Archives de Tag: Curtis

Edward S. Curtis – The Shadow Catcher

*

Beaucoup de ce que l’on connait des indiens nord-américains provient de l’œuvre documentée d’Edward Curtis:

40 000 clichés magistraux, 10 000 enregistrements sur cylindres de cire, un circuit exploratoire en territoire indien, inlassablement réédité. Une mine d’informations sans équivalent concernant 80 tribus, constituée sur près de 30 ans.

*

**

Surnommé chasseur d’ombres (shadow catcher, pêcheur d’âme) par les indiens avec lesquels il réussit à établir le contact, et qu’il photographie; ce fils de prédicateur, qui accompagnait son père lors des tournées en canoë, pour visiter aux quatre coins d’une immense et sauvage Nature les membres épars de la congrégation, va se révéler un prodigieux portraitiste, alors que la Photographie,  toute nouvelle, hésite encore au carrefour entre la Technique & l’Art.

Afin de me pencher sur les visages de Curtis pour dérouler une étude Astrotypo, je vais poser des éléments biographiques avant de   parcourir son thème de naissance, en insistant sur 4 rubriques:

*

- Photographie
- Voyage
- Ethnologie
- Indiens

*

En plus des marqueurs astrologiques habituels, je tiendrai compte (par curiosité & gourmandise) des astéroïdes 443 Photographica, 5254 Ulysses, 1143 Odysseus, 88611 Teharonhiawako… de l’étoile Peacock, avec un œil, également, sur la constellation de l’indien.

*

*

I. Éléments Biographiques

*

Edward Sheriff Curtis nait le 16 février 1868 à Whitewater dans le Wisconsin aux USA.

Jeune adolescent, il construit lui-même son premier appareil photo avant de  dégotter un job d’assistant et s’adonner pleinement à la Photographie  – technique novatrice alors en plein développement.

*

Le 29 décembre 1890, la bataille de « Wounded Knee » signe la fin de la résistance armée des tribus indiennes.

**

*

Dans les environs de Seattle, en 1895-1896, il réalise ses premiers portraits d’indiens… qui lui valent d’être distingué, par la presse, suite à un concours qu’il remporte.

En 1892, il s’associe pour ouvrir un studio et se marie.

Juste avant 1900, passionné par l’alpinisme, il sauve la mise à de célèbres explorateurs sur le Mont Rainier. Suite à quoi ces derniers l’engagent comme photographe pour une expédition à la rencontre des indiens Blackfeet dans le Montana.

En plus d’acquérir les premiers éléments d’une formation ethnologique, il conçoit peu à peu son projet : documenter la vie des indiens.

A 31 ans, Curtis s’apprête à démarrer sa fantastique épopée photographique, qui va l’occuper sans relâche jusqu’en 1928 :

“THE NORTH AMERICAN INDIAN”.

En 1906, il parvient à arracher un financement au célèbre Tycoon des chemins de fer : J.P. Morgan, pour réaliser une série de 20 volumes sur les différentes tribus.

Il engage un jeune journaliste (William Myers) comme assistant (qui s’avère très doué pour les langues) et  se lance dans de longues et lointaines enquêtes en territoire indien.

Avec ses 40 000 clichés et ces 10 000 enregistrements, Curtis vise la préservation des traces, des langues, des musiques, des contes, des mythes & traditions… de plus de 80 tribus… avant que tout ne s’efface.

- Le plus souvent absent – sa femme demandera puis obtiendra le divorce.

Il tourne un film muet, IN THE LAND OF THE HEADHUNTERS (au pays des chasseurs de têtes), sur les Indiens de la côte nord-ouest (1914). Réussite critique mais gouffre économique.

En 1916, le studio Curtis commence à proposer les « Curt-Tone » : soit les plaques photographiques de ses clichés indiens les plus populaires, soulignées par une couche constituée de pigments d’or et d’huile de banane… Le procédé relève la luminosité et les teintes chaudes de manière remarquable. Les Curt-Tone se vendent bien. (Également appelés Orotone ou Goldtone.)

Apprécié de Cecil B. DeMille, Curtis participera (comme photographe de plateau) au tournage  des «10 Commandements ».

Le dernier volume de sa monumentale collection paraît en 1930.

Edward Curtis s’éteint à l’âge de 84 ans, à Los Angeles, en 1952.

*

Edward S. Curtis - Portrait n° 1

*

**

II. Ciel de Curtis:

**

*

Ciel de Curtis - 01

**

*

Positions Planétaires

*

Aspects

*

**

**

*

Photographie

*

Le pinceau du peintre Sagittaire (dérivé de la flèche) est un reflet symbolique familier à l’astrologue: Curtis tient sa Lune (astre éminemment visuel) dans le signe; mais c’est surtout au Verseau que l’on pense lorsqu’il s’agit de déterminer le signe le plus analogue à la photographie.

Edward y loge Cérès, Mars et son Soleil.

Dans la même bobine, on trouve Uranus en Cancer au trigone de Mercure & Jupiter Poissons: soit une configuration très en écho avec les caractéristiques de cette nouvelle pratique (attributs techniques, invention, capture temporelle, signes d’Eau, reflets, illusion…).

Les aspects entre Uranus Cancer, Neptune Bélier, Mars Verseau restituent bien l’activité comme la profession.

De même la tête du Dragon dans le signe de la Vierge, en aspect avec les 2 maîtres du Verseau.

*

**

*

Par curiosité j’ai vérifié la position de l’astéroïde 443 Photographica… Il est conjoint au Chiron de Curtis, en Poissons.

C’est un objet céleste de la ceinture principale, découvert en 1899… le 17 février: soit le lendemain du 31ème anniversaire de Curtis, à-peu-près au moment où il se lance dans son vaste projet photographique pour documenter les indiens!

*

Orbite de l'Astéroïde 443 Photographica

*

**

*

443 Photographica - Ciel de Découverte

**

*

Ciel de Curtis - n° 2 (pour comparaison)

*

Outre le fait que les deux cartes se ressemblent beaucoup, on peut noter que le Ciel de découverte de l’astéroïde Photographica illustre de façon très satisfaisante cette nouvelle technique, ce nouvel art, ce nouveau média (Force du Verseau, d’Uranus, de Mercure, de l’axe Gémeaux/Sagittaire, des signes d’Eau…).

*

***

**

*

Voyage

*

Une Lune Sagittaire est facilement voyageuse. Surtout quand Jupiter (dignifié en Poissons) est conjoint à Mercure, et que Neptune Bélier souffle des rêves d’aventure que le sextile à Mars se charge de réaliser.

La Lune trigonant Neptune, appuie sur le besoin d’évasion en plus de souligner les talents pour l’image.

Edward Curtis a passé tant de temps en voyage qu’il n’ a connu ses enfants que sur le tard (ce fut aussi la principale raison invoquée dans l’affaire longue et pénible qu’a constitué son divorce).

*

Aussi j’ai vérifié l’emplacement des astéroïdes Odysseus & Ulysses sur sa carte:

**

*

1143 Odysseus & 5254 Ulysses sur la Carte de Curtis

*

**

Ils contactent le Soleil, Cérès et le Dragon. Odysseus, notamment, depuis la fin Bélier, est au sextile précis du Soleil en Verseau.

**

*

*

**

De la Photographie au Voyage, en passant à l’Ethnologie jusqu’aux Indiens:

les sujets se fondent l’un dans l’autre, et les mêmes opérateurs planétaires ou zodiacaux ne manquent pas de revenir sous ma plume numérique

pour pouvoir déployer un tant soit peu les rubriques…

**

*

Carte des Tribus Indiennes selon les observations de E. S. Curtis

**

*

*

Ethnologie

*

Initié aux joies du campement, aux périples en canoë dès l’enfance; spécialisé -un moment- comme photographe de paysages; passionné d’alpinisme… C’est justement à l’occasion d’une de ses multiples ascensions du Mont Rainier, qu’il rencontre, secourt et sympathise avec des scientifiques célèbres pour leurs explorations.

La chance lui a souri: on lui propose d’être le photographe d’une expédition. Il retourne au contact des indiens. Il s’initie aux méthodes scientifiques de l’époque, perfectionne son approche et son contact pour pouvoir photographier les natifs.

Curtis met la dernière main à l’élaboration de son grand projet: il pense pouvoir décrocher un financement qui va  lui permettre de  de lancer des expéditions pour dresser le vaste tableau des tribus indiennes, en s’appuyant sur sa maîtrise de la technique photographique et sur son expérience de terrain.

Une forte signature Verseau (avec Uranus) est fréquente parmi ceux qui innovent en matière scientifique; mais c’est du côté de Saturne, précisément au carré de l’axe des Nœuds Lunaires dans son thème, qu’il faut chercher un reflet de son orientation. Cette conjonction Lune-Saturne Sagittaire pourrait  illustrer à elle-seule l’ethnologie.

La conjonction Jupiter-Mercure en Poissons développant l’intérêt culturel et philosophique; et le Nœud Nord en Vierge soulignant les liens possibles de la profession avec une activité ayant trait au classement, à l’inventaire, à l’étude comme à la préservation.

*

**

***

*

**

***

**

*

*

Indiens

*

Le jeune Curtis gagne un concours photographique (et le début d’une renommée bien utile pour pouvoir s’établir) grâce à ses premiers clichés d’une indienne, qui vit des coquillages qu’elle ramasse aux abords de la ville.

Au contact des scientifiques qu’il accompagne en expédition, il réalise qu’il pourrait bien réussir là où ils échouent depuis près de 20 ans: recueillir des informations précises quant aux rites religieux les plus importants, les différentes danses sacrées, les masques, les initiations, etc.

A côté des astres déjà observés dans son thème (notamment la conjonction Lune-Saturne Sagittaire) pour rendre compte de sa trajectoire, de ses talents et centres d’intérêt, on peut cette fois insister sur Pluton Taureau (précisément au sextile de sa conjonction Mercure-Jupiter Poissons).

On y retrouve en effet la pulsion exploratrice (comme chez Freud -Pluton Taureau lui-aussi, mais sur un autre plan…: « Soul Catcher »), le désir de faire « main basse » sur les trésors les plus mystérieux, la capacité à traverser les barrières matérielles (fussent-elles celles de la peau ou de sa couleur)…

*

*

L’Indien est aussi le nom d’une constellation, entre le Toucan et le Paon… l’étoile la plus visible à proximité est Peacock:

*

Constellation l'Indien - et l'étoile Peacock (au bout de celle du Paon)

*

Curtis tient Pallas & Lilith dans l’alignement de l’étoile Peacock, en Capricorne, au sextile de Chiron et de 443 Photographica.

La corrélation étant des plus légères, j’ai recherché un astéroïde pouvant faire lien avec les nations indiennes, et reflétant l’intérêt d’une vie dans le Ciel de Curtis…

Un dossier réalisé par La Lyre du Québec sur l’objet trans-neptunien 88611 Teharonhiawako a retenu mon attention.

*

*

88611 Teharonhiawako‎ planétoïde de 175 km de diamètre accompagné d’un satellite Sawiskera.

Période de révolution : 291 ans.

Teharonhiawako et Sawiskera ont été nommés d’après les noms de deux frères de la mythologie Iroquoise (en langage Mowaks).

Teharonhiawako est conjoint précisément (1° d’orbe) à la Tête du Dragon, en Vierge, dans le thème de Curtis.

Lien Dossier complet « Teharonhiawako » sur La Lyre du Québec

*

Orbite de 88611 Teharonhiawako

*

Curtis en vint rapidement à placer ses recherches dans les régions les plus reculées afin d’entrer en contact et pouvoir documenter des tribus préservées – autant qu’il l’était encore possible – des atteintes les plus pernicieuses de l’homme blanc.

Le mythe des frères Teharonhiawako et Sawiskera peut être mis en rapport à la fois avec le besoin de préservation de la Nature, et avec les dangers des luttes fratricides déchirant la famille humaine jusqu’à menacer plus globalement la Terre.

*

**

***

**

*

Ciel de E. S. Curtis n° 3 (Rappel pour Astrotypo)

**

*

Edward S. Curtis - Portrait n° 2

*

**

*

III. Astrotypo des Portraits d'Edward Sheriff Curtis

*

Le visage des photographes est souvent impénétrable. Leur regard est toujours très sensible. Leurs portraits sont rares.

Pour dérouler l’astrotypo d’Edward Curtis, je ne dispose que de 4 portraits (avançant progressivement en âge) où ses traits apparaissent avec suffisamment de netteté. Je n’ai pas son profil (ce qui manque pour estimer la force du menton comme la pente du front).

Son thème natal ci-dessus rappelle que les influx planétaires majeurs sont très contrastés (dans ce volet, je parle essentiellement depuis le plan des formes planétaires visibles, en correspondance avec les planètes « marquantes » de son Ciel).

- Les 2 visages jeunes pointent les influx de Mercure et d’Uranus adoucis par la Lune et les signes d’Eau.

-Les 2 visages plus âgés exposent (de manière progressive) la force de la combinaison Jupiter-Saturne.

Le Soleil souligne un peu le cadre; et Pluton joue dans le regard dès la jeunesse, avant de se mêler plus pesamment à Jupiter & Saturne sur le tard.

*

Edward S. Curtis - Portrait n° 3

*

Les aléas très contrastés – je l’ai dit – des figures planétaires de Curtis peignent comme une scénographie un brin tragique de l’Avancée du Savoir:

De Lune – Mercure, à Jupiter – Saturne & Pluton.

En notant que:

*

- le mélange formel de Mercure Lune Saturne restitue bien la combinaison Uranus Cancer;

- les influx Vénus, Neptune, Lune, Poissons, Cancer… masquent Mars pourtant fort dans le thème.

(Mais je n’ai pas le profil…)

*

Edward S. Curtis - Portrait n° 4

*

J’ajoute une grille d’aspects affinés (les aspects les plus précis) pour mettre en évidence le fait que, ce sont les planètes nouant les relations les plus exactes (aspects avec orbes réduits) qui présentent les formes les plus discernables:

*

Grille (fine) des Aspects du Thème de Curtis

***

**

*

*

**

***

*

Liens

*

Sur Edward S. Curtis:

http://memory.loc.gov/ammem/award98/ienhtml/curthome.html

(Accès documents Curtis Bibliothèque du Congrès.)

http://www.snowwowl.com/histecurtis1.html

(Photos de Curtis.)

http://www.artsversus.com/curtis/intro.html

(Curtis en français!)

*

Sur Teharonhiawako et Sawiskera… nommés d’après les noms de deux frères de la mythologie Iroquoise ; en langage Mowaks :

- Un dossier complet  par La Lyre du Québec

http://www.lalyreduquebec.com/Teha/Teha.htm

***

**

*

- 1ers contacts avec l’astrologie amérindienne, avec de passionnants parallèles entre les 2 zodiaques

(L’indien et le notre) sur le site Autour de la Lune [Smile]

*

**

*

*

Entering The Badlands - Curtis - 1905

*

*

*

*

Tsilikat


%d blogueurs aiment cette page :