrice, sexe-symbole et mangeuse d’homme (smile); elle fit l’expérience d’un coma de 42 Jours (!) suite à un accident d’auto.

    *
    Image hébergée par servimg.com
    *

    Elle tient Proserpine conjointe à sa Lune en Scorpion… à l’opposition de Persephone/Taureau:

    Beau doublé, à nouveau, pour incarner la Déesse des Enfers, le désir qui consume, et la vie dramatique d’Evelyn Nesbit.

    *

    Image hébergée par servimg.com

    *

    Ha! allez, tiens… J’ajoute un autre cliché de Joan Collins comme je ne l’avais jamais vue:

    *

    Image hébergée par servimg.com

    *

  • Tsilikat

    Hello Anlor

    Merci de ton retour attentif _Smile

    Tu as raison, les deux astéroïdes sont difficiles à départager, tous deux sont bien-sûr (sur la base des seules cartes) à la fois « mental » et sensuels.

    Ce que tu dis à propos du fait « culturel », Proserpine plus latine, Perséphone + grecque… me va tout-à-fait, et même au-delà de l’étymologie ou du tracé historique: c’est en effet comme ça que je ressens leur léger écart.

    Plus bas, j’essaye (smile) de clarifier mon point de vue, mais une seule chose est sûre, comme tu l’as dit, l’affaire reste délicate.

    Je considère les cartes de Découverte comme le « déroulé global » des différentes facettes de l’astre considéré; on peut ainsi choisir d’y voir, et le contexte, et la position relative de l’astéro dans son propre « univers »

    – 26 Proserpine avec son fabuleux amas Taureau m’apparait tout de même plus « physique » ou matériel, à l’image du Style Napoléon III, enflé de richesse, bois rares, ivoire, torsades, avec des formes trapues, etc. D’autre part, son Pôle ‘feu’ avec les planètes en Bélier et Jupiter/sagittaire angulaire au trigone, la font imaginer plus directe, enflammée, passionnée…
    Un peu comme les descriptions rapportées du caractère de l’impératrice Eugénie (qui l’a d’ailleurs au sextile du Soleil, au trigone de Mars et à l’opposition de Neptune… ajouté à son Jupiter, lui aussi angulaire, sous l’Asc. Lion..)

    – 399 Persephone, avec son fort pôle Gémeaux (duquel 26 Proserpine participe, mais comme invitée), son Neptune/Poissons, en plus de l’invention du Cinéma dans l’année, de la découverte des rayons X, des prémisses de la psychanalyse dans la foulée du traitement par l’hypnose… elle m’apparait plus subtile, souterraine dans son action, je crois..


    Pour résumer
    mon impression, disons que:

    – Proserpine apparait en Balance sur une carte avec Jupiter angulaire à l’Asc. Sagittaire
    – et Persephone, en Vierge, sur une carte avec Saturne angulaire à l’Asc. Scorpion..

    ..de la passion pour les deux, mais des modalités plus ou moins apparentes au 1er chef.

    Mais tout cela reste au final qu’une tentative rapide et fragile pour essayer de mieux les distinguer.

    *

    Sur la carte de découverte de 26 Proserpine, 399 Persephone (toujours comme « invitée ») est en Scorpion, à 12°: elle oppose Soleil-Vénus-Uranus en Taureau..

    … une invitée de poids.

    Les deux Astéroïdes s’épaulent fortement sur les cartes marquées par le Type Proserpine… C’est en tous cas le moyen que j’ai retenu jusqu’ici pour manier cet « outil » (les 2 astéroïdes), dans l’essai de mise en évidence de ce nouvel influx.

    Quand j’en viendrai à proposer le Type, après avoir étudié d’autres cas et d’autres cartes (j’ai déjà exploré les thèmes de plusieurs autres exemples, et même, des ex. masculins), peut-être que les choses s’éclairciront, à propos du rôle plus personnel de chacun des cailloux (?)

    *
    **
    *

    Ton questionnement m’a fait bien réfléchir: je pensais tout d’abord me diriger vers un éventuel Type Proserpine qui réunirait les traits soulignés par les deux astéroïdes confondus, très vraisemblablement, sur une base Pluton-Vénus-Lune-Saturne

    Et maintenant, je pense à la possibilité d’un Type plus ‘Feu’ (possiblement Proserpine), mais aussi à une variante plus ‘Eau’ (possiblement Perséphone)…
    – Le 1er avec Jupiter (en + des signes & planètes de Feu) dominant;
    – Le second avec Saturne (en + des signes & planètes d’Eau) dominant.
    (L’élément Terre tendant à marquer les deux sous-Types.)

    ça n’empêchera pas « l’irruption » de cas intermédiaires, mêlant Proserpine & Perséphone, le Feu & l’Eau… Mais c’est la dure loi des Types que d’être désavoués par la complexité du Vivant _Smile

    Encore Merci pour ton retour qui m’aide à gamberger!

  • Tsilikat

    Hello

    J’ajoute la carte de découverte de 26 Proserpine avec, cette fois, 299 Persephone indiquée:

    *

    Image hébergée par servimg.com

    *

    En fait, elle est à 13° Scorpion, soit exactement opposée à Vénus, opposée avec 2° d’orbe au Soleil, et avec 5° à Uranus.

    ..

    Une chose marrante, la Persephone de Joan Collins (plus haut) est en conjonction à la Persephone du Ciel de Découverte de Proserpine.

    Au passage, (Joan Collins) un bel exemple Eau + feu… Avec sa Persephone opposée Proserpine; sa Proserpine conjointe Lune; son Mars (maître d’Asc. Bélier) conjoint Neptune et Jupiter; avec Neptune Carré Soleil…
    Les différents clichés rendent Bien et l’Eau & le Feu.

    Sur d’autre photos (comme plus bas), sa part Mercure, Gémeaux, Vierge, Cérès est également très forte:

    *

    Image hébergée par servimg.com

    *

    …mais toujours avec cette pointe, qu’auparavant, j’aurais qualifiée de Plutonnienne, alors qu’on peut aussi parler de Proserpine ou bien de Perséphone

  • Annlor

    Bonjour Tsili…
    Pour alimenter tes réflexions en cours et l’élaboration du type, je te joins ce lien sur le mythe d’Adonis étroitement lié à celui de Perséphone :

    http://mythologica.fr/grec/adonis.htm

    Le mythe de Perséphone « enfant » (Coré) plaçait cette dernière au coeur d’un compromis entre sa mère et son mari, et nous voyons avec le mythe d’Adonis que les histoires de l’enfance continuent à nous poursuivre à l’état d’adulte que l’on soit dieu ou pas ;-))

    En effet, Perséphone se retrouve à son tour à vivre une situation de partage-compromis où elle n’est plus l’objet ballotté mais la mère-amante, elle se dispute Adonis avec Aphrodite, et les solutions trouvées rappellent fortement celles qui avaient été appliquées à son cas : Adonis passe 1 an avec Aphro, 1 an avec Persé, 1 an tout seul (en jachère quoi !), une alternance un peu familière.

    On remarquera que c’est ce mythe précis l’opposant à Aphrodite, qui pourrait bien être à l’origine des discussions astrologiques sur l’hypothétique planète Proserpine comme régente du Taureau ou de la Balance, domaines où une fois encore Vénus règne en maîtresse… et sans partage !! Alors est-ce Prosie qui n’est pas partageuse ? (possessive) ou est-ce Aphro qui ne supporte pas de perdre ??? (ou manque de générosité, après tout, ce n’est pas comme si Aphro manquait d’occasions de séduire…) elle aurait pu laisser Adonis à sa rivale… Non ?

  • Tsilikat

    Merci Anlor (Smile) pour ce lien vers le mythe d’Adonis.

    Très pertinent en effet ce rappel du partage du temps entre les Enfers, Perséphone, et la surface, la lumière, Aphrodite.

    Très porteur également de se pencher sur les rapports entre Perséphone/Proserpine & Vénus/Aphrodite (qu’Adonis, tu as raison, vient ici pointer).

    Dans les thèmes que j’ai étudiés jusqu’ici, les motifs les plus forts mettant en évidence le Faisceau de la Déesse des Enfers, ce sont les liens (souvent l’opposition) entre:

    – Vénus & Pluton;
    – Persephone/Proserpine & Vénus;
    – Persephone/Proserpine & Pluton.

    Et comme tu l’as dit, il y va de la fameuse et délicate attribution de Proserpine/Perséphone au Taureau ou bien à la Balance, signes sur lesquels Vénus veille déjà (possessivement ?).

    Déjà, surtout après nos échanges, on peut noter que le binôme que constitue Proserpine+Perséphone, pourrait encore mieux expliquer le trouble et les hésitations.

    – L’aspect symbolique d’Adonis représentant « la mort et le renouveau de la nature » évoque bien l’axe Scorpion/Taureau;

    – La rose et le myrte auxquels il est associé se rapportent à Vénus;

    – « Adonis qui jaillit de sa mère transformée en arbre à myrrhe en punition de son inceste »..

    ..[Myrrhe: gomme résineuse récoltée sur le tronc de l’arbre d’où elle suinte naturellement; liquide, et qui durcit à l’air pour former des concrétions brun-rouge. Composant de médicaments aux propriétés antispasmodiques et stimulantes ; utilisée en parfumerie, où elle accroît la sensualité des notes de rose (!)]

    Tous ces indices entremêlent encore plus les deux pistes, Vénus & Perséphone.

    ..

    *

    Image hébergée par servimg.com

    *
    [Vénus, Adonis, Cupidon – Herculanum]

    L’épisode de la mort d’Adonis peut peut-être nous aider…
    Les deux versions:

    – la vengeance d’Arès à coup de sanglier (informé du sérieux de l’affaire entre Vénus et Adonis par Perséphone);
    – la vengeance d’Apollon, voulant punir Vénus dans son amour, de l’aveuglement causé au fils d’Apollon Erymanthe.

    Soit Mars & le Soleil, les deux régents du signe du Bélier, l’opposé de la Balance, et au passage, une petite « couche » sur le lien possible, plus privilégié entre Vénus & la Balance… laissant à regret juste un bout du Taureau sous le contrôle de Perséphone (?)

    Plus simplement, on peut aussi considérer que Perséphone vient représenter l’aspect Plutonien de Vénus.

    Une version du mythe indique aussi que Zeus (devant trancher le différend entre les Déesses sur le partage d’Adonis), préférant se tenir à l’écart, dans sa grande sagesse (smile), charge Calliope (la Muse « à la belle Voix ») d’arbitrer le conflit.

    Mais cette dernière, qui semble synthétiser les deux signes (l’harmonie de la Balance, et les dons vocaux du Taureau) nous ramène au difficile voire impossible choix.

  • Tsilikat

    Hello again

    Du coup, Anlor, j’ai adopté l’un de tes réflexes…

    J’ai cherché l’éventuelle intrication de (2101) Adonis,
    « l’un des premiers astéroïdes frôlant la Terre à avoir été observé; découvert par Eugène Delporte le 12 février 1936; redécouvert par Charles T. Kowal le découvreur de Chiron, après avoir été perdu… »

    *
    Image hébergée par servimg.com
    *

    Il approche dans son mouvement la Terre, Vénus & Mars. Il orbite en 2 ans et demi environ.

    – Sur la carte de découverte de 26 Proserpine, il est en Scorpion, en Maison XII, il oppose Saturne;

    – Sur la carte de découverte de 399 Persephone, il est conjoint au MC en Lion, et Carre Saturne & l’Asc. Scorpion

    .. deux placements un brin douloureux.

    ..

    Sur sa Carte de Découverte (depuis l’observatoire d’Uccle en Belgique):

    *
    Image hébergée par servimg.com
    *

    Il culmine en Lion au MC; non loin de Pluton, fin Cancer…

    L’Ascendant hésite (suivant l’heure) entre la fin Balance et le début Scorpion, à proximité de la Lune, placée à l’opposition d’Uranus et de 399 Persephone au Descendant.

    On peut noter la réunion de Vénus, Proserpine et du NN en Capricorne; mais surtout le grand Carré centré sur l’opposition Vénus-Proserpine/Pluton!
    avec Persephone au double carré.

    *

    Beaucoup de Lion dans cette affaire… Et si le problème entre les Déesses n’était qu’une autre banale histoire de prestige, d’orgueil, plutôt que d’amours déchirantes… La lutte pour le monopole du charme (?)

  • Annlor

    Problème de prestige ? mhh ce n’est pas si farfelu…

    Je remarque que par rapport à d’autres astéroïdes « de déesses » Perséphone ou Proserpine s’imbriquent particulièrement avec Vénus et Pluton (axe Taureau-Scorpion).
    L’introduction d’Adonis implique l’axe Verseau-Lion ; résultat : on se retrouve plutôt avec une dynamique de Croix fixe, très passionnée. Assez différente des ambiances de « croix mutable » qui offre d’infinies variation sur la Vierge et les Poissons… (non je ne citerai pas de nom ! :-D)

    Au passage, j’admire l’ascendant possible de la Balance pour la découverte d’Adonis. On fait toujours référence à ce personnage mythologique pour désigner un homme très beau (c’est un Adonis !).

  • Tsilikat

    Un véritable Adonis…

    C’est vrai qu’avec le Soleil en Verseau au trigone de la Lune Angulaire..

    +l’Ascendant Balance avec Vénus forte de sa conjonction au Dragon (en plus de Proserpine);

    + les aspects de ce maître de l’Asc. (tjrs Vénus): sextile à Mars, trigone à Neptune..

    Adonis porte bien son nom: beauté à la fois éthérée (Verseau), sensuelle (Mars Vénus Proserpine), plastique, rêveuse et fluide (Lune + Neptune)…

    Il peut vraiment représenter la « gloire » de l’Amour, le joyau qu’il faut à tout prix arracher.. même aux yeux des Déesses pour qui l’exercice du charme est l’arme favorite.

    On peut aussi noter que le placement des lentes (Pluton, Uranus, Saturne) jette comme un voile funèbre… Il est vrai que le bel et doux éphèbe sera vite la victime de la rivalité opposant Perséphone & Vénus (même si sur la carte, il s’agit d’un carré).

  • Tsilikat

    Hello again

    A propos de Signes Fixes…

    On associe souvent plus facilement le Mystère au mouvement et sa multiplicité; mais l’immobile tient du mystère du Sphinx (qui s’ingénie d’ailleurs à réunir les parties d’animaux correspondant aux signes fixes).

    C’est aussi le mystère paradoxal de l’immobilité des statues… Il y a sans doute beaucoup, et du très intéressant, à creuser à propos des signes fixes.

    *

    Sinon, plutôt qu’Apollon ou Mars comme instigateurs de la mort d’Adonis, j’aurais tendance à voir Pluton, parfaitement invisible (sauf sur la carte!!) comme le véritable maître d’œuvre de l’élimination du bel mais irritant éphèbe, qui fricotait avec sa femme… Je ne vois pas comment Hadès aurait pu laisser passer ça.

    ..Le crime parfait!

  • Lau

    Salut Tsili !!!

    Je découvre avec plaisir ce post sur une de mes divinités préférées :Proserpine .

    Tu sais que je cherche avec passion quelle planète viendra aider Vénus pour maîtriser le Taureau et la Balance et comme tu l’as si bien dit, Proserpine nous a longtemps été promise !!!

    Même si ce n’est pas la thèse dominante, je crois que Proserpine est finalement tombée amoureuse de son infernal époux, qu’elle a fait exprès de manger ces fameux pépins de grenade pour rester un peu avec lui et se détacher de sa mère trop possessive la limitant dans le rôle de la « Khorée », la jeune fille . En mangeant ces pépins (et j’adore la grenade !!!), elle devient la femme, la reine, elle gagne en puissance et se trouve une fonction divine .
    En devenant reine des Enfers, Proserpine acquiert des fonctions capitales pour le vivre ensemble, l’harmonie : elle humanise Pluton en lui apprenant l’indulgence, la tolérance, la compréhension afin qu’il ne jette pas dans le tartare les damnés .
    Elle devient aussi celle qui sait ce qui se passe sous la terre, elle est la seule qui revient des enfers, elle apprend aux humains à avoir moins peur de la mort, elle rapporte aux morts les actions et les espoirs des vivants elle est un lien entre les deux mondes, elle perce le mur qui était sensé être impénétrable .
    Pour moi Proserpine, reine des Enfers est Balance .
    Mais Proserpine reste aussi une déesse de la nature et de la vie, quand elle revient sur terre, elle fait s’épanouir la nature en séchant les larmes de sa mère . Elle symbolise la résurection, la renaissance et aussi la force créatrice, car renforcée par son passage sous terre, elle est devenue plus créative, plus originale, elle sait aussi ce qui a causer la mort et la souffrance, elle peut désormais faire mieux et faire progresser la nature pour la rendre encore meilleure .
    Ainsi, elle devient Taureau .

    Je me suis toujours dit que Proserpine partait en Enfers en Balance et en revenait en Taureau .

    Bien vu aussi le lien avec Adonis, qui finalement est une Proserpine au masculin, et montre le lien entre Vénus et Proserpine .
    Il y a aussi Psychée, amoureuse de Cupidon et obligée par Aphrodite, jalouse de sa beauté, à faire des travaux impossibles . Dont le dernier est la visite aux Enfers pour demander à Proserpine un produit de beauté .

    A bientôt !!!

    Lau

  • Tsilikat

    Proserpine qui commence par la Balance avant de ressortir en Taureau…

    Hello Lau _Smile

    C’est vrai que c’est tout à fait le genre de Déesse à commencer par la fin.

    Et pourquoi la limiter à un seul signe, alors que l’épisode commenté d’Adonis montre bien à quel point Proserpine est une rivale aux yeux de Vénus, qui la considère comme une « outsider » stratégiquement postée, et dont le rayon indiscret, intime et capteur balaye ses deux royaumes, le Taureau et la Balance.

    Une double dose de Vénus, finalement, chez Proserpine, mais combinée autrement…
    la bouche, la gorge & les reins, tout bien réfléchi, on ne peut pas, raisonnablement, en attendre moins de la Maîtresse des Enfers.

    Smile

  • Tsilikat

    Je reviens sur le Périple -souterrain- de Proserpine

    En considérant, comme tu le suggères, qu’elle plonge depuis la Balance avant de rejaillir au moment du Taureau…

    ..voilà plusieurs étapes susceptibles d’inspirer une étude portant sur les différents sens déclinables, correspondant à chacune des Stations occupées par la Déesse: Balance, Scorpion, Sagittaire, etc.

    Le suivi et le questionnement sur les cartes des deux astéroïdes (26 Proserpine & 399 Persephone) peuvent sans doute aider à consolider quelques intuitions, et au bout, c’est un moyen de plus (et jusqu’ici, il y en a peu) de « conjuguer » autrement la Déesse.
    Simplement en jouant du levier ajouté que constitue tout principe muni d’un cycle propre.

    Ma Proserpine occupe la Maison V, carre le Soleil et trigone la Pointe de I.
    Depuis le signe du Capricorne.
    En suivant cette piste, il peut être utile dans mon cas de creuser le contexte ‘Maison IV’
    (comptée de la Balance au Capricorne), et de le considérer comme « l’aménagement intérieur » de ma Maison V, où se trouve Proserpine… le tout, selon sa perspective.
    ?_Smile

    Mais il y a sans doute aussi moyen de faire conjuguer par Proserpine, et de manière plus personnelle encore, les intervalles Balance-Taureau & Gémeaux-Vierge… De même pour les oppositions, trigones et carrés touchant les signes du Taureau et de la Balance.

    Pour compléter le plateau de Proserpine, il ne faudrait pas manquer d’ajouter ses principaux « contacts »: Cérès, Pluton, Vénus… et d’autres, en fonction du champ considéré.

    « Le Plateau de Proserpine » façon échiquier gothique, mêlant ébène et or blanc…

    PloutoChic

  • Lau

    Salut encore Tsili !!

    Sur les rapports Proserpine, Pluton, Vénus, il me vient à l’esprit qu’outre Adonis et Psychée, on peut également parler des mythes Babyloniens d’Ishtar et d’Ereschkigal .
    La première est la déesse de l’amour, l’Aphrodite des Babyloniens, avec encore plus de violence puisqu’elle est déesse des carnages . Ereschkigal, est la reine des Enfers, est ce Proserpine ou Hades version Féminine, ou les deux ??
    Toujours est il que Ishtar a décidé de conquérir les enfers, nous avons encore la rivalité Vénus/Proserpine, mais Ereshkigal réussit à la vaincre et la pend au plus profond des Enfers .
    C’est alors que le fils d’IShtar, Nergal, dieu de la guerre, donc Mars, va lui même en Enfer pour récupérer sa mère, Ereshkigal, lui demande tout d’abord de faire ce pour quoi les marsiens sont doués à part se battre !!!
    Une fois satisfaite par Nergal, elle autorise Ishtar à remonter des Enfers si elle y envoit quelqu’un d’autre à sa place, elle choisit Tamuz, son amant !
    Elle promet cependant de le venger, comme Aphrodite, elle se voit obliger de céder son Adonis à la reine des Enfers .

    Ce qui est intéressant, c’est que Proserpine est ici à la fois contenue dans la déesse vénusienne (Ishtar qui descend et remonte des Enfers) et dans la déesse plutonienne (Ereshkigal qui règne sur les Enfers) .
    On a bien ton hypothèse d’un combiné Vénus/Pluton .
    On a aussi la figure Proserpinienne masculine (Tamuz qui rejoint Adonis) .
    Et enfin, on a l’apparition de Mars, en la personne de Nergal comme amant de Proserpine cette fois . Ce qui est logique de voir apparaître notre dieu de la guerre alors que Vénus et Pluton sont en cause et que nous parlons d’une déesse tellement liée à la Balance et au Taureau .

    On constate aussi dans l’histoire l’exil de Vénus en Scorpion, puisqu’elle se fait rétamer par Ereshkigal dans les Enfers, tandis que Mars, Nergal y est accueilli les bras ( et les cuisses !!) ouverts !

    Dans ta quète d’astéroïdes proserpiniens peut être serait ce une piste de regarder de plus près Sedna .
    En effet, l’histoire de la déesse Inuit semble se rapprocher de Proserpine puisque elle aussi est enlevée par un personnage plutonien ( un mage noir qui habite l’autre rive, un pays inconnu et hostile) pour en faire sa femme . Elle est récupérée par son père (et non sa mère) , mais contrairement à Proserpine qui est dans le mouvement, Sedna, reste au milieu des deux mondes dans l’eau (déesse marine mi femme mi phoque) . Elle représente aussi un lien entre deux mondes, deux univers .
    On dit que lorsqu’elle a les cheveux emmelés, elle provoque des tempêtes marines . En effet, elle a perdu ses doigts dans la bataille et ne peut plus se peigner, c’est donc au shaman d’aller satisfaire la coquetterie de la déesse . On reste dans le rapport de séduction, dans la féminité, après la gorge, la poitrine, les reins, voici la chevelure .

    A tout bientôt !!!

    Lau

  • Tsilikat

    C’est vrai que chez les peuples des glaces, l’Enfer est sous-marin, et Sedna, qui tient de la sirène, un peu Vénus en Poissons, avec du Pluton, ramène à s’interroger sur Neptune et ses liens avec l’invisible… Pluton & Neptune, 2 royaumes où les lois de la matière produisent des changements et de l’inexpliqué.

  • Tsilikat

    De « nouvelles » photos d’Evelyn Nesbit…

    Décidément craquante la belle Eve! Et au physique, dans le Ciel, comme dans sa vie, l’illustration la plus troublante de la Déesse Perséphone/Proserpine..

    *
    Image hébergée par servimg.com
    *

    *
    **
    *

    *

    Image hébergée par servimg.com

    *

    *
    **
    *

    *
    Image hébergée par servimg.com
    *

    *
    **
    *

    *
    Image hébergée par servimg.com
    *

    *
    **
    *

  • Vesta à l’œil nu « CosmiCaravan

    […] l’Underground*, plutôt intello, croisant parfois mais inévitablement, le sillage des ‘Perséphone‘, la faune étrange des artistes; la recherche conceptuelle superposée de façon variable à […]

  • BB, Eros, Amor, Cupidon, la Fossette « CosmiCaravan

    […] – Liens vers deux billets CC : Sappho la Force Sensible, et Proserpine, Perséphone… Infernale Douceur […]

  • as de caro

    chouette article!
    bravo!

  • Tsilikat

    Merci As de Caro _Smile

    Le mixe Vénus-Pluton (dominant au sein de l’ensemble Lune-Saturne-Neptune) peut être qualifié de ‘Proserpine’ (avec plus de Feu), ou de ‘Perséphone’ (avec davantage d’Eau)… surtout à propos d’une femme. Le terme « plutonnienne » ne rendant pas aussi bien l’importante composante vénusienne de ce type éminemment romanesque.

  • Tsilikat

    Hello

    Programme à court terme:

    Avant.. une prochaine évolution de CosmiCaravan, devant se mettre en place d’ici l’été 2011…

    – avec, progressivement, les planches & descriptifs planétaires pour chaque ‘Type’, faisant aussi office d’aiguillage vers les billets les plus en rapport)..: le syllabaire planétaire puis zodiacal;

    – suivi d’un billet en duo avec ‘L’œil d’Horos‘ autour de Neptune, Poséidon, l’Atlantide, Amphitrite, Le Titanic… & les ‘Radio Pirate’

    *

    Image hébergée par servimg.com

    *
    [Perséphone & Hadès]

    – Il y aura sans doute un nouveau billet sur Proserpine & Perséphone, les Déesses de l’Enfer… Un sujet qui a été déjà esquissé mais qui ne manque pas de « retour ».

    *

    A bientôt… Joli Printemps & bel Été Smile!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :